Biathlon | Lenzerheide : entretien avec Simon Fourcade

BIATHLON - A la veille du début des championnats du monde jeunes / juniors, Simon Fourcade s'est confié sur l'état de ses troupes. Le coach de l'Equipe de France emmènera une équipe jeune mais ambitieuse sur ces Mondiaux. 
Rollerski, trail, ski de fond, Ski nordique, Ski-roues

BIATHLON – A la veille du début des championnats du monde jeunes / juniors, Simon Fourcade s’est confié sur l’état de ses troupes. Le coach de l’Equipe de France emmènera une équipe jeune mais ambitieuse sur ces Mondiaux. 

 

Simon Fourcade, connaîtra ses premiers Mondiaux jeunes / juniors avec la casquette d’entraîneur. Aux côtés de Jean-Paul Giachino, Bastien Moretti et Floriane Parisse, le nouvel entraîneur de l’Equipe de France juniors emmènera une équipe ambitieuse. Les 17 athlètes retenus tenteront de faire au moins aussi bien que les 6 médailles (dont deux titres) remportées l’hiver dernier à Brezno-Osrblie.

«Un site magnifique que l’on commence à bien connaître»

  • Simon, quel a été votre programme depuis l’étape de Coupe de France de Bessans, le week-end dernier ? 

La préparation  s’est bien passée, nous étions en stage à La Féclaz après l’étape de Coupe de France de Bessans. C’était  plutôt court mais avec les Jeux Olympiques de la Jeunesse qui se sont terminés juste avant, ce n’était pas évident de faire plus pour moi. C’était d’avantage un stage cohésion plus qu’un stage de préparation. De toute façon on ne change pas les choses à 5 jours de l’événement. Ensuite, on est arrivé vendredi à Lenzerheide. C’était un choix de notre part pour rester en France jusqu’au dernier moment.

  • Pouvez-vous nous décrire le site de Lenzerheide et les pistes de compétitions ? 

C’est un site magnifique, il n’y a pas énormément de neige , mais ils font vraiment du super boulot. C’est un site qu’on commence à bien connaître,  les techniciens qui sont avec nous (Samuel Rege-Gianasso, Luc Ronin) le connaisse aussi donc c’est toujours un plus. Les pistes sont très difficiles. Pour des mondiaux juniors, la piste est vraiment  très relevée. Tout est très bien préparé, il y a une grosse organisation avec de très belles installations. Franchement, c’est du très haut niveau, on ne serait pas plus surpris que sur un site de coupe de monde.

«l’objectif c’est qu’ils prennent des repères pour la suite»

  • Parmi ces sélectionnés beaucoup connaîtront leurs premières courses internationales , quel a été votre discours pour ces jeunes athlètes ?

Mon discours c’est surtout de leur dire de ne rien changer, de ne rien inventer. Ce n’est pas parce qu’on est sur des championnats du monde qu’il faut bouger les choses. Je leur ai dit de rester dans leur schéma, dans leurs repères. Ils sont là pour prendre des repères pour la suite, pour prendre leur marque et se confronter aux autres nations. Ces mondiaux doivent leur permettre de se situer. Nous avons la chance d’avoir une grosse densité en France, donc s’ils font ce qu’ils savent faire et ce qu’ils montrent sur le circuit national, ils ne seront pas loin de la vérité.

On ne leur mets pas de pression, l’encadrement a changé, les athlètes aussi. Evidemment ce serait une fierté pour la France de conserver ce titre. Mais je leur demande avant tout de faire leurs courses. Si elles sont à leur niveau, le résultat viendra. Mais elles ne sont que dans la catégorie juniors, il faut avant tout qu’elles se réalisent en tant qu’athlète, on s’attachera à ces statistiques plus tard. Je ne fixe pas d’objectifs en terme de médailles.

BIATHLON - Une France de gala a conservé son titre mondial du relais lors des Mondiaux Juniors de biathlon. En Slovaquie, les Françaises ont dominé de la tête et des épaules et se parent d'or devant l'Allemagne et la Suède. 

Les Françaises (Bened , Chauveau, Jeanmonnot-Laurent), championnes du monde de relais juniors en 2019.

 

Martin s’est blessé à l’épaule après une mauvaise chute. Il a fait un très beau début de saison notamment sur les IBU Cup de Sjusjoen. Ensuite ça a été un peu plus poussif. Il a manqué la sélection 0 cause de son épaule . Il ne doit sa sélection que grâce à son titre sur l’individuel l’an dernier et sera donc à minima engagé sur l’individuel, ensuite on verra. C’est vrai qu’on est un peu dans l’inconnu le concernant, il n’a pas pu s’entraîner comme il faut avec ses douleurs à l’épaule. Il a quasiment fait ses premières intensités la semaine dernière à Bessans, donc j’espère que la douleur le laissera tranquille et qu’il pourra s’exprimer pleinement.

Nous avons appris la nouvelle mercredi. Ma priorité c’était qu’il retrouve les siens, je l’ai donc ramené auprès de sa famille. et de sa maman. J’ai passé un moment avec lui à discuter; c’est à lui de faire son choix, de prendre la décision de venir courir ou pas. J’ai l’impression qu’il a envie de revenir. Il reviendra peut-être avec nous en fin de semaine, mais ce choix lui appartient, et ce n’est de toute façon pas la priorité.

  • Sébastien Mahon souffrait du dos lors des deux dernières étapes nationales, comment va-t-il ? 

Oui, il s’est fait une petite contracture en manquant un pas lors d’une course à Bessans. Il a un pincement au niveau des disques lombaires. Sébastien, il est fidèle à lui-même, très jovial et aussi très combatif, il ne fait ressentir à personne cette gêne. Il essaye de dépasser ça, il continu à avoir des soins avec les kinés. Au vu du potentiel qu’il a montré ce serait bien qu’il puisse se réaliser pleinement, surtout après ses soucis de la saison passée et son opération du syndrôme des loges.

 

Retrouvez ici la sélection tricolore de ces Mondiaux jeunes / juniors de Lenzerheide

Retrouvez ici notre analyse des principaux adversaires des Français lors de ces Mondiaux 

 

photos : Biathlon Arena Lenzerheide | OIS photos | Nordic Magazine

 

 

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.