Biathlon | Kontiolahti : Justine Braisaz et Julia Simon retrouvent le sourire

Justine Braisaz, Kontiolahti, biathlon
Ski de fond, Biathlon, Saut à ski, combiné nordique, ski nordique, rollerski, coupe du moSki de fond, Biathlon, Saut à ski, combiné nordique, ski nordique, rollerski, coupe du monde, Nordic Magazine

BIATHLON – À la sortie de la dernière course de Kontiolahti (Finlande), la poursuite remportée par Tiril Eckhoff, les biathlètes françaises se sont exprimées. À commencer par Justine Braisaz et Julia Simon, auteures de deux remontées exceptionnelles.

 

Biathlon : « J’ai pu faire le biathlon que j’aime », se réjouit Justine Braisaz

On ne remonte pas vingt-sept places tous les jours. Alors, Justine Braisaz, passée de la 37e position à la dixième place lors de la poursuite malgré un bri de canne, affichait un grand sourire sitôt la ligne passée. « C’est une course qui fait plaisir. D’abord de la façon dont je l’ai abordé avec une envie de distiller mes tirs pour faire de la qualité derrière la carabine. Je suis réellement contente d’avoir tiré à 18/20 parce que ça faisait longtemps j’étais plutôt irrégulière sur les quatre tirs. En me détachant de la concurrence et de l’adversité, j’ai pu faire du biathlon que j’aime faire », explique la skieuse des Saisies, ajoutant : « C’était puissant et c’était bien. »

 

Julia Simon, biathlon, Kontiolahti

Julia Simon (FRA) – Manzoni/NordicFocus

 

Julia Simon s’est « éclatée »

Un autre sourire venu de la station savoyarde est celui de Julia Simon, 56e jeudi sur le sprint et 17e ce dimanche : « Ça fait plaisir. J’ai fait ma course avec la Suissesse Lena Haecki, un bon repère à ski pour moi. Je me suis vraiment éclatée sur cette piste où je n’avais rien à perdre. C’est bon à prendre et bon pour la suite alors que mon début de saison m’a mis des doutes », indiquait-elle au micro de La Chaîne L’Équipe.

En revanche, Anaïs Chevalier, deuxième au départ et 21e à l’arrivée après un 13/20 derrière la carabine, a vécu une course compliquée, la première depuis son retour. « C’est une belle craquante, avoue-t-elle. J’ai eu une absence. Je crois que j’ai été un peu débordée par les événements, j’étais stressée depuis ce matin, un peu perdue avant cette première course en confrontation. J’en suis la première déçue et frustrée. C’est un rappel. »

 

Anais Chevalier, biathlon, Kontiolahti

Anais Chevalier-Bouchet (FRA) – Manzoni/NordicFocus

 

« J’ai été le premier surpris » par cette craquante, reconnaît quant à lui Jean-Paul Giachino, le boss du tir chez les féminines. Dès vendredi, la Dauphinoise aura l’occasion de se rattraper sur le site autrichien d’Hochfilzen, hôte des deux dernières semaines de coupe du monde de l’année 2020.

 

À lire aussi :

 

Photos : Nordic Focus.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.