Restez en contact avec Nordic

Qu'est-ce que Nordic peut faire pour vous ?

Stéphane Bouthiaux, biathlon
Stéphane Bouthiaux (FRA) - FFS

Biathlon

Biathlon | Stéphane Bouthiaux : « Un bilan plus que positif »

Dans un long entretien accordé à Nordic Magazine, Stéphane Bouthiaux, le directeur du biathlon et du ski de fond à la Fédération française de ski, fait le bilan des championnats du monde de Pokljuka (Slovénie).

Biathlon : Stéphane Bouthiaux fait le bilan

Quelques jours après la fin des championnats du monde de biathlon de Pokljuka (Slovénie), et alors qu’il est en route pour Oberstdorf (Allemagne) et les Mondiaux de ski nordique, Stéphane Bouthiaux fait le bilan de cette 57e édition du raout annuel de l’IBU. Pour Nordic Magazine, le patron du ski de fond et du biathlon à la FFS, revient sur les bonnes et les moins performances tricolores signées sur les hauteurs de Bled. Entretien.

  • La France a décroché sept médailles lors des championnats du monde de Pokljuka (Slovénie) : cela satisfait-il la Fédération ?

C’est un bilan qui est plus que positif pour nous. Depuis douze ans maintenant, on ramène entre quatre et onze médailles, en sachant que ce total était exceptionnel à Oslo en 2016. Ce n’est pas tous les ans qu’on ramène sept médailles des Mondiaux comme cette année. Je peux vous assurer qu’on aurait signé avant la compétition pour un bilan comme celui-là.

Stéphane Bouthiaux, Markus Segessenmann, biathlon, Pokljuka
Markus Segessenmann (SUI), Stéphane Bouthiaux (FRA) – Manzoni/NordicFocus
  • Au début de la saison, redoutiez-vous ce premier grand rendez-vous de l’après Martin Fourcade, qui ramenait toujours son pécule de médailles ?

Absolument pas. On était pleinement conscient que Martin n’était plus là et qu’il constituait l’assurance tous risques ! Mis à part en 2019, il a toujours ramené des médailles des Mondiaux, dont des titres. Ceci dit, on avait confiance dans le niveau de nos athlètes, ils l’ont montré depuis le début de la saison et l’hiver dernier où on termine à 51 podiums au total. Il n’y avait pas, dans ce total, que les podiums de Martin. On était confiant.

Ce jour-là, Emilien était intouchable.Stéphane Bouthiaux

  • Dans les bons points de ce cru 2021 des Mondiaux de biathlon, il y a bien entendu Emilien Jacquelin, qui conserve son titre de la poursuite avec le bronze du sprint…

Il confirme son titre de la poursuite tout en ramenant une médaille du sprint, considéré par l’ensemble du monde du biathlon comme la course référence. Aller chercher des médailles en sprint, ce n’est vraiment pas évident et on fait deux breloques ce jour-là. On peut en être fier.

  • Vous a-t-il impressionné lors de la poursuite ?

Il était devant du début à la fin avec des tirs dont il est le seul à avoir le secret. Sur les debout, il ne s’est pas démobilisé en restant dans le schéma qui lui va bien. Ce jour-là, il était intouchable.

Emilien Jacquelin, biathlon, Pokljuka
Emilien Jacquelin (FRA) – Manzoni/NordicFocus
  • La médaille d’argent que Simon Desthieux remporte lors du sprint a également été un grand moment…

C’était forcément un grand moment parce que Simon courait après depuis sept, huit ans en étant ultra-régulier. Il y a eu plusieurs saisons où il était dans le top 10 du classement général de la coupe du monde sans avoir fait aucun podium, c’était le seul dans ce cas-là ! Bizarrement, c’est sans doute sur sa moins belle saison qu’il va chercher une médaille. On était tous vraiment content pour lui.

Je ne sais pas s’il en faisait un complexe, mais sans doute. Il voyait les autres débarquer en coupe du monde et enfiler les médailles, comme Quentin et Emilien, pendant que lui, le plus ancien entre guillemets, passait toujours à côté. Plus qu’un soulagement, ça a été une grande satisfaction.

