Biathlon : les enjeux de la première confrontation internationale à Sjusjoen

Ski nordique, ski de fond, saut à ski, combiné nordique, biathlon, coupe du monde, FIS, Ski, hiver, Nordic Magazine, vainqueur, ski, saut à ski,

Ce week-end en Norvège, les biathlètes retrouvent la compétition avec un sprint samedi et une poursuite dimanche sur la piste de Sjusjoen où se déroulent les sélections norvégiennes pour la coupe du monde.

Nordic Magazine soulève les quatre questions principales de ce premier rendez-vous de l’hiver.

 

1/ Quels sont les enjeux de cette première compétition où les Norvégiens, Autrichiens, Ukrainiens et Français seront en lice ?

Qu’on soit Norvégiens ou étrangers, l’enjeu ne sera pas franchement le même. Pour les “Norge”, ces deux courses du week-end attribueront les derniers tickets disponibles pour les prochaines étapes de la coupe du monde de biathlon qui reprendra ses Ostersund le 24 novembre prochain, en Suède. Autant dire que dans l’ombre des Svendsen et Boe (pas certain de participer car grippé), la relève norvégienne aura les dents très longues pour intégrer une équipe à la densité très élevée. Seuls Bjoerndalen, Boe, Svendsen et L’Abee-Lund sont protégés chez les hommes et Tora Berger et Syonnoeve Solemmdal chez les dames.

Pour les Français, cette première confrontation de l’hiver est également très attendue. De Martin Fourcade à Marie Dorin-Habert, les biathlètes français ont hâte de remettre le dossard, retrouver la compétition et surtout dimanche, la confrontation directe.

 

2/ Faut-il (déjà) s’attendre à un duel Fourcade – Svendsen ?

Martin Fourcade et Emil Hegle Svendsen ont totalement dominé la dernière saison : l’un a raflé tous les globes de cristal, l’autre a écrasé les mondiaux de Nove-Mesto. Cette saison olympique sera-t-elle une réédition de la précédente ? Répondre par l’affirmative serait faire offense aux autres biathlètes et la vérité d’hier n’est pas celle du lendemain. Sans doute que les deux meilleurs ennemis du circuit seront aux avant-postes, c’est même fort probable, mais on peut aussi attendre (et espérer ?) l’éclosion de jeunes talents ; ne serait-ce que pour le spectacle ! L’hiver dernier, Landertinger, Fak, Birnbacher complétaient le top 5 du général de la coupe du monde ; on ne peut pas dire que ce soit des nouveaux venus. En cette année olympique, les Russes seront à surveiller notamment Malyshko, brillant à Oberhof ou Moravec et Shipulin…

 

3/ Tora Berger sera-t-elle de nouveau seule au monde ?

Ce qu’elle a fait l’an passé relève du même exploit que celui signé Martin Fourcade. La Norvégienne Tora Berger a tout écrasé sur son passage en 2012-2013. En cette saison, elle a soif d’or olympique. Reste à savoir si les Domracheva, Soukalova, Gössner ou Makarainen sauront hisser leur niveau pour lui barrer la route. Chez les bleues, Marie Dorin-Habert (4e mondiale) a les armes pour s’imposer régulièrement sur les podiums, y compris dès ce week-end ; à condition qu’elle assume son statut de numéro un française et qu’elle croit réellement en ses chances de victoires. Dans son sillage, Marie-Laure Brunet signera ce samedi son retour à la compétition après une fin d’hiver avortée.

 

4/ Et si ça se passait mal ?

Même si l’attente est forte pour cette confrontation, les coachs tricolores ne s’en font pas une montagne. Tous ont naturellement envie que leurs athlètes fassent d’entrée de jeu le plein de confiance en ce début d’hiver… mais ne se trompent pas d’objectif. La saison de coupe du monde débute réellement le 24 novembre, pas avant ! En cet hiver olympique, Martin Fourcade répète qu’il aura besoin d’un maximum de bons résultats avant les Jeux olympiques. La saison s’annonce longue : les athlètes devront, plus encore que d’habitude, parfaitement géré les temps forts et les temps faibles de l’hiver. Le rendez-vous du week-end norvégien donnera juste une petite idée des forces en présence.

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.