Biathlon | Kaisa Mäkäräinen : les moments forts de sa carrière [1/2]

Kaisa Mäkäräinen, biathlon
Rollerski, trail, ski de fond, Ski nordique, Ski-roues

BIATHLON – En exclusivité pour Nordic Magazine, la légende finlandaise Kaisa Mäkäräinen a accepté de revenir sur les moments forts de sa carrière. Entre ski de fond, anecdotes, biathlon et rires, la nouvelle retraitée s’est prêtée volontiers à ce petit jeu. 

 

Depuis son domicile de Joensuu, l’ancienne biathlète Kaisa Mäkäräinen, retraitée depuis quelques semaines et une dernière course réalisée sur ses pistes fétiches de Kontiolahti mais sans public, s’est plongée dans les souvenirs d’une carrière longue de 18 ans. « Je dois me faire un mémo de tout cela maintenant, ma mémoire n’est pas très bonne », rigole-t-elle.

Dans ce premier épisode, la Finlandaise revient sur les années 2002 à 2010. De sa première course internationale de ski de fond aux Jeux olympique de Vancouver.

 

  • 15 décembre 2002

Première course internationale de ski de fond à Lapinlahti :

 

« Aucun souvenir »

 

Je ne me souviens pas du tout de cette compétition [rires] ! Je suis désolée mais je n’ai pas grand-chose à dire… Lapinlahti, ce n’est pas loin d’ici [elle habite à Joensuu, ndlr.], donc je ne devais pas avoir l’impression que c’était une course internationale.

 

  • Décembre 2002-Décembre 2003

La transition entre le ski de fond et le biathlon :

 

« En mai 2003, je commence les entraînements de tir »

 

J’ai déménagé à Joensuu au début de l’année 2003 et j’ai commencé mes cours à l’université. Cet hiver-là, je n’ai pas pu faire autant de courses de ski de fond que j’aurais voulu. En mai 2003, j’ai commencé mes entraînements de tir et je suis allée sur des courses en Finlande pendant l’hiver 2003/2004, qui était mon premier en biathlon. Dès janvier 2004, j’étais sélectionnée pour les Mondiaux jeunes…

 

Kaisa Makarainen (FIN) – Manzoni/NordicFocus

 

  • Décembre 2003

Coupe du monde de biathlon de Kontiolahti :

 

« Je cherchais Uschi Disl et Liv Grete Poirée après les compétitions »

 

J’étais attachée de l’équipe autrichienne et chaperon pour les contrôles antidopage. Je me souviens que je cherchais Uschi Disl et Liv Grete Poirée après les compétitions ! Cette semaine-là m’a beaucoup motivée pour la suite. C’était décidé, je voulais disputer la coupe du monde de biathlon.

 

  • 26 janvier 2004

Championnats du monde jeunes de Bessans, en France :

 

« Sandrine Bailly encourageait sa sœur »

 

Je n’avais jamais participé à des compétitions en dehors de la Finlande. C’était une expérience excitante d’autant que c’était en haute altitude [1750 mètres, ndlr.]. Je me souviens que Sandrine Bailly encourageait sa sœur [Anne-Lise, ndlr.]. C’était cool de la voir là-bas. J’allais très bien lors de l’individuel jusqu’au dernier tir où je me suis complètement manquée [quatre balles hors des cibles pour un 13/20 et une 23e place, ndlr.].

 

Kaisa Makarainen (FIN) – Modica/NordicFocus

 

  • Janvier 2005

Participation aux Universiades d’Innsbruck/Seefeld :

 

« Les courses se déroulaient à Hochfilzen »

 

Les courses de biathlon se déroulaient sur le site d’Hochfilzen. Je crois que mon meilleur résultat a été une cinquième place lors de la mass-start, mais je ne suis pas sûre… [c’est juste : elle termine également 14e de l’individuel, 15e du sprint, 11e de la poursuite et 5e du relais, ndlr.]

 

  • Mars 2005

Retour à Hochfilzen pour les championnats du monde :

 

« Ma première expérience chez les seniors »

 

J’ai été sélectionnée dans l’équipe nationale finlandaise pour participer, en février, à la coupe du monde, de San Sicario, qui s’apprêtait à accueillir les Jeux olympiques l’hiver suivant. Malheureusement, j’étais malade et je n’ai pas pu y aller. Les championnats du monde sont donc ma première expérience chez les seniors. Comme j’étais déjà venue à Hochfilzen quelques semaines plus tôt pour les Universiades, le site de compétition m’était familier. Après la compétition, nous sommes rentrés à la maison et Kontiolahti organisait les Mondiaux juniors. J’y ai une nouvelle fois travaillé, parce que j’étais devenue trop vieille pour y courir ! Cette fois-là, j’étais chaperon de Simon Fourcade et Emil Hegle Svendsen [sourire].

