Biathlon | Siegfried Mazet : « Je n’ai pas encore réfléchi à mon avenir »

Siegfried Mazet, biathlon
Rollerski, trail, ski de fond, Ski nordique, Ski-roues

BIATHLON – Siegfried Mazet, l’entraîneur de tir de l’équipe norvégienne masculine de biathlon, a accordé une longue interview à Nordic Magazine. Dernier épisode : son avis sur le super sprint, la crise économique qui se profile et son futur personnel.

 

Dans l’ultime acte de l’interview accordée à Nordic Magazine, Siegfried Mazet, confiné à Allex (Drôme), évoque son avenir : la fin de son contrat avec la Fédération norvégienne et ses envies futures. Il explique également pourquoi il n’est pas fan du super sprint et montre son pessimisme face à la crise économique qui s’annonce. Mais, pour débuter, parlons de biathlon féminin…

 

  • Dans une interview, Kaisa Mäkäräinen, toute jeune retraitée, a dit qu’être entraînée par tir par vous-même aurait pu la convaincre de continuer sa carrière. Qu’en pensez-vous ? 

J’ai été très flatté ! Je pense que Kaisa me voit bien beau parce que je suis au milieu d’une équipe qui fonctionne bien et dans laquelle j’apporte ma propre pierre. Mais je suis entouré de gens qui sont aussi performants dans leur domaine. Il y a donc beaucoup de performance autour des athlètes avec lesquels on travaille. C’est peut-être avec cette image-là qu’elle est convaincue que j’aurais pu l’aider. C’est sans doute toute l’équipe autour d’elle, plus qu’une personnalité, qui aurait pu le faire.

 

BIATHLON- La Finlandaise Kaisa Makaraïnen est toujours une grande dame du biathlon : elle a remporté, dans la tempête d'Oberhof, la mass-start avec un exceptionnel 19/20 !

Kaisa Makarainen (FIN) – Manzoni/NordicFocus

 

  • Conseillez-vous également les biathlètes féminines norvégiennes ?

Non, pas du tout, enfin pas directement. De temps en temps, je file un coup de main à mon collègue Patrick [Oberegger, ndlr.] avec qui je m’entends hyper bien. On est devenus les deux doigts d’une main. On a beaucoup d’échanges, il m’aide, je l’aide mais je n’interviens pas ou, si c’est le cas, c’est parce qu’il me le demande.

 

« Les opportunités se présenteront et je verrais bien… »

 

  • Quand se termine votre contrat avec la Fédération norvégienne ?

Je suis lié avec la Norvège jusqu’aux prochains Jeux olympiques… si on va à Pékin [rires].

 

  • Pensez-vous revenir en travailler en France dans l’avenir ?

Je n’en sais absolument rien. C’est vrai qu’il faut que je me pose la question pour savoir ce que je ferai après les Jeux : si je souhaite continuer en Norvège ou pas. Je n’y ai pas encore réfléchi mais c’est déjà, que, dans deux ans… Je suis bien où je suis pour l’instant, j’apprends encore beaucoup. Pour le moment, j’adore l’entraînement et je brûle pour le haut niveau. Après, dans deux ans, on sera en 2022, j’aurais fait 14 ans en coupe du monde et je ne sais pas ce que j’aurais envie de faire. Les opportunités se présenteront et je verrais bien…

 

Siegfried Mazet, Stéphane Bouthiaux, biathlon

Siegfried Mazet (FRA), Stephane Bouthiaux (FRA) – Manzoni/NordicFocus

 

  • L’hiver prochain, le super sprint fera son arrivée en coupe du monde à l’occasion des finales d’Oslo-Holmenkollen (Norvège) : bonne idée ?

Je pense que c’est une idée [il éclate de rire]. Elle n’est pas mauvaise mais elle n’est pas bonne non plus. C’est une réponse politique ça… [on acquiesce]

 

« Attribuer beaucoup de points coupe du monde sur une course aussi aléatoire, ça me gêne […] On sera peut-être surpris comme on a été séduits par le relais mixte simple »

 

  • Pourquoi pensez-vous cela ?

Ça amène un format en plus alors qu’on en a déjà beaucoup. C’est l’erreur qu’a fait le ski de fond qui s’est perdu dans un méli-mélo de formats. C’est une formule qui devrait être réservée à des show comme Schalke [tous les ans entre Noël et le Jour de l’An, un show est organisé dans le stade de football de Gelsenkirchen, ndlr.]. Ce qui s’est ressorti d’une réunion avec l’IBU, c’est que, nous les entraîneurs, sommes pas ravis par cette nouvelle épreuve. Après, comme nous l’a dit le directeur de course, nous devons essayer ce format au moins une fois. Comme nous sommes des gens de bonne constitution, on a accepté. Je veux voir ce que ça va donner…

 

  • Trouvez-vous le super sprint trop inéquitable ?

Attribuer beaucoup de points coupe du monde sur une course aussi aléatoire que celle-ci, ça me gêne. C’est le seul point pour lequel je ne suis pas pour. Je pense que les show sont là pour ça… Après on sera peut-être surpris par le super sprint, comme on a été séduits par le relais mixte simple. Il faut laisser la chance au produit.

 

Siegfried Mazet, biathlon

Siegfried Mazet (FRA) – Tumashov/NordicFocus

 

  • Avez-vous peur que le biathlon souffre de la crise économique, liée à la pandémie de coronavirus, qui s’annonce ? 

Je suis plutôt de nature optimiste mais là j’ai peur qu’il y ait beaucoup d’inégalités d’un pays à l’autre. Ce qui risque d’être un peu gênant. La Norvège est un pays souverain sans dette et pourra sans doute s’en sortir face à cette crise. Mais j’ai peur pour des pays comme l’Italie ou la France. Les entreprises soutenant le sport vont sûrement réduire leurs investissements sponsoring… Elles ne pourront pas mettre des personnes au chômage tout en continuant à sponsoriser une équipe de sport. Le sport arrive en bout de chaîne. On va subir ça de plein fouet.

 

« Je crains les inégalités entre les équipes »

 

  • L’avenir s’annonce compliqué…

Peut-être que l’IBU aura un rôle-clé à jouer là-dedans. Ça ne va pas non plus s’arrêter du jour au lendemain mais je crains vraiment les inégalités entre les équipes. En Norvège, le fait que la coupe du monde d’Holmenkollen ait été annulée, ça a été un gros manque à gagner pour notre Fédération. Des gens ont perdu instantanément leur travail… Pour l’instant, nos sponsors respectent le contrat qu’ils ont signé. On ne devrait pas trop subir la crise la saison prochaine parce que les budgets sont établis à n+1. C’est donc l’année d’après qui va être compliquée. Ce sera un hiver olympique…

 

À lire aussi :

 

Photos : Nordic Focus.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.