Biathlon | Sophie Chauveau : “je suis très satisfaite”

Ski nordique, ski de fond, saut à ski, combiné nordique, biathlon, coupe du monde, FIS, Ski, hiver, Nordic Magazine, vainqueur, ski, saut à ski,

BIATHLON – Après un début de saison en dessous de ses attentes, Sophie Chauveau est revenu dans la lumière. Lors des Mondiaux juniors d’Osrblie, elle remporte un titre mondial, une médaille de bronze et une 5e place. La Mont-Blanaise revient pour nous sur ses championnats très réussis.

 

“Un événement incroyable à vivre”

  • Le début d’hiver a été compliqué pour vous en terme de résultat. Était-ce en dessous de ce que vous aviez imaginé ?

Oui j’ai vraiment vécu un début de saison compliqué. Je ne m’attendais vraiment pas à ça ! Après le premier week-end de sélection à Bessans, où je n’ai pas réussi à me sélectionner pour la première Junior Cup j’ai eu un sacré coup de moins bien ! J’étais chez moi, j’ai beaucoup pleuré … Il y a eu beaucoup de déception et puis de colère envers moi même. Je me suis beaucoup questionnée pour savoir si j’avais fait quelque chose de mal durant ma préparation … Ensuite la Junior Cup de Prémanon a été une belle surprise qui m’a fait repartir. Mais c’est vrai que c’était une dure période à gérer entre la baisse de moral et d’envie. D’autant plus que les objectifs de saison restaient toujours en tête !! Finalement, c’est cette sélection aux mondiaux qui m’a fait repartir de plus belle puisque je ne pensais plus arriver à me sélectionner .

  • Vous arriviez donc revigorée sur les Mondiaux juniors d’Osrblie, quels étaient alors vos objectifs ? 

Étant donné que je n’avais pas couru en Junior Cup en début de saison hormis à Prémanon (mais vu les conditions ce n’était pas vraiment pareil ) je n’avais pas pu me comparer aux autres filles et donc voir le niveau global . J’avais bien vu que les filles de l’équipe avaient fait de belles courses face aux autres nations mais je ne pouvais pas vraiment me situer moi même. Donc finalement, je ne pouvais pas vraiment me mettre de réel objectif . Les seuls objectifs étaient : au moins un top 10 pour égaler l’année passée et surtout prendre du plaisir, parce que ça reste un événement quand même incroyable à vivre !

 

“Le relais ? que du bonheur ! “

  • Après un début timide sur l’individuel ( 29e ) , vous décrochez le titre mondial en relais après une course très aboutie. Quelles images gardez-vous de cette course ? 

Le relais ? C’était en un mot : “wowwwwwwww “.  J’avais beaucoup de stress avant la course, la peur de décevoir mon équipe ou de planter le relais mais finalement j’ai réussi à mettre toutes ces pensées de côté et à me faire “monstre plaisir” !
Je me suis dis que c’était un peu la course ou j’avais l’occasion de tester de nouvelles choses sur le tir puisque j’avais des balles de pioche au cas où ça ne marchait pas ! J’ai testé et j’ai découvert et surtout j’ai appris. Je pense que cette course restera gravée dans ma mémoire longtemps parce que ce n’est déjà pas souvent qu’on voit un relais à une seule balle de pioche au final . Ensuite on s’est toutes vraiment éclaté chacune notre tour ! Il y a eu beaucoup de larmes pour moi , que ce soit de stress avant la course ou de joie après ( surtout au moment où Lou arrive première et au moment de la Marseillaise ). Et en plus mon première 10/10 en course, alors que du bonheur, que de belles images.

BIATHLON - Une France de gala a conservé son titre mondial du relais lors des Mondiaux Juniors de biathlon. En Slovaquie, les Françaises ont dominé de la tête et des épaules et se parent d'or devant l'Allemagne et la Suède. 

