Chaux-Neuve : pour l’entraîneur américain, Jason Lamy-Chappuis est « un excellent compétiteur »

4a09d7d6afc92Dave-20Jarrett.jpgDave Jarret est l’entraîneur de l’équipe américaine de combiné nordique. Pour Nordic Magazine, il évoque Jason Lamy Chappuis et explique pour quelles raisons, à ses yeux, le jeune Jurassien est un grand champion.


Vous êtes l’entraîneur de l’équipe américaine de combiné nordique. Comment décrivez-vous Jason Lamy Chappuis ?

En fait, j’ai rencontré Jason pour la première fois en 2003 lors des championnats du monde juniors de Solleftea en Suède. Il est un fabuleux compétiteur, mais c’est surtout un mec vraiment bien. Ça a été plaisant de voir sa progression ces dernières années qui l’a mené parmi les meilleurs combinés du monde actuels. Il continue de progresser chaque saison et contraint les autres coureurs à travailler toujours plus pour pouvoir le battre.

Justement, comment analysez-vous sa progression des quatre ou cinq derniers hivers ?

Pour être un bon champion de combiné nordique aujourd’hui, vous devez briller aussi bien en ski qu’en saut. Jason a toujours été un excellent sauteur mais son ski de fond n’était pas à la hauteur. Du coup, il a travaillé ces dix dernières années pour devenir un athlète très complet. 

Quel genre de concurrent est-il ?

C’est vraiment un excellent compétiteur. Il est très fort sur le tremplin de saut à ski et sa vitesse de déplacement sur les pistes de ski de fond a constamment évolué à la hausse. Il est maintenant un combiné complet. Il n’a plus besoin de gagner le saut systématiquement pour bien figurer à l’issue d’une compétition de combiné nordique. Il se place toujours intelligemment dans le peloton de la course et semble toujours prêt à se battre pour la victoire finale. 

Quels sont ses défauts ?

Je ne suis pas certain d’en connaître car il s’est tellement amélioré en ski que maintenant c’est vraiment un compétiteur formidable.

Quelle est la recette pour le battre sur une compétition de combiné nordique ?

Top secret. Non, je rigole ! Pour battre Jason, il faut sauter aussi bien que lui et ensuite skier un peu plus vite que lui ! Mais probablement, la chose la plus importante à faire est d’avoir un œil sur lui dans les 500 derniers mètres d’une course car c’est le finisseur le plus rapide du circuit.

Que lui apporte sa double nationalité franco-américaine, selon vous qui voyagez beaucoup ?

En premier lieu, s’il veut jouer de sa “moitié américaine” pour rejoindre l’équipe américaine, il serait toujours le bienvenu. Il serait un nouveau venu apprécié dans nos rangs d’autant qu’il s’entendrait bien avec tout le reste de l’équipe qu’il connaît bien. Au sujet de sa double nationalité, cela peut lui offrir des opportunités qui ne sont accessibles pour tout le monde.