Restez en contact avec Nordic

Qu'est-ce que Nordic peut faire pour vous ?

Simon Fourcade, Biathlon, ski de fond, combiné nordique, saut à ski, saut spécial, nordicmag, Nordic Mag, nordic mag biathlon, biathlon 2023, ski nordique, biathlon magazine
Simon Fourcade (FRA) - Authamayou/NordicFocus

Biathlon

Biathlon | Simon Fourcade, nouvel entraîneur de l’équipe de France masculine : « Je n’ai pas envie d’arriver comme un coach qui impose les choses »

Pour Nordic Magazine, le Villardien Simon Fourcade, 39 ans, revient sur sa nomination à la tête de l’équipe de France masculine de biathlon et sur ce qu’il souhaite mettre en place durant son mandat.


Biathlon, biathlon programme, programme biathlon, nordic mag, biathlon 2024, ibu, ski nordique, ski de fond, ski, combiné, combiné nordique, saut, saut à ski, ibu cup, biathlon aujourd'hui, calendrier biathlon 2024, nordic mag biathlon, championnat du monde biathlon 2024, nove mesto, biathlon calendrier, coupe du monde biathlon 2024, ski nordique, julia simon, justine braisaz-bouchet, ski-nordique, émilien jacquelin, biathlon championnat du monde, biathlon programme aujourd'hui, coupe du monde de biathlon 2024, ski nordique net, nordic magazine, nordic

Biathlon : ce que Simon Fourcade souhaite mettre en place à la tête des Bleus

Il y a maintenant deux semaines, Simon Fourcade, 39 ans, a été nommé entraîneur physique de l’équipe de France masculine de biathlon en binôme avec Jean-Pierre Amat. Après avoir terminé ses vacances, le Villardien aux cinq médailles mondiales s’est mis au travail il y a une dizaine de jours pour proposer, d’entrée de jeu, un solide programme d’entraînement à ses nouveaux élèves.

Pour Nordic Magazine, Simon Fourcade revient sur son arrivée à ce poste prestigieux ainsi que sur sa vision du coaching et ce qu’il souhaite mettre en place pour parvenir à relever la maison France. Entretien.

  • Depuis votre nomination, de quoi sont faites vos journées ?

Ce n’était pas quelque chose que j’avais anticipé de longue date. Même si on m’a sollicité en amont de ma nomination, j’avais organisé mon mois d’avril, censé être du repos, avec des vacances. Ma nomination est donc tombée en plein milieu de ces dernières ! La fin des vacances a donc été plutôt animée. La semaine passée, j’ai dû avancer sur certains dossiers afin de proposer quelque chose de construit et de structuré aux athlètes dont je vais avoir la charge pour l’année à venir. Les choses sont donc maintenant mises en place et j’ai commencé à m’entretenir avec mes nouveaux collègues, notamment le préparateur physique Romain Hurtault ou les kinés.

  • Avez-vous également pris contact avec les athlètes ?

Bien sûr ! Actuellement, pour être transparent, la ligne commune est déjà faite, mais il manque l’individualisation des programmes. C’est pourquoi j’ai débuté une série de bilans afin de construire le projet de chacun pour les années à venir. Mardi, j’étais par exemple dans le Jura pour y rencontrer Quentin Fillon-Maillet. Avec Jean-Pierre Amat, on a cette ligne de conduite de respecter le projet de chacun. Pour ce faire, les entretiens individuels sont importants et une nécessité pour parvenir à construire les choses de manière pérenne et individualisée afin que tout le monde y trouve son compte et que ce soit fait d’un commun accord. Je n’ai pas envie d’arriver comme un coach qui impose les choses. Je pense que les athlètes sont leurs meilleurs entraîneurs, bien avant moi et tous mes prédécesseurs. Ce sont eux qui se connaissent le mieux et je suis là pour les aider à faire les bons choix et à les orienter. En aucun cas, je ne me vois leur imposer des choses, ce n’est pas ma manière de fonctionner. L’idée est donc d’individualiser au maximum.

« La ligne de conduite de l’année, et la trame de fond, c’est l’exploration du domaine de l’altitude en sachant que, dans trois ans, on va avoir les Jeux de Milan/Cortina 2026 à Antholz »Simon Fourcade à Nordic Magazine

  • Des premiers entretiens que vous avez pu mener, des choses fortes en sortent-elles sur la priorité à donner sur l’été à venir ?

J’attends encore de faire tous les bilans, mais il y a des sujets qui vont être forcément abordés cet été. La ligne de conduite de l’année, et la trame de fond, c’est l’exploration du domaine de l’altitude en sachant que, dans trois ans, on va avoir les Jeux de Milan/Cortina 2026 à Antholz, l’objectif final de l’olympiade. Pour moi, il va donc falloir faire une approche de l’altitude jusqu’à cette échéance avec des étapes intermédiaires qui seront à valider [des stages au Col Bayard et à Prémanon sont déjà prévus, NDLR]. Ce sera quelque chose de primordial et, s’il y a une année pour le faire, c’est celle-ci parce qu’on pourra ensuite, le cas échéant, modifier les choses lors de la préparation pré-olympique. De manière plus individuelle, certains ont terminé l’hiver avec des maux de dos [notamment Antonin Guigonnat et Fabien Claude, NDLR] donc le but va être de voir avec le préparateur physique comment faire pour que cela ne se reproduise plus. On va aussi travailler sur les différentes notions d’intensité qu’on peut avoir dans l’entraînement pour voir vers quel type on s’oriente pour chacun d’eux, idem avec la composante musculaire.

