Biathlon | Siegfried Mazet : « Aucune raison de partir »

biathlon, coupe du monde, Kontiolahti, Siegfried Mazet
Ski de fond, Biathlon, Saut à ski, combiné nordique, ski nordique, rollerski, coupe du moSki de fond, Biathlon, Saut à ski, combiné nordique, ski nordique, rollerski, coupe du monde, Nordic Magazine

BIATHLON – Après le coup de tonnerre de la décision des fondeurs norvégiens de quitter la coupe du monde de ski de fond, la question du maintien des biathlètes du royaume dans la bulle de Kontiolahti (Finlande) se posait légitimement. Pour Nordic Magazine, Siegfried Mazet, coach du tir, explique qu’« il n’y a aucune raison évidente de partir ».

 

Biathlon : « L’IBU a bien anticipé ce qui allait être contraignant durant la saison », félicite Siegfried Mazet

À la veille du sprint inaugural de la deuxième étape de la coupe du monde de biathlon, la pandémie de coronavirus est (encore) sur toutes les lèvres. Surtout depuis que les équipes nationales suédoises et norvégiennes de ski de fond ont décidé de ne pas faire le déplacement à Davos (Suisse) et Dresde (Allemagne) avant Noël. L’équipe du numéro un mondial Johannes Thingnes Boe allait-elle faire le même choix ?

« Pour l’instant, on n’a aucune raison évidente d’abandonner la coupe du monde, explique Siegfried Mazet à Nordic Magazine. On est dans une position de bulle qui fonctionne plutôt bien jusqu’à maintenant. La différence avec la FIS, c’est que l’IBU a probablement mieux anticipé ce qui allait être contraignant, c’est-à-dire les voyages. La FIS, sur ce point, a gardé son programme initial avec beaucoup de trajets. » Et sans étapes doublées comme l’IBU en a fait une règle cet hiver (Kontiolahti, Hochfilzen, Oberhof, Nove Mesto).

 

Siegfried Mazet, biathlon

Siegfried Mazet (FRA) – Manzoni/NordicFocus

 

« Je pense que si on avait dû voyager autant que les fondeurs, on se serait posé la question, poursuite l’ancien coach de Martin Fourcade. On est deux semaines en Finlande puis deux semaines en Autriche, c’est donc complètement différent. »

Pour les athlètes, les choses sont également très claires, comme l’a indiqué Johannes Thingnes Boe dans les colonnes de la NRK : « Mot pour mot, il a dit qu’il respectait le choix de l’équipe de ski de fond mais, qu’en retour, on devait respecter le sien de continuer la coupe du monde de biathlon parce que les conditions ne sont pas les mêmes », indique Siegfried Mazet.

pub

Si l’équipe du royaume scandinave a dû serrer la vis sur les repas – « Tout le monde trifouillait dans la même boîte pour prendre ses couverts, on n’a pas trouvé ça normal », explique Mazet -, tout se passe normalement pour eux à Kontiolahti (Finlande).

 

 

« On fait ce qu’on doit faire, comme respecter les nombreux gestes barrières, dans de bonnes conditions », termine-t-il. Et cela semble réussir à ses hommes : Sturla Holm Lægreid et Johannes Thingnes Boe ont remporté les deux premières courses de l’hiver le week-end dernier.

 

À lire aussi :

 

Photos : Nordic Focus.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.