Biathlon | Simon Fourcade : « À 34 ans, j’ai toujours autant de motivation »

BIATHLON - Au terme du stage de l'équipe de France en Norvège, le Villardien Simon Fourcade évoque pour Nordic Magazine son état de forme actuel. Il parle du nouveau staff et de ses coéquipiers. Il dresse, avec une grande lucidité, un bilan de sa carrière, et se fixe des objectifs pour les semaines à venir, avant de donner quelques pistes à sa reconversion.


BIATHLON – Au terme du stage de l’équipe de France en Norvège, le Villardien Simon Fourcade évoque pour Nordic Magazine son état de forme actuel, le nouveau staff et ses objectifs pour les semaines à venir.

  • Simon Fourcade, au terme du stage de Sjusjøen, comment jugez-vous vos performances actuelles et plus généralement votre état de forme ? 

L’état de forme général est plutôt correct. J’ai de bonnes sensations malgré la charge de travail. Nous avons eu l’occasion à Sjusjøen de faire des séances de travail avec de l’intensité, des chronos et des courses tests. Les résultats ne reflètent pas vraiment les sensations que je peux avoir, mais je ne m’affole pas trop. Nous ne sommes pas en condition de course et il y a pas mal de paramètres supplémentaires qui vont rentrer en jeu. 


Au niveau du tir par contre, tout est bien en place, j’ai le sentiment d’avoir bien travaillé ces derniers mois. Au final, les résultats ne sont pas encore au niveau souhaité et ne permettent pas de me mettre totalement en confiance pour la suite. Pour autant il ne s’agit que de courses tests et il faudra compter les points et savoir répondre présent au moment voulu. 

  • Vous avez aujourd’hui 34 ans. Après un hiver chaotique, vous repartez pour une nouvelle saison. Où trouvez-vous la motivation ?

Beaucoup de paramètres sont à prendre en compte. Le biathlon est une grosse partie de ma vie. Je prends énormément de plaisir à faire ce que je fais. Même à 34 ans j’ai toujours autant de motivation. 

En revanche, tout ne s’est pas passé comme prévu ces dernières années et je n’avais pas forcément envie de m’arrêter tout de suite. Après être rentré prématurément à la maison suite à un malaise en mars dernier, sans avoir pu terminer ma saison de manière convenable et avec beaucoup de rancœur, je ne souhaitais pas me dire que je mettais fin à ma carrière là dessus. J’ai conscience qu’il sera compliqué de retrouver mes performances d’il y a quelques années. J’aimerais simplement parvenir à montrer que je suis capable d’être performant sur des événements ciblés.  

Simon Fourcade à Arçon
Simon Fourcade à Arçon
  • Comment vivez-vous l’arrivée d’un nouvel encadrement, Vincent Vittoz et Patrick Favre ?  

Je le vis très bien. Martin Fourcade a d’ailleurs déjà évoqué la qualité de cet encadrement dans différentes interviews. Cela faisait un long moment que je travaillais avec Stéphane Bouthiaux qui a d’abord été en association avec Siegfried Mazet puis Franck Badiou. En termes d’entraînement physique, avec Vincent Vittoz, c’est un réel renouveau et cela permet de changer un peu les choses et d’être un peu moins dans la monotonie que j’ai pu connaître ces dernières années après tant d’années passées avec les mêmes coachs . Cela a aussi pesé dans ma décision de continuer une ou deux années de plus.

Ski nordique, ski de fond, Simon Fourcade, coupe du monde
A Ridnaun, Simon Fourcade (FRA) – Manzoni/NordicFocus.

Franck Badiou est un entraîneur de tir extraordinaire et c’est avec lui que j’ai le plus appris. Avec sa philosophie ultra technique et exigeante, j’avais envie de retrouver un peu de fraîcheur et de légèreté dans mes entraînements. On a certaine fois du mal à réaliser la charge mentale que représente un entraînement derrière la carabine. Ajouté au volume de l’entraînement physique, on se retrouve quelquefois vidé après certaines séances sans que celles ci aient été importantes en terme d intensité.
Patrick Favre est plus dans cette philosophie . C’est une très bonne association de personnes et un réel renouveau pour une fin de carrière ! 

“On cohabite très bien”

  • Vous êtes le plus âgé de l’équipe. Quels rapports avez-vous avec vos coéquipiers plus jeunes ? Pouvez-vous vous nous décrire l’ambiance  qui règne en équipe de France ?      

De mon côté tout se passe plutôt bien. J’ai ce statut de doyen. Quatre ans d’écart avec Martin et davantage avec mes autres équipiers. Maintenant, on cohabite très bien. Les jeunes issus de la nouvelle génération apportent beaucoup de gaieté, de fraîcheur et une certaine “déconne”. C’est plaisant et appréciable d’avoir des nouvelles têtes qui arrivent dans la bonne humeur d’autant que, depuis 14 ans, mes équipiers ont très souvent changé donc j’ai plutôt l’habitude.

