Yannick Aujouannet : « devenir une date pérenne »

Ski nordique, ski de fond, saut à ski, combiné nordique, biathlon, coupe du monde, FIS, Ski, hiver, Nordic Magazine, vainqueur, ski, saut à ski,
BIATHLON- Malgré des journées à rallonge, et entre deux sollicitations, le directeur du comité d’organisation de la coupe du monde d’Annecy-Le Grand Bornand, Yannick Aujouannet dresse un premier bilan auprès de Nordic Magazine.

 

  • Yannick, nous sommes à la mi-temps de cette coupe du monde, avant les deux dernières journées de course, quel est le premier bilan ?

Le premier bilan intermédiaire, c’est que l’on a eu un début de semaine très compliquée liées aux conditions météorologiques , on s’attendait à tout mais peut-être pas à avoir autant de neige. Cela a compliqué le travail de nos équipes sur le terrain, notamment les accès au village. Il y a eu un gros travail d’effectué pour dégager toute cette neige, encore cette nuit avec les 30 centimètres supplémentaires.

Sur la partie sportive, on a déjà eu les félicitations de l’IBU. Malgré la météo, les conditions de course ont été équitables, on l’a vu sur le sprint dames avec une Laura Dahlmeier qui, partie avec le dossard 86, arrive sur le podium. Donc cela valide le dispositif. Hier soir [vendredi], nous étions très satisfaits d’avoir sorti encore un beau sprint pour les hommes et les deux médailles françaises sont venues mettre la cerise sur le gâteau pour tout le travail effectué. On sait que les conditions météo vont s’améliorer, donc on est serein. Tous les feux sont au vert et on va savourer ces deux jours de courses.

  • On savait que l’affluence serait au rendez-vous. La belle surprise de cette coupe du monde c’est que le public répond très bien en termes d’ambiance ?

Oui, on a un stade qui répond très bien, on a les poils qui se hérissent, ça fait vraiment très plaisir,l’ambiance est très très bonne et les retours sont excellents.

  • Votre organisation a visiblement marqué des points auprès de l’IBU. Est-ce que vous avez le souhait de pérenniser cette étape et de la revoir tous les deux ans ?

Oui, c’est vraiment notre souhait , c’est une position affirmée, qui a été ré-afirmée hier soir par les élus lors du repas officiel avec l’IBU. On souhaite s’inscrire tous les deux ans, devenir un date pérenne dans le calendrier. C’est très important pour nous. Dans l’organisation, quatre ans c’est très long, on perd les hommes, on perd du savoir-faire. Il faut tout remettre à jour et puis les standards d’organisation, les cahiers des charges évoluent énormément en quatre ans. Avec cette troisième étape de décembre qui nous va très bien, on serait dans une certaine continuité, ce qui permettrait de faciliter les choses.

 

Photos : Nordic Focus et Thomas Sport Communication

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.