On ne peut pas dire autre chose que ce sont des Mondiaux ratés pour les fillesStéphane Bouthiaux

  • Anaïs Chevalier, avec ses deux médailles lors du sprint et la poursuite, est le point positif du groupe féminin…

Ça a été, quelque part, une libération pour ce groupe filles qui a du mal depuis les Jeux olympiques de PyeongChang. Enfin, on ramène des médailles individuelles. C’était un soulagement parce qu’on sait que ce groupe a du potentiel mais n’arrive pas à le concrétiser. Notamment pour des problèmes sur le tir couché. On en est bien conscients : ça progresse à l’entraînement mais elles ont encore du mal en course. On sait ce qu’on a à travailler avec elles l’été prochain et pour les années à venir. Si elles passent les couchés, et on sait qu’elles en sont capables, elles feront de gros résultats.

Clairement, les filles sont passées à côté des Mondiaux. Hormis le relais où ça aurait dû le faire, Anaïs Chevalier le premier week-end et Julia Simon lors du relais mixte simple, on ne peut pas dire autre chose que ce sont des Mondiaux ratés.

Anais Chevalier, biathlon, Pokljuka
Anais Chevalier-Bouchet (FRA) – Thibaud/NordicFocus
  • Qu’apporte Anaïs Chevalier à ce collectif féminin ?

C’est un moteur supplémentaire pour le groupe. Je ne suis pas sûre qu’elle ait l’âme d’une leader mais elle apporte une assurance. C’est un modèle de professionnalisme dont c’est une pièce de plus à notre échiquier pour faire avancer le biathlon féminin.

  • En deuxième semaine, le gros rayon de soleil est venu du relais mixte simple remporté par Antonin Guigonnat et Julia Simon, un duo pas forcément attendu : comment l’avez-vous choisi ?

J’ai du mal à comprendre que personne ne s’attendait à une composition pareille puisque, par le passé, ils avaient obtenu d’excellents résultats. En IBU Cup d’abord puis aux championnats d’Europe et en coupe du monde où ils font un podium lors de leur seule association. Pour nous, ça coulait de source dans la mesure où on souhaitait alléger le programme d’Emilien et de Quentin. Cette composition était une évidence pour nous, on l’a faite sans se poser de questions.

Une médaille du relais féminin aurait permis de souder encore plus ce groupe et leur montrer qu’elles étaient capables de le faireStéphane Bouthiaux

  • Lors de la course, tout s’est bien passé avec, pour terminer, une Julia Simon éblouissante…

Ils font une course énorme. Antonin est à peine fébrile sur son premier tir couché mais, après, la course s’est déroulée comme dans un rêve, comme il faut dérouler un relais mixte simple pour aller l’emporter. C’est tellement rapide, électrique, vite fait qu’il ne faut vraiment pas d’anicroche, qui peut vous sortir de la course à la médaille. Ils ont vraiment su faire avec un énorme finish de Julia qui se permet de déposer Tiril Eckhoff. On espérait vraiment la médaille mais de là à aller chercher le titre, on n’osait pas trop l’espérer. C’était la petite cerise sur le gâteau.

Antonin Guigonnat, Julia Simon, biathlon, Pokljuka
Antonin Guigonnat (FRA), Julia Simon (FRA) – Manzoni/NordicFocus
  • La dernière médaille est venue de Quentin Fillon-Maillet, bronzé lors de la mass-start de clôture : est-ce une récompense pour sa régularité, même s’il visait l’or ?

Sixième, quatrième, quatrième et troisième : si on additionne les points coupe du monde remportés sur le championnat, c’est Quentin le champion du monde. C’est le meilleur athlète des Mondiaux donc, personnellement, ça m’aurait emmerdé (sic), pour ne pas dire plus, qu’il parte sans médaille. Bien entendu, il espérait autre chose mais il aurait aussi pu repartir sans. Comme je l’ai au talkie à l’ensemble du staff à la fin de course : « Celle-là, on va s’en contenter. »

  • Au rang des déceptions, on retrouve les relais à quatre, sans médaille cette année : est-ce une déception ?

