Biathlon | Océane Michelon : « J’ai construit de belles choses »

Rollerski, trail, ski de fond, Ski nordique, Ski-roues

BIATHLON – Elle a été la grande dame dans la catégorie U19 à La Féclaz pour le premier Summer Tour. Océane Michelon a marqué les esprits en remportant deux victoires sur les deux seules courses de l’été. Elle revient sur son week-end parfait pour Nordic Magazine.

 

C’est depuis Ramsau, en Autriche, où elle est en stage avec le comité de Savoie, qu’Océane Michelon répond aux questions de Nordic Magazine. Après un retour à la compétition plus que réussi à La Féclaz avec le titre national du sprint court et la victoire sur la poursuite, la jeune biathlète de 19 ans revient sur son premier doublé, et un titre à la saveur particulière, fruit de nombreuses heures de travail… et de remises en question. Entretien.

 

C’est la première fois que je fais un doublé sur deux courses qui se complètent (sprint/poursuite, ndlr.). C’est une belle façon de commencer la saison. C’est plutôt positif. En plus de ça, c’était l’anniversaire de ma maman le samedi. Ça fait un beau cadeau !

Ski de fond, Biathlon, Saut à ski, combiné nordique, ski nordique, rollerski, coupe du monde, Nordic Magazine

 

  • Vous rendiez vous sur cette première échéance estivale avec des objectifs précis en tête ?

Quand on prend le départ d’une course, on a toujours l’envie de gagner, nous sommes des compétiteurs. Mais on partait tout de même pour des courses d’entraînement, pour se donner de nouvelles pistes de travail. On voulait vraiment savoir où on en était dans la préparation. C’était la base du week-end.

 

« On ne savait même pas que c’était un championnat de France […] Il y a une saveur particulière. »

 

À vrai dire, on ne savait même pas que c’était un championnat de France (sourires). Je ne l’ai su qu’après. Avec les filles, on partait pour des sprints normaux, comme sur une coupe de France. Mais au final, c’était bien plus que ça et je dois avouer qu’on a toutes été surprises. C’est mon tout premier titre !

Océane Michelon s’est offert son premier titre national le jour de l’anniversaire de sa mère, devant Fany Bertrand et Chloé Bened

 

Avant cela, que ce soient des championnats de France ou des classements généraux, j’avais toujours été deuxième ou troisième. Il y a donc pas mal de belles choses sur ce week-end, entre mon premier doublé et ce premier titre. Il y a une saveur particulière.

 

  • On a pu relever des temps de ski canons de votre côté. Vous avez même battu des filles de la catégorie U22. Vous attendiez-vous à une telle forme sur la piste ?

Je me suis surprise sur les temps que j’ai pu faire. La veille des courses, je n’étais vraiment pas en forme. J’avais un pouls élevé et je ne récupérais pas forcément bien. On a fait des tests, notamment en lactate, qui étaient vraiment mauvais. Les jambes n’étaient pas là.

Je ne me sentais pas forcément en forme même pendant les courses. C’était dur physiquement en course, c’était même dur mentalement de se bouger avec les jambes lourdes. Mais au final, le résultat est plutôt bon. Ce sont de belles choses.

 

  • Vous avez aussi su régler la mire devant les cibles…

Au sprint, on avait des balles de pioches. Heureusement qu’il y en avait sinon j’en sortais trois aussi. Mais j’ai quand même réussi à faire de belles choses avec 10/10 sur le sprint en mettant mes balles de pioche, c’est quelque chose de bien. Je fais rarement des résultats comme ça, je ne suis pas réputée pour être une très bonne tireuse… (rires)

biathlon, La Féclaz, Summer Tour

Océane Michelon a beaucoup travaillé cet été pour réaliser ce premier doublé, assez inattendu

 

On a beaucoup bossé cet été. Sur plein de points différents, on a quasiment tout repris de A à Z pour voir pourquoi ça pêchait, entre guillemets. On savait que ça venait de la pression aussi, mais il y avait d’autres choses à revoir. Au final, le travail a payé. On a trouvé encore de nouvelles choses. Il y a de beaux résultats et je suis contente d’avoir réussi à mettre en place ce qu’on a beaucoup bossé. J’ai beaucoup appris et travaillé cet été, mais il reste encore beaucoup de travail. C’est positif !

 

« J’ai réussi à construire de belles choses en me concentrant, laissant mon stress de côté, et me faisant plus confiance. »

 

  • Quels sont les enseignements que vous tirez de cette première phase de retour à la compétition ? 

(Elle réfléchit) Hum, oui. J’ai raté deux fois ma dernière balle. Je dois rester concentrée jusqu’au bout. Cinq balles sont cinq balles, pas quatre et demi. Sinon les conséquences sont lourdes. Il y a aussi un enseignement sur moi. Je suis partie très stressée, ce qui habituellement me porte préjudice sur le tir, mais là je ne me suis pas laissée avoir et je suis restée dans mon truc.

 

J’ai réussi à construire de belles choses en me concentrant, laissant mon stress de côté et en me faisant plus confiances. Ce sont des belles découvertes !

 

C’est vrai que c’est particulier, c’est une ambiance particulière. Même entre nous, il y a des fois où on doit se tenir à distance les uns des autres. D’autant plus qu’on est sur une année où avec toutes les filles on s’entend vraiment bien. Et des fois de devoir mettre des distances ça ne nous va pas trop, ça nous a embêtées. Par rapport à ça, c’était spécial déjà.

Et puis d’habitude il y a du monde, et de plus en plus, sur le bord de piste. Les encouragements nous donnent envie. Quand on est soutenus, c’est entraînant. Avoir ça en moins c’est un peu particulier mais cela nous apprend aussi à travailler toutes seules. Ça faisait vraiment plus entraînement que compétition. C’est un aspect aussi positif car au moins on se concentre bien sur nous. C’est un peu triste car ça enlève un peu d’ambiance mais on a réussi à en garder quand même entre nous.

 

  • La saison s’annonce quelque peu compliquée avec des reports, annulations, etc. Avez-vous tout de même des objectifs en tête pour l’hiver à venir ?

Pour nous, la saison de la Junior Cup est annulée. Déjà ça en moins, ça met un petit coup derrière la tête, c’est décevant. Les championnats du monde sont maintenus donc c’est le gros objectif de la saison, où j’ai réussi à aller l’année dernière. C’était un très bel événement et ça donne envie d’y retourner. L’ambiance y est top ! On fera tout pour pouvoir y aller. Sinon, on donnera le maximum de ce tout ce qu’on a sur le circuit national. Ça reste notre circuit de base avec les copains.

 

Photos : Thomas Bruas

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.