  • Dans quelques jours, lors d’un week-end de compétition à Lenzerheide, vous allez être en concurrence avec Fabien Claude pour décrocher votre sélection pour les première étapes de coupe du monde. Comment vivez-vous ce genre de situation ?

Je vis cette situation avec beaucoup plus de décontraction qu’à mes débuts. C’est une situation qui est presque nouvelle malgré tout . Depuis 2007, je n’ai pas été remis en sélection ou en tout cas à la confrontation avec des coéquipiers pour aller chercher ma place en début de saison.

Une, Nordic Magazine, biathlon, Simon Foucade, Kontiolahti,
A Kontiolahti, Simon Fourcade (FRA) – Manzoni/NordicFocus.

C’est quelque chose qui me pousse aussi dans mes retranchements. Je pars du principe que rien n’est acquis en sport. Il est aussi complètement normal suite à ma saison passée, d’être remis dans le bain des sélections pour pouvoir monter sur le circuit supérieur pour y performer. 

Je le vis donc plutôt bien, avec pas mal de relâchement et j’espère que ça se passera bien sur les semaines à venir. 

“Fabien Claude est un très bel athlète”

Fabien est un très bel athlète qui a énormément de qualités. Il a quelque fois la gamberge facile, mais je pense qu’il apprend à la gérer avec les années d’expérience. Physiquement parlant, c’est quelqu’un de très costaud qui peut rivaliser avec les tous meilleurs. Il a juste un petit verrou à faire sauter mentalement pour se libérer et aller chercher les résultats qu’il mérite.  

Biathlon, coupe du monde, IBU, ski nordique, hiver, entraîneur, équipe, coupe du monde, équipe de France, Vosges
Fabien Claude (FRA) – Manzoni/NordicFocus.
  • Vous avez à ce jour un beau palmarès  avec 9 podiums  sur le circuit coupe du monde, un petit globe de l’individuel et un titre de vice-champion du monde. Quel regard portez-vous sur votre carrière ?

J’ai une carrière bien remplie. J’ai pas mal d’années sur le circuit et beaucoup de places d’honneur. Je suis relativement satisfait de ma carrière même si on espère toujours plus, avec l’envie d’aller chercher encore plus loin, encore plus haut, encore plus vite. J’aurais simplement aimé pouvoir me libérer complètement pour arriver à être plus performant sur des
Jeux olympiques.  C’est un petit regret.

Je me dis aussi parfois qu’il ne m’a pas manqué grand chose pour avoir un palmarès bien plus fourni : 2 secondes places à moins de 3 secondes de la victoire , 4 places de 4e aux championnats du monde en courses individuelles , énormément de 4e places en coupe du monde, beaucoup de top 10 également. Quand on est tout près, on nourrit forcément certains regrets de ne pas avoir réussi à gratter les quelques secondes à droite et à gauche qui auraient permis d’étoffer un peu plus ce palmarès.

A présent je suis content de ce que j’ai fait, je me suis toujours donné à fond. J’ai toujours essayé de faire le maximum pour performer. Mais parfois, on est un peu moins bon, et il faut aller féliciter ceux qui ont été  meilleurs.  

Biathlon, coupe du monde, IBU, ski nordique, hiver, entraîneur, équipe, coupe du monde, équipe de France, Vosges
A Ridnaun, Simon Fourcade (FRA) – Manzoni/NordicFocus.
  • La maturité et plus encore la paternité ont-elles changé votre approche de la compétition ?

Mon approche de la compétition non, pas forcément. La maturité qu’on peut gagner oui, et on s’appuie dessus. Mais ce n’est pas ce qui a changé mon approche de la compétition,  j’ai toujours la même envie. J’ai cependant appris à relativiser beaucoup plus lorsque je rencontre des périodes compliquées à gérer, et à passer au-delà parce qu’il y a d’autres aspects qui deviennent plus importants à côté et mon petit garçon en fait partie.   

“Mon objectif reste les championnats du monde”

  • Quels sont vos objectifs pour la nouvelle saison ?

Mes objectifs sont assez clairs. Je dois d’abord gagner cette sélection en début de saison pour pouvoir espérer monter sur le circuit supérieur. Ensuite, parvenir à décrocher de belles performances pour espérer une qualification  sur les championnats du monde à Ostersund.

Avec l’âge j’ai conscience qu’il va être plus délicat d’acquérir une régularité sur toute la saison. Par contre, grâce à mon expérience, mon parcours, je pense être capable de réaliser de belles performances sur des objectifs ciblés. Je pense notamment aux championnats du monde qui auront lieu en mars à Östersund sur une piste que j’apprécie particulièrement. Mon objectif principal cette année reste donc  les championnats du monde avec l’envie également d’aller chercher de belles performances pour obtenir cette sélection sur les coupes du monde

  • Vous avez connu la révolution du biathlon en France, le duel Poirée/Bjoerndalen et la suprématie de votre frère Martin, l’arrivée des médias et l’engouement populaire de plus en plus grand. Comment jugez-vous l’évolution de votre sport ?