  • Sur le sprint vous finissez 5e à 1 seconde de la médaille de bronze. Quel a été votre sentiment après la course ? 

J’apprends en passant la ligne d’arrivée que le podium est seulement à une pauvre seconde ! Premier sentiment : de la joie ! 5ème au mondiaux, c’est ouf quand même ! Forcément une médaille ça aurait été encore plus magique. Mais au final c’était déjà une victoire personnelle pour moi d’avoir tiré à 9/10 , d’avoir tout donné sur les skis et surtout d’avoir fait 5eme  ! Alors aucuns regrets : j’étais vraiment très satisfaite de ma 5ème place !! Et je me disais que de toute façon j’avais le niveau pour l’avoir cette médaille. Si elle était à seulement une seconde alors j’arriverais à l’avoir plus tard dans ma carrière…

 

“je n’ai aucun regret”

  • Et sur la poursuite, vous avez mené la course jusqu’au dernier tir où vous sortez 2 balles, pour finir en bronze. Avec le plein vous deveniez sans doute championne du monde, racontez-nous cette fin de course :

En fait, la fin de ma course a été assez fantastique à vivre . Je repars de mon premier tir debout en tête, c’était assez fort ! Mais finalement pendant une course on ne pense pas trop à ces choses, enfin on essaye du moins (rire) . Je ne voulais pas commencer à penser au résultat final de la course mais à surtout rester concentrée sur la technique, sur les relances…

J’aborde ce dernier tir plutôt sereine d’esprit, je savais que j’avais de l’avance et que j’avais le droit à une erreur. Je pense que j’ai tiré un poil trop vite, mais ce sont des erreurs qui nous font apprendre sur nous-même. Je suis déjà satisfaite d’avoir mis trois balles parce que je sais que c’est le genre de tir ou, avant, j’aurais pu me mettre un craquage monumental et repartir pour faire 4 à 5 tours de pénalités (rire). Une fois sur l’anneau de pénalité je pouvais voir l’écran géant avec les tirs des autres ce qui me permettait de regarder à quelle place j’allais sortir ! Quand j’ai vu que deux filles sortaient en tête et que j’étais derrière ça m’a fait pousser des ailes ! J’étais vraiment déterminée à garder cette troisième place et à enfin monter sur la boîte en individuel.  J’ai tout donné et j’en suis fière. Là encore je n’ai aucun regret .  J’aurais pu tirer à 5 sur le dernier tir et être championne du monde comme j’aurais pu tirer à 0 et être très loin. Avec des “si” on refait le monde alors je suis très satisfaite.

j’ai beaucoup appris sur moi-même”

  • Vous sortez donc de ces Championnats du Monde avec 1 médaille d’or, 1 médaille de bronze et une cinquième place. Vous êtes satisfaite ?  

Oui, si on m’avais dit ça avant de partir ou même en début de saison je n’y aurais pas cru . Enfin d’ailleurs je n’y crois toujours pas trop (rire). Mais ce que je retiens avant tout de ces mondiaux c’est que j’ai appris beaucoup de choses sur moi-même ainsi que sur le tir .

BIATHLON - Une France de gala a conservé son titre mondial du relais lors des Mondiaux Juniors de biathlon. En Slovaquie, les Françaises ont dominé de la tête et des épaules et se parent d'or devant l'Allemagne et la Suède. 

  • Et quels sont désormais vos prochains objectifs ? 

La saison n’est pas finie. Le gros objectif est passé mais il en reste encore plein ! Maintenant cap sur les championnats d’Europe : des courses qui je l’espère (si je suis sélectionnée) seront aussi belles que celles que j’ai vécu l’année passée à Pokjluka !! Et puis le reste bien sûr, la dernière étape de Junior Cup ainsi que les quelques compétitions nationales. Avec notamment les championnats de France en fin de saison.

 

source : IBU et capture écran NRK, propos recueillis par Thomas Bray

Ski de fond, ski nordique, biathlon

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.