Biathlon | Vincent Vittoz : « Hâte de découvrir la coupe du monde »

BIATHLON – Vincent Vittoz et son groupe hommes de l'équipe de France entament la coupe du monde de biathlon ce dimanche à Pokljuka. L'occasion pour l'entraîneur des bleus de faire un dernier point sur l'état de forme de ses protégés.

BIATHLON – Vincent Vittoz et son groupe hommes de l’équipe de France entament la coupe du monde de biathlon ce dimanche à Pokljuka. L’occasion pour l’entraîneur des bleus de faire un dernier point sur l’état de forme de ses protégés.

 

Derniers jours de préparation avant la coupe du monde

  • Vincent Vittoz, ce dimanche débute la coupe du monde de biathlon en Slovénie, à Pokljuka. Dans quel état d’esprit se trouve le groupe avant cette ouverture de la saison ?

Le groupe se porte bien. L’état d’esprit était encore au travail ces derniers jours. Nous terminons actuellement un stage en Autriche et on rejoindra le lieu des compétitions ce jeudi. A Obertilliach, on peaufine les derniers réglages au niveau du tir et physiquement, on va pouvoir prendre des repères par rapport à l’altitude ici, comparable aux 1400 m de Pokljuka. La gestion de l’effort à cette altitude est différente par rapport à la Scandinavie et Sjusjoen où nous étions avant de rejoindre l’Autriche. Au-delà de cette dernière phase de travail, on sent de l’impatience d’en découdre, de retrouver le circuit, car on sent que ça approche. Dès jeudi, en Slovénie, en étant sur zone, on sera vraiment dans le concret sachant que les gars n’ont pas eu de confrontations comme ils ont pu l’avoir par le passé à Sjusjoen. Donc il reste toujours cette petite incertitude… Mais tout le monde est concentré sur ce qu’il a à faire et le fait.

 

  • Concrètement, quel sera le programme de la semaine ?

Ce sera très individualisé en fonction des objectifs et des besoins de chacun car tout le monde ne réagit pas de la même manière. Nous serons sur un programme adapté à la fois en préparation physique et sur le tir avec Franck Badiou, présent sur ce dernier stage aux côtés de Patrick Favre.

 

C’est dimanche que la compétition commencera réellement

 

Non, c’est tout simplement le calendrier qui a changé. Seuls les Allemands ont fait le déplacement sur ces courses. A l’image des Russes qui sont en Autriche avec nous, tout comme les Slovènes et d’autres nations, nous avons choisi de rester dans les Alpes pour préparer l’ouverture à Pokljuka, beaucoup plus haut en altitude que Sjusjoen, au bord de la mer ou presque. On a trouvé un peu de neige pour travailler correctement. Mais ne nous y trompons pas, le vrai rendez-vous est fixé à dimanche voire dès le milieu de la semaine prochaine pour les autres avec l’individuel.

BIATHLON - Les groupes dames et hommes de l’équipe de France de biathlon feront des choix différents en vue de l’ouverture de la coupe du monde à Pokljuka le 30 novembre. Fred Jean et Vincent Vittoz.

Vincent Vittoz et Fred Jean, les entraîneurs des groupes hommes et dames de l’équipe de France.

  • Justement, avez-vous suivi les résultats de Sjusjoen et pu en tirer quelques enseignements ?

C’est toujours délicat de tirer des enseignements sur deux épreuves… Les forces adverses sont connues. On a vu un Johannes Boe très fort sur le sprint, qui a bien dominé les débats. On sait qu’il sera très fort cette saison. Les Allemands étaient un peu en retrait. J’ai regardé les résultats mais encore une fois, c’est dimanche que tout commencera.

 

  • Physiquement, comment va le groupe avant ces premières confrontations ?

Les confrontations internes ont permis de faire un état des lieux, de se jauger. Je sens que les gars montent en puissance. Ils prennent de la vitesse actuellement et confirment les choses qu’on a travaillées… Il faudra arriver en Slovénie avec ces bons réglages. Je les sens en phase.

 

Je sens que les gars montent en puissance

 

  • Ce dimanche auront lieu les deux premiers relais mixtes de la coupe du monde. Qui disputera les épreuves ?

Pour le moment, on ne sait pas encore. On attend un dernier test entre les gars qu’on fera dans les jours à venir. A l’issue, on aura une vision globale qui viendra confirmer ou infirmer notre idée de base. La composition sera dévoilée la veille de l’épreuve, comme toujours.

SKI DE FOND - Il y a tout juste une semaine, les Jurassiens Quentin Fillon-Maillet, Martin Bourgeois-République et Tom Bourgin-Millet gagnaient le relais des championnats de France à Prémanon devant le Dauphiné et la Savoie.

Quentin Fillon-Maillet lors des championnats de France de biathlon à Prémanon.

  • Au-delà de cette première étape, quels seront les objectifs individuels et collectifs du groupe France ?

Le collectif France est dense : tout le monde est capable, pour l’avoir déjà fait, de monter sur un podium à l’exception d’un Fabien Claude. L’idée est donc de s’inscrire dans ce qu’ils ont montré ces dernières saisons en prenant encore plus de maturité, en affichant de la régularité aussi. Etre capable de monter leur niveau d’un cran si c’est encore possible.

BIATHLON – Vincent Vittoz et son groupe hommes de l’équipe de France entament la coupe du monde de biathlon ce dimanche à Pokljuka. L’occasion pour l’entraîneur des bleus de faire un dernier point sur l’état de forme de ses protégés.

Vincent Vittoz en discussion avec Emilien Jacquelin cet automne à Arçon.

 

Les athlètes viseront une progression linéaire et également des rendez-vous particuliers comme le relais des mondiaux d’Östersund. Car le relais hommes fait partie de nos grandes ambitions pour cet hiver.

 

J’ai hâte de retrouver les émotions des compétitions

 

  • Martin Fourcade visera un 8e gros globe. Que lui faudra-t-il pour relever cet incroyable challenge ?

Il y aura de l’adversité mais Martin aime ça, aime la compétition. Pour gagner, il lui faut à la fois cette exigence du très haut-niveau dans les résultats et surtout une grande régularité mais en fait, il n’y a rien de nouveau dans la recette… Martin a à cœur de poursuivre ce qu’il faisait les années précédentes en y mettant la manière, en faisant des courses pleines tout au long de l’hiver.

 

  • D’un point de vue personnel, vous allez découvrir le circuit de la coupe du monde. Impatient d’y être ?

Oui bien sûr, on a eu une longue phase de préparation et de découverte avec le groupe depuis le début de l’été jusqu’à début novembre. Il m’a fallu du temps pour comprendre le mode de fonctionnement de chacun, les forces et les faiblesses des uns et des autres. La période de l’entraînement est passée vite !

Le stage à Sjusjoen a été usant avec 14 jours dans le brouillard et parfois sous la pluie. Mentalement, c’était assez compliqué mais cette fois, on sent qu’on est tout près du début de saison. Donc oui forcément impatient de découvrir de nouvelles choses, c’est aussi ce qui a justifié mon choix de changer de discipline. C’est agréable de vivre ces nouvelles expériences. J’ai hâte de retrouver les émotions des compétitions. Et de savoir si les gars répondent présent dès ce week-end !

 

Photo : Nordic Magazine

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.