Biathlon : Rien n’arrête le patron

BIATHLON – Lors de la poursuite, Martin Fourcade a bataillé contre Anton Shipulin. Magistral, il a battu le Russe. Derrière, Quentin Fillon-Maillet a été lui aussi étonnant. Il monte sur le podium.

 

Martin Fourcade n’a déjà pas beaucoup d’adversaires à son niveau. Pour la poursuite de Nove Mesto qui s’est disputée samedi, il en a eu encore un de moins. Le Norvégien Emil Hegle Svendsen, enrhumé, a préféré rester au chaud.
 
 


 
 
Le Français est donc parti avec le Russe Anton Shipulin dans ses skis. Le Norvégien Johannes Thingnes Boe suivait de près. Mais, au premier passage sur le pas de tir, ce dernier a manqué deux cibles et s’est retrouvé en difficulté. Son passage par l’anneau de pénalité a profité, un moment, à l’Ukrainien Serhiy Oleksandrovitch Semenov.

 

 


 
 
Au deuxième tour, il ne s’est néanmoins pas immiscé dans le face à face franco-russe. Fourcade et Shipulin ont continué à progresser ensemble. Devant 30 000 spectateurs, le Catalan est arrivé le premier pour le second couché, mais il a moins bien tiré que son adversaire. Le biathlète de Tioumen a dès lors pris l’avantage.

Martin Fourcade est parti à sa poursuite, lui-même chassé par Johannes Thingnes Boe et Erlend Bjoentegaard. Mais les écarts n’ont pas diminué.

Au premier tir debout, les deux biathlètes qui la jouait « duel au sommet » ont inversé leurs rôles. Le Français a fait le plein, quand le Russe laissait échapper sa première balle (4/5).
 
 


 
 
La septième course individuelle de la saison semblait dès lors ne pas pouvoir échapper au numéro un mondial. Avec 5/5 à sa dernière démonstration devant le public tchèque l’ovationnant comme le champion qu’il est, la victoire était acquise. La sixième depuis le coup d’envoi de la coupe du monde.

Derrière, Quentin Fillon-Maillet travaillait consciencieusement, aux côtés de l’Allemand Simon Schempp. Boe qui ne faisait pas carton plein, ouvrait la porte au Jurassien, à la veille de la première mass-start de l’hiver.

 

 


 
 
Une troisième place était possible, à condition de ne pas céder face à Schempp. Une photo finish a été nécessaire pour séparer les deux hommes. Mais le Grandvallier, 20/20, est passé devant, redressant la tête avec orgueil et savoir-faire.

8e avec 19/20, Jean-Guillaume Béatrix a, lui, assuré sa présence dimanche.

 

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.