Restez en contact avec Nordic

Qu'est-ce que Nordic peut faire pour vous ?

Julia Simon, biathlon, Hochfilzen
13.12.2020, Hochfilzen, Austria (AUT): Julia Simon (FRA) - IBU World Cup Biathlon, pursuit women, Hochfilzen (AUT). www.nordicfocus.com. © Manzoni/NordicFocus. Every downloaded picture is fee-liable.

Biathlon

Biathlon | Julia Simon : « Vraiment contente de ma course »

Quelques minutes après être montée sur son premier podium individuel de la saison, la Villaraine Julia Simon est revenue, pour Nordic Magazine, sur sa course et revient sur les raisons d’un début de saison en dedans.

BIATHLONQuelques minutes après être montée sur son premier podium individuel de la saison, la Villaraine Julia Simon est revenue, pour Nordic Magazine, sur sa course et revient sur les raisons d’un début de saison en dedans.

Julia Simon : « Ce qu’il faut retenir, c’est mon rebond derrière avec des debouts libérés et une belle bataille disputée sur la piste »

  • Que s’est-il passé dans votre tête après le premier tir couché lors duquel vous commettez deux erreurs ?

C’est une bonne question… J’étais juste un petit peu tendue donc je me suis dit : « Ok, là tu as grillé tes jokers donc maintenant tu sers les cale-pieds et mets les choses en place, lâches-toi et fais-toi plaisir, on est à Hochfilzen… »

  • Qu’entendez-vous par « On est à Hochfilzen… » ?

Il y a l’altitude et je pense que les tirs debouts ne sont pas évidents avec l’arrivée en montée. Il y a certaines filles qui arrivent à passer à côté au debout donc j’ai pensé qu’il pouvait y avoir une ouverture. Il fallait saisir sa chance s’il y en avait une.

Julia Simon, biathlon, Hochfilzen, Dzinara Alimbekava, Marte Olsbu Roeiseland

Dzinara Alimbekava (BLR), Marte Olsbu Roeiseland (NOR), Julia Simon (FRA) –  Manzoni/NordicFocus

  • Malgré ce podium, on a senti une pointe de frustration à l’arrivée : vous retenez plutôt vos trois erreurs au couché que le 10/10 au debout ?

Oui mais c’est parce que je suis chiante [sic] là-dessus, je veux toujours faire mieux. Mais quand je regarde Kontiolahti, il faut se satisfaire des choses qui se sont bien passées et je suis vraiment contente de ma course malgré un début compliqué. Ce qu’il faut retenir, c’est mon rebond derrière avec des debouts libérés et une belle bataille disputée sur la piste. En sortant du pas de tir je ne voulais pas seulement assurer la troisième place mais aller chercher la deuxième. J’essaye de voir toujours devant. Je suis en construction mais ce sont des erreurs que je me dois de corriger pour la suite.

« Après les debouts, j’avais les crocs ! »

  • Ce podium est-il un soulagement après un début d’hiver compliqué ?

Oui et non parce que je savais que j’avais le niveau de faire des bonnes courses. Je suis contente d’avoir réussi à faire ce podium à la vue de ma forme du moment, c’est une récompense. Ça me prouve que je peux moi aussi jouer devant. Je ne pourrais pas dire que c’est vraiment un soulagement parce que c’était un objectif.

  • Comment expliquez-vous votre excellent niveau physique cette semaine par rapport à celui de Kontiolahti ?

Ça a été dur à comprendre en Finlande mais aussi à encaisser dans la tête parce que je pensais arriver avec la forme… Je pense que j’ai mal digéré le stage en altitude de Bessans. Comme je réagis différemment par rapport à mes collègues, ce stage m’a laissé des séquelles et m’a demandé un peu plus de temps pour être assimilé. Finalement, j’arrive avec le pic de forme ici en Autriche.

Julia Simon, biathlon, Hochfilzen

Julia Simon (FRA) – Manzoni/NordicFocus

  • Pourquoi étiez-vous stressée avant le début de cette poursuite ?

C’était la même chose hier pour le relais [sourire]. J’ai beaucoup d’attente envers moi-même parce que je veux faire ce que je fais à l’entraînement. C’est surtout vis-à-vis du tir et, du coup, ça me tend. Mais c’est souvent de la bonne pression, hier ça m’a transcendé sur le relais, j’avais les crocs, comme aujourd’hui après les debouts. Je ne connais pas de sportifs complètement détendus avant le départ. C’est cette petite adrénaline qui nous fait aimer ça.

À lire aussi :

Photos : Nordic Focus.

Cliquez pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ski de fond, Biathlon, Saut à ski, combiné nordique, ski nordique, rollerski, coupe du monde, Nordic Magazine
Biathlon, Ski de fond, Ski nordique, Saut à ski, Saut spécial, Combiné nordique, Nordic Magazine, Sports d'hiver

A LIRE AUSSI

Biathlon

Dans un entretien accordé à Nordic Magazine, Siegfried Mazet, l'entraîneur tricolore du tir norvégien, revient sur la saison historique réalisée par ses biathlètes. Le...

Biathlon

Le biathlète jurassien Martin Bourgeois-République, 21 ans, sort d'un hiver international, ramassé entre les mois de janvier et de mars, marqué par une inquiétante...

Ski de fond

Quelques jours après avoir parcouru 610 kilomètres en 31 heures, le fondeur norvégien Joar Thele se confie à Nordic Magazine sur un incroyable week-end.

Biathlon

16:18. C’est un coup dur auquel doit faire face le biathlon suisse. Markus Segessenmann, chef de la relève, entraîneur, entraîneur national puis directeur du...

Biathlon

La Suède vient de dévoiler la composition de son équipe nationale pour l'hiver 2021/2022. L'ancienne fondeuse Stina Nilsson y figure.

Biathlon

Dans un entretien accordé à Nordic Magazine, Siegfried Mazet, l'entraîneur tricolore du tir norvégien, revient sur les coulisses de la dernière course de l'hiver,...

Biathlon

14:02. Ce mercredi soir, dans un post publié sur son compte Instagram, la biathlète Jurassienne Anaïs Bescond, 34 ans le mois prochain, a révélé...

Ski de fond

À seulement 20 ans, William Poromaa est l'un des fondeurs les plus prometteurs du circuit mondial. Nordic Magazine est parti à la rencontre du...