 

Kaisa Makarainen (FIN) – Manzoni/NordicFocus

 

  • Novembre 2005

Première coupe du monde à Östersund, en Suède :

 

« Stressée »

 

Ces courses ne m’ont pas laissé de gros souvenirs. J’étais stressée, je suppose… [rires]

 

  • Février

    2006

La blessure des Jeux olympiques de Turin :

 

« Une énorme déception »

 

J’étais présélectionnée pour les Jeux olympiques de Turin. Avec l’équipe, nous étions en camp de préparation à Martell, en Italie.  Nous y avons appris que le Comité olympique finlandais avait soudainement changé d’avis et enverrait seulement Paavo Puurunen aux Jeux. Ce fut une énorme déception pour une jeune athlète comme moi à qui on avait fait comprendre que le billet olympique était acquis. Au lieu des Jeux Olympiques, je suis allé aux championnats d’Europe en Allemagne [à Arberg, ndlr.].

 

Kaisa Makarainen (FIN) – Manzoni/NordicFocus

 

  • 12 janvier 2007

Premier tir parfait sur le circuit lors du sprint de Ruhpolding remporté par Sandrine Bailly :

 

« Je faisais toujours de bonnes courses le jour de mon anniversaire ou le lendemain »

 

Pour être honnête, je ne me souviens plus trop de cette course. Mon anniversaire est le 11 janvier et j’ai toujours réalisé de bonnes courses le jour de mon anniversaire ou le lendemain. C’était le cas l’hiver dernier avec ma victoire à Oberhof. C’est peut-être le secret [elle éclate de rire]. Lors de mes premières années de biathlète, je tirais mieux en relais que lors des courses individuelles.

 

  • Septembre 2007

Deux titres mondiaux estivaux à Otepää, en Estonie :

 

« On ne peut jamais connaître le résultat à l’avance en biathlon »

 

Pour nous les Finlandais, c’était facile d’aller en Estonie. En plus, nous n’avons pas beaucoup de courses estivales au pays. Cette année-là, nous avons décidé d’y aller. À cette époque, il y avait aussi le running biathlon et j’ai eu beaucoup de pénalités dans ces courses. Je n’avais donc pas de grands espoirs pour les courses de rollerski. Mais cela s’est beaucoup mieux passé [elle réalise le doublé sprint/poursuite, ndlr.]. J’ai appris très tôt qu’on ne peut jamais connaître le résultat à l’avance en biathlon. Cette compétition le montre.

 

Kaisa Makarainen (FIN) – Manzoni/NordicFocus

 

  • 15 décembre 2007

Premier podium en coupe du monde lors du sprint de Pokljuka, en Slovénie :

 

« C’était un rêve »

 

C’est aussi à Pokljuka qui j’ai eu le droit à ma première cérémonie des fleurs. C’est un site où j’ai réalisé de bonnes compétitions. J’aime vraiment bien cet endroit. Bien sûr, ce podium était un grand rêve et, avec le recul, je pense qu’il est arrivé relativement vite après mon passage du ski de fond au biathlon. J’étais aussi assez jeune à cette époque… [elle avait 23 ans, ndlr.]

 

  • 8 mars 2009

Vous participez à la coupe du monde de ski de fond de Lahti, en Finlande :

 

« J’aurais pu faire plus d’épreuves de ski de fond »

 

Je crois que ça m’amusait de rejoindre l’équipe de ski de fond de temps en temps. Je pense que j’aurais pu faire plus d’épreuves. Les Mondiaux de Lahti 2017 étaient un de mes objectifs déclaré mais finalement mon cœur a penché pour le biathlon où je me battais pour la coupe du monde. Je ne voulais pas manquer les coupes du monde de biathlon à cause du ski de fond. Quand je pouvais le faire, j’ai toujours voulu saisir ces opportunités.

 

Kaisa Makarainen (FIN) – Manzoni/NordicFocus

 

  • Février 2010

Premiers Jeux olympiques à Vancouver :

 

« Une année de défis »

 

J’ai disputé mes premiers Jeux olympiques à Vancouver, au Canada, en 2010. Une année riche en défis pour moi [elle va exploser au plus haut niveau à partir du début de l’hiver 2010/2011, ndlr.].

 

< Retrouvez le second épisode de notre entretien exceptionnel avec Kaisa Mäkäräinen ICI >

 

Photos : Nordic Focus

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.