Simon Fourcade, Biathlon, ski de fond, combiné nordique, saut à ski, saut spécial, nordicmag, Nordic Mag, nordic mag biathlon, biathlon 2023, ski nordique, biathlon magazine
Simon Fourcade (FRA) – Swedish Armed Forces
  • Personnellement, passer d’entraîneur chez les juniors à coach des seniors, avec plus de responsabilité et de pression, vous fait-il peur ?

Je pense avoir pas mal de recul par rapport à cela dans la mesure où j’ai déjà été athlète et que je connais le milieu de la coupe du monde. Seulement, les médias étaient un petit peu moins présents qu’aujourd’hui à mon époque et les attentes sont un petit peu plus relevées après une saison en demi-teinte de l’équipe. Mais je reste sur le discours que j’avais en tant que biathlète : une course nationale et une coupe du monde sont la même chose. J’ai donc tendance à me convaincre qu’entre une course en Junior Cup et une seniors en coupe du monde, c’est pareil. La seule chose qui change, c’est cet aspect un peu plus exposé auquel je vais avoir à faire affaire. Je sais dans quoi je m’engage, donc cela ne me pose pas de problème de prime abord. On verra à l’usage, et j’attends avec impatience de retrouver le circuit de la coupe du monde quitté il y a quatre ans et qui me manque. J’ai plus hâte de m’y confronter que des craintes !

« Il faut se projeter sur la suite en tentant d’apporter notre coup de pinceau au fonctionnement du biathlon français »Simon Fourcade à Nordic Magazine

  • Quelle est votre relation avec Jean-Pierre Amat, votre nouveau binôme ?

C’est quelqu’un de très posé qui a son expérience qui parle pour lui. Je vais m’appuyer sur ses conseils. J’ai tendance à être sanguin et dans le contact direct donc il va m’aider à poser les choses. Je m’entends bien avec lui et on se dit les choses franchement et de manière constructive. Ensuite, là où je suis confiant avec lui, c’est qu’il a des années d’expérience et qu’il a eu à composer avec de nombreux coachs physiques par le passé. La complexité est d’arriver à trouver la place de chacun dans l’entraînement, avec des compromis à faire, pour permettre au groupe d’avancer et d’évoluer dans un fonctionnement commun. J’aurais bien sûr aimé continuer de travailler avec Claire Breton, avec qui on a des repères, mais je sais que Jean-Pierre [Amat] va savoir s’adapter pour nous permettre de composer un entraînement complet de biathlon.

Claire Breton, Simon Fourcade, Biathlon, ski de fond, combiné nordique, saut à ski, saut spécial, nordicmag, Nordic Mag, nordic mag biathlon, biathlon 2022, ski nordique, biathlon magazine, Nordic Magazine, ski nordique
Claire Breton (FRA), Simon Fourcade (FRA) – Authamayou/NordicFocus
  • Jean-Pierre Amat, justement, expliquait à Nordic Magazine après sa nomination mettre de côté et derrière lui le conflit ayant mené aux départs de Vincent Vittoz et Patrick Favre en fin de saison passée pour regarder vers l’avant : êtes-vous d’accord ?

Je ne sais pas à qui la faute revient dans cette histoire, mais il y a eu des manquements des deux côtés. J’arrive comme coach avec une situation et des attentes qui sont ce qu’elles sont à cause de ce qu’il s’est passé. On va essayer de tirer expérience de cela en tentant de ne pas reproduire les mêmes erreurs. Ce sont les athlètes qui ont sollicité notre venue donc je n’arrive pas avec des appréhensions particulières. Je ne cherche pas à tout révolutionner, mais j’ai conscience de ce qu’il nous attend avec Jean-Pierre [Amat]. Il faut se projeter sur la suite en tentant d’apporter notre coup de pinceau au fonctionnement du biathlon français.

« Le but, avec cet échange constructif, est de ne pas partir de zéro »Simon Fourcade à Nordic Magazine

  • La semaine passée, vous avez décidé de rencontrer Vincent Vittoz, votre prédécesseur : pour quelles raisons ?

C’est une continuité de ce que j’ai pu mettre en place avec les juniors ces dernières années. Je me mettais à travailler avec des athlètes que je ne connaissais pour la plupart pas et j’avais pour habitude d’appeler leurs entraîneurs pour qu’ils me donnent leur point de vue de coach sur eux. Cela m’a énormément aidé, notamment l’hiver passé avec Théo Guiraud-Poillot avec qui, en contactant Aymeric Deschamps, on a pu pallier une méforme plus rapidement que sans ce contact. C’est donc dans ce sens-là que j’ai contacté Vincent [Vittoz], qui a travaillé avec les athlètes depuis cinq saisons, pour qu’il me donne son ressenti sur les biathlètes. On a notamment pu échanger sur l’approche de l’altitude et comment les athlètes ont pu réagir à cela par le passé dans le but de ne pas reproduire des erreurs éventuellement faites par Vincent [Vittoz]. Le but, avec cet échange constructif, est de ne pas partir de zéro.