C’est une vraie déception, notamment pour les filles qui avaient vraiment le boulot de leur côté. Leurs prestations du jour méritaient de leur laisser la chance de se battre pour la médaille, je ne sais pas de quelle couleur elle aurait été mais je suis convaincu que le titre aurait pu être au bout. On était tellement désolés pour elles que ça n’ait pas fonctionné au niveau de la glisse. Une médaille aurait permis de souder encore plus ce groupe et leur montrer qu’elles étaient capables de le faire.

Fabien attendait certainement mieux de ses Mondiaux, nous aussi.Stéphane Bouthiaux

  • Chez les hommes, à l’inverse, c’est plutôt le tir qui a flanché…

On a un peu couru après le tour de pénalité de Quentin [survenu lors du debout du deuxième relais, ndlr.]. Sur chaque relais, il nous en a manqué un petit peu, comme sur les skis. On avait comblé une partie de la glisse mais on était loin d’être au-dessus du lot. Physiquement, il y avait aussi, étrangement, un manque de pêche pour l’ensemble du groupe.

  • Concernant ce manque de glisse, en avez-vous su les raisons ?

Les techniciens sont partis sur des choix de produits à tester avant la course trop froids par rapport à la manière dont la piste a évolué d’un seul coup au moment du relais. Ils ont essayé de combler le déficit en utilisant des produits différents, mais ça n’a pas fonctionné. C’était mort.

Fabien Claude, biathlon, Pokljuka
Fabien Claude (FRA) – Thibaut/NordicFocus
  • Enfin, Fabien Claude est le seul homme à rentrer de Pokljuka sans médaille : il a vécu des Mondiaux, ses premiers où il était titulaire, compliqués…

Il a fait un énorme début de saison avec deux podiums donc il espérait certainement mieux de ses Mondiaux. On espérait aussi beaucoup mieux de sa part. Il n’a pas su profiter de l’opportunité qui était la sienne d’aller chercher quelque chose sur les trois courses individuelles. C’est clairement une déception mais il faut avoir bien en tête que ça lui servira d’expérience pour rebondir plus haut, plus fort l’an prochain pour les Jeux olympiques.

L'article continue sous la publicité
pub

 

pub

 

Cliquez pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ski de fond, Biathlon, Saut à ski, combiné nordique, ski nordique, rollerski, coupe du monde, Nordic Magazine

Facebook

A LIRE AUSSI

Biathlon

La biathlète Julia Simon a remporté, ce samedi matin, la course de 14 kilomètres du Trail La Bambée des Saisies, à la maison.

Biathlon

18:17. Les invitations pour la deuxième édition du Martin Fourcade Nordic Festival 2021 s’enchaînent. Alors que les Norvégiens Tiril Eckhoff et Sturla Holm Lægreid...

Biathlon

Avec un pourcentage de réussite de 93,33% derrière la carabine l'hiver dernier, l'Autrichien Simon Eder a pris la place du Français Julien Robert comme...

Biathlon

Tout l'été, les nordiques réalisent les Selfskis© de Nordic Magazine. C'est au tour du biathlète Edgar Geny de se prêter au jeu.

Biathlon

18:34. De jour en jour, le plateau XXL de la deuxième édition du Martin Fourcade Nordic Festival, prévu le 4 septembre prochain sur les...

Biathlon

Pour la première fois de l'été, les biathlètes italiens se retrouvent tous au même endroit : c'est au col de Lavazè jusqu'au 6 août.

Ski nordique

La délégation française prendra la direction de la Norvège le 29 juillet. Au programme : un stage à Sirdal puis une participation au Blink...

Biathlon

18:07. La Norvégienne Tiril Eckhoff, superstar de la dernière saison de biathlon, participera à la mass-start du Martin Fourcade Nordic Festival le 4 septembre...