Restez en contact avec Nordic

Qu'est-ce que Nordic peut faire pour vous ?

Emilien Jacquelin, Julia Simon, biathlon, Oberhof
10.01.2021, Oberhof, Germany (GER): Julia Simon (FRA), Emilien Jacquelin (FRA) - IBU World Cup Biathlon, single mixed relay, Oberhof (GER). www.nordicfocus.com. © Manzoni/NordicFocus. Every downloaded picture is fee-liable.

Biathlon

Biathlon | Oberhof : les confidences de Julia Simon et d’Emilien Jacquelin

Ce dimanche après-midi, Julia Simon et Emilien Jacquelin ont terminé la première semaine d’Oberhof (Allemagne) en beauté en dominant de la tête et des épaules le relais mixte simple. Pour Nordic Magazine, le duo est revenu sur sa performance. 

Avant le contrôle antidopage, et alors que les chaperons de l’IBU les attendaient au pied du camion de fartage dans lequel ils ont pris place, Emilien Jacquelin et Julia Simon, lauréats du relais mixte simple d’Oberhof (Allemagne), se sont confiés à Nordic Magazine par visioconférence. Entretien d’un duo heureux.

  • Vous vous êtes comportés en patrons sur cette course : on avait l’impression que rien ne pouvait vous arriver…

JULIA SIMON : Tant que la dernière balle n’était pas lâchée, c’était dur de dire ça [sourire]. Mais c’est vrai qu’en regardant Emilien, ça paraissait facile. Ça fait vraiment du bien à la tête, c’est génial.

Emilien Jacquelin, Julia Simon, biathlon, Oberhof

Julia Simon (FRA), Emilien Jacquelin (FRA) – Manzoni/NordicFocus

  • Vous remportez le seul relais mixte simple programmé avant les championnats du monde de Pokljuka (Slovénie) : est-ce à dire qu’une médaille vous y attend ?

EMILIEN JACQUELIN : On sait qu’on a ce tir rapide comme point commun avec Julia. Cet engagement est nécessaire pour briller sur ce format. C’était déjà le cas par le passé quand nous étions allés chercher des médailles aux championnats d’Europe. On connaît nos forces et nos faiblesses mais je pense effectivement qu’on a les armes pour aller jouer devant sur les Mondiaux. Ce n’était pas une course de second niveau avec les équipes types de Norvège, Suède ou Italie. Ce sont des équipes avec des personnes de renom et on montre qu’on sait apprendre de nos erreurs. On a fait preuve d’expérience et d’intelligence pour faire une très belle course. C’était travaillé.

« Une course positive »

  • Est-ce format favorisant la nouvelle génération décomplexée sur le pas de tir ?

JS : Je pense qu’avec Emilien, ça fait un moment qu’on évolue sur ce format-là, et qu’on a l’expérience tous les deux. On sait à quoi s’attendre, on est préparé pour ça. Mais on n’est pas plus avantagé, on sait juste à quoi s’attendre quand on met un dossard sur un mixte simple.

EJ : Ce format montre les faiblesses qu’on peut avoir sur un instant T. Si on va en mettre un peu plus sur les skis ou si on est sur la défensive, cela va se voir directement au niveau du pas de tir. On paye cash les erreurs.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Julia Simon (@julia_.simon)

  • Plus tôt dans la journée, vos coéquipiers terminaient à la troisième place du relais mixte classique, preuve d’un gros collectif au sein de l’équipe de France : comment le vivez-vous ?

JS : Il y a un réservoir et il faut se battre pour avoir cette place au sein de l’équipe. Ça nous pousse et c’est vrai que c’est une petite fierté de faire partie des relais. Ce sont des courses qui donnent envie.

Emilien Jacquelin, Julia Simon, biathlon, Oberhof, Sebastian Samuelsson, Hanna Oeberg, Johannes Thingnes Boe, Tiril Eckhoff

Julia Simon (FRA), Emilien Jacquelin (FRA), Johannes Thingnes Boe (NOR), Tiril Eckhoff (NOR), Hanna Oeberg (SWE), Sebastian Samuelsson (SWE) – Manzoni/NordicFocus

  • Individuellement, cette victoire doit vous booster pour la suite…

EJ : Encore une fois, ce sont des courses sur lesquelles on peut s’appuyer et qui nous permettent de travailler des détails techniques qui nous ont manqué pendant la semaine pour être vraiment sur le devant de la scène. Ces courses explosives nous aident à travailler des petites choses.

JS : Individuellement, on met en place des choses, on voit que ça fonctionne et ça nous remotive pour repartir sur les courses individuelles la semaine prochaine. On peut s’appuyer là-dessus. Ce sont vraiment des courses positives.

L'article continue sous la publicité
pub

À lire aussi :

Photos : Nordic Focus.

Cliquez pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ski de fond, Biathlon, Saut à ski, combiné nordique, ski nordique, rollerski, coupe du monde, Nordic Magazine
Biathlon, Ski de fond, Ski nordique, Saut à ski, Saut spécial, Combiné nordique, Nordic Magazine, Sports d'hiver

Facebook

A LIRE AUSSI

Biathlon

Benjamin Weger, sur le podium de la mass-start d'Oberhof (Allemagne) cette saison, est le seul biathlète suisse à être conservé en équipe nationale pour...

Saut à ski

La sauteuse à ski française Julia Clair, 27 ans, revient pour Nordic Magazine sur la décision de la FIS de ne pas autoriser les...

Rollerski

Du Blinkfestivalen en Norvège au Martin Fourcade Nordic Festival, quels seront les événements de l'été ? Voici une première liste des temps forts.

Biathlon

La Suédoise Hanna Öberg n’a pas passé une saison tranquille et a souffert d'un manque d'énergie entre les compétitions. Son entraîneur Johannes Lukas, donne...

Planète Blanche

Toutes les semaines, retrouvez l’actualité – qui se veut la plus exhaustive possible – des sports blancs sur Nordic Magazine.

Biathlon

Les biathlètes en stage dans le Kamtchatka ont pris le départ du dernier marathon de ski de fond de l'hiver en Russie.

Biathlon

Dans un entretien accordé à Nordic Magazine, Siegfried Mazet, l'entraîneur tricolore du tir norvégien, revient sur les soucis de carabine ayant escorté l'hiver de...

Biathlon

Dans un entretien accordé à Nordic Magazine, Siegfried Mazet, l'entraîneur tricolore du tir norvégien, revient, en dehors du duel Sturla Holm Lægreid/Johannes Thingnes Boe,...