Vincent Vittoz, Simon Fourcade, Biathlon, ski de fond, combiné nordique, saut à ski, saut spécial, nordicmag, Nordic Mag, nordic mag biathlon, biathlon 2022, ski nordique, biathlon magazine, Nordic Magazine, ski nordique
Vincent Vittoz (FRA), Simon Fourcade (FRA) – Marie Lombard
  • Quelles vont être vos relations avec Cyril Burdet, le coach physique du groupe féminin ?

J’ai vraiment hâte et je suis heureux de travailler avec lui. Je respecte énormément le personnage par son parcours à la tête des différents groupes qu’il a eus sous son aile. Je vais avoir, autour de moi une équipe un peu plus étoffée avec Cyril [Burdet], donc, et Louis Deschamps, qui sera notre adjoint sur la partie physique. Plus on est, et plus on apprend, et plus on va explorer de domaines. J’espère que je vais continuer à apprendre et à me former autour d’eux. Au tir, ils seront trois également [Jean-Pierre Amat, Jean-Paul Giachino, Patrick Favre, NDLR] et pourront partager leur expérience.

« Le but est d’arriver à trouver une singularité de projet pour chacun avec, en plus de cela, des lignes de conduite et des démarches différentes pour des demi-groupes au sein du collectif »Simon Fourcade à Nordic Magazine

  • En résumé, diriez-vous que c’est un grand défi qui vous attend ?

J’ai plutôt envie de dire que c’est un challenge ! Il ne se situe pas forcément là où on l’attend, c’est-à-dire à parvenir à redresser le groupe masculin suite à une saison un peu délicate. Bien qu’il existe, le challenge est plutôt double avec des cadres qu’il va falloir continuer à mobiliser et à faire progresser en vue des Jeux de Milan/Cortina 2026 et des plus jeunes. Le but est d’arriver à trouver une singularité de projet pour chacun avec, en plus de cela, des lignes de conduite et des démarches différentes pour des demi-groupes au sein du collectif. Je ne vais pas amener les choses de la même manière entre les expérimentés qui savent où ils vont et les jeunes avec qui le cadre sera plus important à créer pour les faire progresser [les groupes n’ont pas encore été communiqués par la FFS, NDLR].


A lire aussi


Les cinq dernières infos

Cliquez pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

nordic mag, biathlon, biathlon programme, nordic magazine, nordicmag, programme biathlon, Justine Braisaz-Bouchet, Julia Simon, ski nordique, biathlon 2024, biathlon championnats du monde, émilien Jacquelin, nordic mag biathlon, dorothea Wierer, ibu cup, nordic biathlon, nordique mag, Nordic Magazine, ski de fond, saut à ski, saut, combiné, combiné nordique, première cible, biathlon magazine, dico du biathlon, vu de norge, planète nordic, Ski-nordique, Ski nordic, ski nordique
Biathlon, biathlon programme, programme biathlon, nordic mag, biathlon 2024, ibu, ski nordique, ski de fond, ski, combiné, combiné nordique, saut, saut à ski, ibu cup, biathlon aujourd'hui, calendrier biathlon 2024, nordic mag biathlon, championnat du monde biathlon 2024, nove mesto, biathlon calendrier, coupe du monde biathlon 2024, ski nordique, julia simon, justine braisaz-bouchet, ski-nordique, émilien jacquelin, biathlon championnat du monde, biathlon programme aujourd'hui, coupe du monde de biathlon 2024, ski nordique net, nordic magazine, nordic

A LIRE AUSSI

Biathlon

Le mardi 25 juin, Quentin Fillon-Maillet, Fabrice Guy ou encore Anaïs Bescond vont porter la flamme olympique.

Biathlon

12:30. À bientôt un mois du début des Jeux de Paris, de nombreux sportifs se passent la mythique torche de jour en jour dans...

Biathlon

10:24. En mars 2023, à l’occasion de la mass-start de clôture d’Oslo-Holmenkollen (Norvège), Mari Eder faisait ses adieux à la coupe du monde de...

Biathlon

Amy Baserga a connu une saison de biathlon compliquée lors de l'hiver dernier. La biathlète suisse a serré les dents face à une blessure...

Ski de fond

Désormais coach de ski de fond au sein du comité du Mont-Blanc, Coralie Bentz a décidé de mettre un terme définitif à sa carrière...

Ski nordique

Les athlètes du ski nordique autrichien conservent leur présidente. Roswitha Stadlober a été réélue jusqu'en 2027.

Biathlon

Lukas Hofer continue sa préparation pour la prochaine saison de biathlon. L'italien de 34 ans espère poursuivre sur sa bonne forme.

Biathlon

L'ancienne légende du biathlon allemand, Laura Dahlmeier, s'offre une retraite sportive et bien remplie.