Biathlon | Lausanne 2020 : les témoignages des Françaises

Ski nordique, saut à ski, Vu de Norge, Norvège, Biathlon, Ski de fond, Combiné nordique, Lausanne 2020, Léonie Jeannier
Ski de fond, biathlon , combiné nordique, saut à ski

BIATHLON – Après les hommes dans la matinée, les dames se sont départagées sur le sprint des Jeux olympiques de la jeunesse de Lausanne 2020. Les Françaises témoignent après la course pour Nordic Magazine.

 

  • Léonie Jeannier : « Je suis allée au bout »

« Je suis super contente. Je suis en même temps déçue car j’étais vraiment malade cette semaine. Je suis allée au bout parce qu’on m’a dit que je jouais le podium. Je suis quand même vraiment déçue d’être malade comme ça. Je n’en pouvais vraiment plus, je ne pouvais pas donner plus.

Je n’avais plus de jambes à l’arrivée, je commençais à voir les étoiles dans le dernier tour. J’avais de gros points de côté, enfin bon, comme quand on est malade quoi. Plus de jus mais je suis contente d’avoir bien tiré. J’étais bien au tir. Je me disais que de toute façon je devais y aller puisque je ne pourrais pas jouer sur les skis, donc combler le maximum de temps sur le pas de tir.

Ski nordique, saut à ski, Vu de Norge, Norvège, Biathlon, Ski de fond, Combiné nordique, Lausanne 2020, Léonie Jeannier

 

Il y avait vraiment énormément de monde sur la piste. C’était super. Il y a le lycée qui est venu, toute ma famille et mes amis aussi donc forcément j’ai pu aller un peu plus loin que d’habitude, jusqu’à presque tomber dans les pommes à l’arrivée. »

 

  • Fany Bertrand : « Pas une journée géniale »

« J’ai beaucoup de regrets sur le tir debout. Je ne sais pas ce qu’il s’est passé mais ce n’est pas ce que je voulais en tout cas, ça c’est sûr. Je pense que j’ai voulu tenter certaines choses mais ça n’a pas fonctionné.

Ski nordique, saut à ski, Vu de Norge, Norvège, Biathlon, Ski de fond, Combiné nordique, Lausanne 2020, , Fany bertrand

 

Les jambes étaient dures mais bon, ça va, ce n’est pas grave. Ce n’est pas une journée géniale mais ça arrive de toute façon. Le public était aussi dingue que samedi dernier. C’était ouf ! Mais ça ne suffit malheureusement pas… »

 

  • Chloé Bened : « J’ai encore beaucoup de boulot »

« Je ne suis pas trop trop contente de ma course puisque de toute façon pour jouer devant il fallait faire le 10/10. Et trois balles c’est beaucoup trop avec l’anneau de pénalité qui est vraiment grand. Donc dès qu’on fait des fautes, ce n’est pas bon signe.

Sur les skis j’étais pas mal. Mais comme samedi, des balles de trop pour jouer devant. J’aurais peut-être dû cliquer sur le couché parce que le vent était vraiment nul par rapport au tir de réglage. Sur le debout, c’est moi. J’ai encore beaucoup de boulot pour travailler le debout. Parce que là, c’est pas top quoi…

Ski nordique, saut à ski, Vu de Norge, Norvège, Biathlon, Ski de fond, Combiné nordique, Lausanne 2020, Chloé Bened

 

Il y a tous les supporters qui sont derrière, qui crient. Ça ne me déconcentre pas trop mais bon voilà, c’est comme ça. Il faut vraiment être focalisé sur son tir et je pense que je suis un peu passée à travers.

Je remercie les supporters parce que sur le dernier tour ils étaient tous là, surtout sur le long plat en haut. Ils étaient tous là pour nous encourager et pour ma part, ils m’ont fait pousser des ailes. MERCI. »

 

  • Jeanne Richard : « Ce n’est pas grave »

« Je me sentais vraiment bien sur les skis. Je prends que ça pour l’instant. Même si en tir ce n’est pas allé aujourd’hui, sur les skis je me sentais bien, donc il n’y a pas de problème(s). Je vais regarder avec mes coachs les points négatifs, on va retravailler et puis voilà, c’est tout.

Je n’étais pas forcément à 100% dedans. Je me suis laissée un peu distraire avant le pas de tir mais ce n’est même pas ça. Je n’ai pas tenu ma carabine et c’est tout, ça arrive des jours sans. Je passe complètement à travers du tir, mais bon, ce n’est pas grave.

Ski nordique, saut à ski, Vu de Norge, Norvège, Biathlon, Ski de fond, Combiné nordique, Lausanne 2020, Jeanne Richard

 

Avec ce public, on se sent plein d’énergie. Quand on passe à côté des Français et même des étrangers, on nous encourage avec des “Allez la France” ou même par nos noms ! Nos noms sont cités, donc il n’y a rien à dire, c’est super ! La foule nous rebooste, on ne s’entend plus respirer mais ce n’est pas grave ; c’est un super public. »

 

À lire aussi :

 

Images : Nordic Magazine

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.