Biathlon : les forces en présence à deux jours de la coupe du monde

Après la répétition générale à l’occasion de l’IBU cup disputée sous forme de deux sprints ce week-end sur la piste enneigée artificiellement d’Östersund, c’est ce mercredi que sera levé le rideau de la nouvelle saison de coupe du monde de biathlon.

Le format réservé pour cette ouverture, à savoir un individuel (15 km et quatre tirs pour les dames et 20 km agrémentés de quatre tirs chez les hommes), devrait mettre en lumière les tireurs d’élite du circuit.
Et justement, les bleus en font partie. On attend naturellement beaucoup de Martin Fourcade, N°3 mondial l’an passé, champion du monde en Russie et vice-champion olympique de mass-start à Vancouver en 2010. Le Catalan sait qu’il a les moyens aussi bien physiques que de précision pour s’installer une nouvelle fois dans le top 5 mondial cet hiver, voire encore progresser…

Dans son sillage, son frère Simon aimerait retrouver le niveau qui lui a permis d’endosser le maillot jaune de leader mondial voici deux hivers… La motivation est là en tout cas, pour preuve, sa 10e place sur le second sprint de ce week-end alors que lors de la première course, une chute assez sévère avait abîmé sa carabine et… déchiré sa combinaison. Avec Vincent Jay, Loïs Habert (5e à Östersund) ou encore Alexis Bœuf, plutôt régulier ce week-end (5e et 17e), l’équipe de France a, sur le papier, les moyens de claquer des podiums sur chaque par équipe de l’hiver, à commencer par celui des mondiaux de Ruhpolding, en Allemagne.

Des adversaires coriaces… et de plus en plus nombreux
Mais les Bleus auront aussi affaire à une concurrence accrue chaque hiver. On pense naturellement aux Norvégiens Emil Egle Svendsen et Tarjei Boe, les deux derniers vainqueurs du gros globe de cristal, au prometteur Ronny Hafsas mais aussi à leur aîné et légende vivante du biathlon (décevant l’an passé) Ole Einar Bjoerndalen toujours capable de se transcender lors des grands rendez-vous… Les Russes seront là avec Ustyugov (Chresov, triple champion du monde a été gravement blessé cet été…) et aussi les Allemands, sans doute revanchards après un hiver délicat.
Capture d’écran 2011-09-10 à 09.15.21
Makarainen conservera-t-elle son globe ?
Chez les dames, nos bleues ont également, et peu de temps après les départs successifs des Florence Baverel, Sylvie Becaert ou Sandrine Bailly, réussi à concocter une équipe compétitive. Elles ont d’ailleurs commencé la saison en recevant en octobre la médaille d’argent mondiale reçue suite au déclassement des Ukrainiennes pour un cas de dopage lors du relais de Kanty-Mansisk.
Les deux médaillées mondiales et olympiques Marie-Laure Brunet (13e du général en 2011) et Marie Dorin (7e mondiale) auront à cœur de progresser au sein de la hiérarchie mondiale et d’aiguiller leurs collègues Anaïs Bescond de Morbier (25e mondiale l’an passé), Sophie Boilley (40e), ou Claire Breton vers les plus hauts sommets.

Elles aussi auront de la concurrence dans une coupe du monde où les cinq premières du général ont terminé l’an passé en 50 points… L’une des questions de la saison sera de savoir si la Finlandaise Kaisa Makarainen est capable de conserver son titre et de résister aux assauts de l’insatiable Magdalena Neuner qui pourrait annoncer sa retraite avec les mondiaux (à domicile) de Ruhpolding, de la Russe Damrachova, de l’expérimentée Anna Carin Zydek ou encore de la Suédoise Helena Ekholm.
Le 15 km de mercredi soir donnera une première tendance sur cette saison qui s’annonce passionnantes.


Retrouvez cet article et bien d’autres sur l’application de Nordic Magazine.
Pour plus d’informations, cliquez sur la bannière ci-dessous :

Ski nordique, ski de fond, biathlon, combiné nordique, saut à ski, hiver, coupe du monde, Martin Fourcade