Biathlon : les douze tricolores à la conquête des Jeux

BIATHLON - Entraîneur historique de Martin Fourcade et de l’équipe de France, Stéphane Bouthiaux ne sera plus aux manettes la saison prochaine.
BIATHLON – Six hommes et six femmes défendront les chances tricolores à Pyeongchang aux côtés d’un Martin Fourcade, une nouvelle fois numéro un mondial avant d’attaquer ces Jeux olympiques, ces troisièmes.

Cinq courses individuelles, un relais mixte et les deux relais hommes et dames pour défendre voire faire mieux que le bilan comptable de Sochi avec quatre médailles (deux or et une argent pour Martin Fourcade, une bronze pour Jean-Guillaume Béatrix). Voici le programme et la mission pour les douze athlètes français qui feront le voyage en Corée du Sud ce 1er février.

Martin Fourcade, impressionnant cette saison et poussé dans ses retranchements par un Johannes Tighnes Boe tout aussi épatant, fort de ses huit victoires, vise un nouveau titre et également une médaille collective, celle qu’il avait manquée en Russie avec les copains de l’équipe. Avec une troisième médaille d’or, il égalerait accessoirement les trois titres de Jean-Claude Killy… Le sextuple vainqueur de la coupe du monde veut surtout bien faire les choses et ne pas avoir de regrets, « et si je suis battu par un mec plus fort que moi, je n’aurai qu’à le féliciter », dit-il.

Johannes Thingnes Boe (NOR), Martin Fourcade (FRA)

Fourcade – Boe ce sera clairement le match de ces Jeux en biathlon, mais de nombreux athlètes rêvent de leur barrer la route, histoire de respecter le cours de l’histoire faite de surprise et d’outsider heureux…

Antonin Guigonnat (FRA), Simon Desthieux (FRA)

Quentin Fillon-Maillet, Antonin Guigonnat, montés deux fois sur le podium cet hiver et Simon Desthieux seront les trois autres mousquetaires d’une équipe qui peut rêver en grand… Guigonnat, la belle histoire de l’hiver avec son podium arraché sur le sprint du Grand-Bornand avant la confirmation de son grand talent sur la mass-start de Ruhpolding, toujours aux côtés des deux ogres de la discipline, peut claquer la course parfaite le jour J. Ses voisins de chambrée aussi si la performance derrière la carabine est du même acabit que la forme sur les skis, en particulier sur la difficile piste olympique.

Quentin Fillon Maillet (FRA), Antonin Guigonnat (FRA)

Simon Desthieux (FRA)

Emilien Jacquelin (FRA)

 

Avec eux, Emilien Jacquelin et Simon Fourcade seront des remplaçants qui pourraient prétendre, pour le premier notamment, à disputer l’une des épreuves individuelles voire le relais en fonction de l’état de forme de chacun. Reste à savoir comment tous réagiront de la pression de l’événement, en particulier pour les deux nouveaux, Jacquelin et Guigonnat.

 

Objectif médaille pour les bleues

 

Chez les dames, les résultats affichés cette saison sont moindres que lors de l’étincelante dernière saison marquée par une pluie de podiums. Un mal pour un bien ? On verra cela à Pyeongchang en fonction de la médiatisation autour des bleues, mais de fait, les attentes concernant le collectif de Julien Robert doivent être mises en face des prestations des bleues.

Julien Robert (FRA), coach Team France, Justine Braisaz (FRA), Jean Paul Giachino (FRA), coach Team France

Justine Braisaz continue sa construction après sa magnifique victoire au Grand-Bornand et même si elle affiche un bilan moins flamboyant ensuite, elle devrait être au rendez-vous de ses premiers Jeux olympiques, elle qui a connu le maillot jaune cette année. Tout comme Marie Dorin-Habert qui veut finir sa carrière sur une bonne note après être passée tout près d’une année sans… Anaïs Bescond, son amie de longue date, briguera elle aussi une breloque, tout comme la quatrième titulaire Anais Chevalier.

 

Justine Braisaz (FRA), Celia Aymonier (FRA), Anais Chevalier (FRA), Anais Bescond (FRA)

Ensemble, les Françaises, victorieuses du relais d’Oberhof devant les Allemandes, auront clairement la tête à la médaille le jour du relais dames, le 22 février. Il conviendra seulement de faire, dès la course d’ouverture, le sprint du 10 février, les choses simplement derrière la carabine. De répéter ses gammes car sur la piste, ça dépote chez les Françaises cette année… Célia Aymonier, qui connaît quelques difficultés au pas de tir, saura suppléer une éventuelle malade sur la quinzaine olympique.

Anais Bescond (FRA)

Enfin, la sixième place du groupe France fut âprement disputée entre deux jeunes athlètes pleines de promesses, Chloé Chevalier 22 ans, sacrée championne d’Europe de l’individuel et Julia Simon 21 ans, au profit finalement de cette dernière, auteur d’un Top 15 à Antholz.

LES SELECTIONNES :

 

Photo : NordicFocus


Retrouvez cet article et bien d’autres sur l’application de Nordic Magazine.
Pour plus d’informations, cliquez sur la bannière ci-dessous :

Ski nordique, ski de fond, biathlon, combiné nordique, saut à ski, hiver, coupe du monde, Martin Fourcade


 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.