Biathlon | Ski nordique : le coronavirus va coûter très cher

Ski de fond, Ski, Fond, Nordique, Ski Nordique
Ski de fond, Biathlon, Saut à ski, combiné nordique, ski nordique, rollerski, coupe du monde, Nordic Magazine

BIATHLON | SKI NORDIQUE – Les tests PCR qui seront exigés durant la saison vont coûter très cher aux fédérations. Certaines nations, comme les États-Unis, affirment déjà que les caisses seront vides à la moitié de l’hiver.

 

Ski de fond : « Nous n’avons pas de budget pour cela », déclare Anders Byström

Et s’il y avait moins de nations au départ des compétitions à cause du coronavirus ? C’est la question que pose le quotidien suédois Aftonbladet. Le renoncement de certains pays à participer à toutes les épreuves de coupe du monde ne viendrait pas des nombreuses restrictions imposées par la crise sanitaire actuelle.

Par exemple, la Norvège impose une quarantaine obligatoire de dix jours à l’entrée sur son territoire. Ce qui a contraint l’équipe de France à annuler son stage et sa participation à la coupe norvégienne à Sjusjøen.

Ce qui va peut-être amener certains athlètes à déclarer forfait, c’est le coût important que vont représenter les tests PCR. La note pourrait se révéler trop salée pour les fédérations nationales.

Ski de fond, Biathlon, Saut à ski, combiné nordique, ski nordique, rollerski, coupe du monde, Nordic Magazine

La coupe du monde de ski de fond devrait fréquenter treize sites durant l’hiver. Ce sera autant d’occasion de procéder à des examens. À Ruka, il faudra montrer patte blanche avant le départ pour la Finlande et une nouvelle fois sur place. En Norvège, les coureurs seront testés deux fois. Une facture d’environ 135 euros sera à régler à chaque fois.

 

 

Ski de fond, Ski, Fond, Nordique, Ski Nordique

Becca Rorabaugh (USA) – Modica/NordicFocus

 

Comme l’a calculé Aftonbladet, pour la délégation suédoise qui comporte environ 35 personnes, cela fait un total de 9 500 euros par week-end. « Nous n’avons pas de budget pour cela », a commenté Anders Byström, directeur de l’équipe nationale qui va devoir revoir à la baisse ses effectifs.

Est-ce que tout le monde aura les moyens de payer ? « Non, la réponse est simple », lâche tout de go Chris Grover, le coach de l’équipe de ski de fond des États-Unis. Selon lui, dans de telles conditions, les caisses seront vides à la moitié de l’hiver. « Nous espérons que des tests plus simples et moins coûteux seront mis au point », conclut-il.

 

Photos : Nordic Focus.

Ski de fond, Biathlon, Saut à ski, combiné nordique, ski nordique, rollerski, coupe du monde, Nordic Magazine

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.