Mon sport a vraiment explosé ces dernières années avec l’arrivée de la chaîne l’Equipe qui a commencé a retransmettre le biathlon en clair et gratuitement. Le biathlon a grandi progressivement avec Raphaël Poirée et Vincent Defrasne qui sont allés chercher des titres mondiaux et olympiques; Vincent Jay ou encore Sandrine Bailly, Marie Dorin-Habert, Marie-Laure Brunet (et tous ceux que j’oublie) puis, par la suite, la réussite de Martin que tout le monde connaît.
Je me permet aussi de citer Alexis Bœuf qui de part son statut d’athlète puis sa reconversion à travers ses différents projets a permis à notre sport d’acquérir un nouvelle image en France, et de le rendre plus sexy.

19.01.2018, Antholz, Italy (ITA): Simon Fourcade (FRA) -  IBU world cup biathlon, sprint men, Antholz (ITA). www.nordicfocus.com. © Manzoni/NordicFocus. Every downloaded picture is fee-liable.
A Antholz, Simon Fourcade (FRA) – Manzoni/NordicFocus.

Les performances des équipes de France dans sa globalité ont aussi permis de pouvoir exploser un peu plus médiatiquement. Maintenant tout le monde le vit plutôt bien, tout le monde reste simple. Nous vivons dans un milieu et nous pratiquons un sport qui est assez rude et exigeant.

athlètes sont conscients du travail à accomplir pour arriver à maintenir ces résultats et c’est probablement pour cela que nous prenons les choses avec du recul et en ayant conscience que du jour au lendemain les choses peuvent très vite changer.

Mais globalement, tout se passe plutôt bien pour tous les membres de l’équipe et je n ai pas encore vu quelqu’un ne pas arriver à enfiler ses chaussures ou demander un bonnet plus grand.

“J’essaie de ne pas être quelqu’un de distant”

  • Vous restez très populaire en France et à l’étranger. Quelle relation entretenez-vous avec vos fans ?   

J’entretiens de bonnes relations, tout se passe plutôt bien dans ce domaine. Je n’ai jamais cherché à mettre des barrières mais je ne m expose pas à outrance non plus. Je ne suis pas quelqu’un qui interagit énormément sur les réseaux sociaux. Par contre, quand il m’arrive de rencontrer les personnes, je prends toujours un petit moment pour parler et discuter avec elles, pour leur faire part de mon expérience et s’ils ont des questions, leur apporter des réponses. J’essaie de ne pas être quelqu’un de distant. 

Enfin, je n’ai pas non plus le sentiment d’avoir le statut de Martin Fourcade ou d’être sollicité à l’extrême par les demandes,  donc c’est quelque chose que je fais avec beaucoup de plaisir et lorsque j’en ai le temps, je prends toujours un petit moment pour répondre et partager aux gens qui en font la demande.  

  • Avez-vous réfléchi à votre reconversion ?   

Je réfléchis à ma reconversion oui. Voilà deux ans de ça, j’ai créé avec un de mes amis, et en association avec une entreprise, un site de vente de matériel nordique sur internet qui s’appelle Simon Fourcade Nordic.
Nous proposons un concept novateur, puisque nous permettons aux gens de venir sur des petits événements que nous proposons en station avec des tests de ski. C’est quelque chose qui ne se faisait pas jusqu’à présent et que nous avons essayé d’amener dans le milieu : essayer son matériel avant de l’acheter par la suite sur notre site.

Il y a encore beaucoup à faire et j’espère pouvoir explorer et apporter ma vision des choses dans ce domaine lorsque j aurai plus temps.  

BIATHLON - Martin Foucade a complété sa collection de titres de champion de France avec une victoire sur le sprint des championnats de France de biathlon d’été à Arçon. Emilien Claude a brillé chez les U21. Simon Fourcade.
A Arçon, Simon Fourcade (FRA) – Photo : Nordic Magazine

J’explore également énormément de pistes,  notamment celle de la préparation physique puisque le sport me passionne, m’a toujours passionné et c’est dans ce domaine que je me vois bien continuer. 

Ensuite, je m’interroge de savoir si je souhaite continuer dans le milieu du ski ou si j’ai plutôt envie d’explorer d’autres disciplines puisque cela fait 25 ans que j’évolue dans le milieu du biathlon et que j’aimerais bien changer d’air, au moins pour un temps. 

J’ai également des propositions dans des axes plus classiques, au sein d’entreprises, de propositions évènementielles, de conférences. Cela ouvre pas mal de portes. Mais même si j’y réfléchis de plus en plus, je n’ai rien arrêté pour l’instant Je préfère être concentré sur ma saison et me poser au printemps 2019, ou le suivant afin de prendre la décision d’arrêter, et d’évaluer toutes les propositions pour choisir celle qui me correspondra le plus.     

Photo : Nordic Focus Photo Agency / Nordic Magazine

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.