Biathlon : les cinq enseignements du début de saison féminin

Hochfilzen, biathlon, Elvira Oeberg, Marketa Davidova, Justine Braisaz-Bouchet, Tiril Eckhoff, Dorothea Wierer
Ski de fond, Biathlon, Saut à ski, combiné nordique, ski nordique, rollerski, coupe du moSki de fond, Biathlon, Saut à ski, combiné nordique, ski nordique, rollerski, coupe du monde, Nordic Magazine

BIATHLON – En cette fin de mois de décembre, et après quatre semaines de coupe du monde, Nordic Magazine fait un premier bilan de la saison. Continuons cette série avec les cinq principaux enseignements tirés du début d’hiver féminin.

 

1. Les Bleues n’ont pas (encore) réglé la mire

Décidément, le tir pose de sacrés problèmes aux biathlètes françaises. Après Vincent Porret et Franck Badiou, c’est Jean-Paul Giachino, sorcier et artisan des succès passés du biathlon hexagonal, qui a pris les rênes du secteur l’été passé. Si « Paulo », des lèvres de ses élèves, apporte beaucoup de sérénité à ses ouailles, les résultats peinent à se matérialiser en compétition. Seuls deux pleins, par les sœurs Chevalier lors des sprints de Kontiolahti (Finlande), sont venus égayer le morne ciel français. Et les courses à une erreurs sont rares…

« Mentalement, c’est énervant qu’il n’y ait pas une rébellion ou un lâcher-prise par rapport à ce résultat. Pardon mais, au niveau mondial, personne les attend. Certes, au niveau Français, il y a de l’attente, mais pas non plus au niveau des garçons. Je me dis que, si un jour ça claque, comment elles vont gérer le fait de tenir au sommet ? C’est ça bien le pire finalement. Si déjà là, elles n’arrivent pas à gérer cette petite attente… », alertait Sandrine Bailly dans nos colonnes il y a quelques jours. Ce sera tout l’enjeu du reste de l’hiver : gérer l’émotionnel pour performer, et, pourquoi pas, rester dans les hautes sphères du classement.

 

Julia Simon, biathlon, Hochfilzen

Julia Simon (FRA) – Manzoni/NordicFocus

 

2. Marte Olsbu Roeiseland vs Hanna Oeberg : le combat des reines

Les Scandinaves règnent sur ce début d’hiver féminin. La Suédoise Hanna Oeberg et les Norvégiennes Tiril Eckhoff et Marte Olsbu Roeiseland se sont effectivement partagées sept des neuf victoires individuelles des quatre premières semaines. Au général, pour le moment, ce sont la championne olympique de l’individuel et la septuple médaillée des Mondiaux d’Antholz (Italie) qui se font la malle : Olsbu Roeiseland, avec 37 points d’avance sur Oeberg, a déjà pris une belle option. Régulière, complète et costaude mentalement, la Norvégienne fait figure de grande favorite pour l’obtention du gros globe de cristal en fin de saison, son objectif affiché depuis de nombreux mois. La Suédoise, après un départ canon à Kontiolahti (Finlande), s’est peu à peu éteinte malgré quelques beaux sursauts d’orgueil comme lors de la première poursuite d’Hochfilzen (Autriche).

 

Marte Olsbu Roeiseland, Hanna Oeberg, Tiril Eckhoff, biathlon, Hochfilzen

Tiril Eckhoff (NOR), Hanna Oeberg (SWE), Marte Olsbu Roeiseland (NOR) – Manzoni/NordicFocus

 

3. Une duo de (jeunes) prétendantes

Derrière ce duo de tête, on trouve une Tiril Eckhoff en renaissance après un tout début d’hiver compliqué puis la jeunesse pointant le bout de son nez. Elvira Oeberg, la jeune sœur d’Hanna, explose au plus haut niveau, porté par une incroyable vitesse sur les planches, tout comme la Biélorusse Dzinara Alimbakava, vainqueure de sa première coupe du monde à Hochfilzen (Autriche). Les deux, prétendantes au dossard bleu foncé des moins de 25 ans, sont dans un deuxième wagon au général mais pourraient profiter, éventuellement, d’un coup de mou des filles de tête pour jouer le gros globe.

 

Elvira Oeberg, Dzinara Alimbekava,, biathlon, Hochfilzen

Dzinara Alimbekava (BLR), Elvira Oeberg (SWE) – Manzoni/NordicFocus

 

4. Les Suédoises en feu

En début de saison, à Kontiolahti (Finlande), il n’y en avait que pour elles ! Les combinaisons à dominante jaune de l’équipe nationale de Suède trustaient les tops 15 : cinq lors de l’individuel d’ouverture, trois lors des deux sprints et encore trois à la fin de la poursuite. Portées par les sœurs Oeberg, les Johanna Skottheim, Mona Brorsson et Linn Persson ont élevé leur niveau lors des premières semaines de cet hiver. Aussi, comme le soulignait Sandrine Bailly le jour de Noël sur notre site, Stina Nilsson « apporte beaucoup de positif au sein de son équipe parce que, comme elle est débutante au tir, ils ont fait plein d’exercices différents. » La transfuge du ski de fond, qui débutera en IBU Cup au mois de janvier, est effectivement un des éléments explicatifs de la bonne forme suédoise du début d’hiver. Même si, à Hochfilzen (Autriche), les filles coachées au tir par le Suisse Jean-Marc Chabloz étaient (déjà) descendues d’un cran…

 

Elvira Oeberg, Hanna Oeberg, Johanna Skottheim, Linn Persson, Hochfilzen, biathlon

Elvira Oeberg (SWE), Hanna Oeberg (SWE), Linn Persson (SWE), Johanna Skottheim (SWE) – Manzoni/NordicFocus

 

5. Dorothea Wierer piano piano

La Transalpine Dorothea Wierer est probablement la plus grande star médiatique du biathlon mondial. Double vainqueure en titre du gros globe de cristal, elle a remporté, plutôt grâce à son tir que sa condition physique précaire, l’individuel d’ouverture de Kontiolahti (Finlande). De quoi conserver son dossard jaune une journée de plus. Depuis, Wierer a alterné le bon (huitième et dixième des sprints d’Hochfilzen, sixième et cinquième des poursuites) et le moins bon (22e et 28e des sprints de Kontiolahti, 20e de la poursuite finlandaise) tout en affichant une forme ascendante. De quoi lui offrir de belles perspectives en 2021 où les Mondiaux, lors desquels elle aura deux titres à défendre, seront son principal objectif. Elle pointe déjà à 111 points de Marte Olsbu Roeiseland au général.

 

Dorothea Wierer, Hochfilzen, biathlon

Dorothea Wierer (ITA) – Manzoni/NordicFocus

 

Photos : Nordic Focus.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.