Christophe Perrillat arrête sa carrière

Il était le dernier du quatuor magique de La Clusaz encore en activité : Christophe Perrillat vient d’annoncer l’arrêt de sa carrière de fondeur de haut-niveau.

 

En 2004, à deux pas de ses terres natales du Grand-Bornand, Christophe Perrillat remportait la première et seule coupe du monde en relais avec l’équipe de France alors composée de Vincent Vittoz, Alexandre Rousselet et Emmanuel Jonnier. Ce fut d’ailleurs l’un de ses quatre podiums décrochés en relais mondial.

 

Christophe Perrillat lors de sa victoire à l'Envolée nordique avec Gérard Agnellet.

Christophe Perrillat lors de sa victoire à l’Envolée nordique avec Gérard Agnellet.

Perrillat a fait partie de cette génération dorée qui a fait sortir le ski de fond d’un certain anonymat. Mais le “Toro” comme le surnomment ses amis, n’a pas seulement brillé en équipe. Il a notamment remporté l’Engadine en 2004 et la Transjurassienne en 2010, sans doute l’une de ses plus belles victoires. Aligné sur les olympiades de Salt Lake City et Turin, le natif d’Annecy a de nouveau brillé sur l’Envolée nordique cet hiver aux côtés de Gérard Agnellet avant de signer d’autres podiums de prestige sur les longues distances internationales comme sur la Birkie aux USA.
A 35 ans, le solide fondeur et traileur de talent (2e de la CCC 2014) a profité de la grande soirée bilan du Haute-Savoie nordic team pour annoncer sa décision de mettre un terme à sa carrière de skieur de haut-niveau.

Christophe Perrillat nous parle de son lien avec La Transjurassienne (cliquez sur l’image) :
Capture d’écran 2015-05-01 à 10.26.42

 

Des retraites en cascades

Pendant cette soirée au Grand-Bornand, d’autres membres du team ont annoncé leur retrait du haut-niveau notamment son président Emilien Buisson dont l’un des meilleurs résultats restera son podium sur la Transjurassienne derrière Benoit Chauvet et Adrien Mougel. Le Bornandin a pris la 3e place de la dernière Traversée du Massacre dominée par son collègue Ivan Perrillat-Boiteux.
Thibaut Ostersberger, Iris Pessey, brillante cet hiver sur le circuit national, Valentin Gaillard et Mathilde Petitjean ne feront pas non plus partie de cette équipe d’exception l’an prochain.

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.