Christophe Perrillat-Collomb : « Le changement de neige nous a plantés »

Le fondeur du Grand-Bornand – déjà vainqueur à Mouthe en 2010 – figurait parmi les favoris de la course. Il explique comment celle-ci s’est jouée dans la descente au-dessus de Chaux-Neuve.

Comment s’est passée la course ?

Super bien sur la première partie, avec de supers jambes et supers skis. Nous sentions que tout allait bien, que la course se décantait petit à petit. Et puis, à la fin, nous avons vécu un retournement de situation dans la descente de Chaux-Neuve. Nous étions dans le petit groupe de tête et Jérémie, Thibault et Adrien sont partis. Nous n’avons pas compris, ils sont partis à la glisse. Il y a eu un changement de neige et ça nous a plantés. Nous avons pris 50 mètres dans la descente et à partir de là, c’était fini.

Avec le Team HSN, vous jouiez aujourd’hui la course d’équipe. Comment expliquez vous ce retournement de situation, la course s’est aussi jouée de manière tactique ?

Non, c’est le jeu d’avoir les meilleurs skis, la meilleure paraffine dessous, ça fait partie entièrement de la course et de la victoire. Quand cela ne tourne pas dans notre sens, c’est toujours frustrant que cela se joue comme ça, mais c’est le jeu, nous n’avons rien à regretter d’un point de vue tactique. Mais c’est la Transjurassienne, une course exceptionnelle, et de sentir que nous avions les jambes, que nous étions bien pour jouer devant. Et ne pas être dans l’emballage final pour des choses comme ça… c’est la course.

Vous aviez décidé cette année de disputer les deux Transjurassiennes, en classique et en skate. Pourquoi avez vous abandonné hier ?

Hier, j’ai senti rapidement que je ne pouvais pas jouer la gagne, qu’au mieux j’étais autour de la 10ème place. Donc j’ai préférer m’économiser pour garder des forces pour aujourd’hui, pour jouer la gagne aujourd’hui.

"C'est frustant, mais c'est la course…"

“C’est frustant, mais c’est la course…”

Comment se passe votre saison de manière globale ?

C’est plutôt moyen. J’étais bien au début, mais j’ai rapidement eu des soucis physiques, comme un blocage du dos, qui m’ont contraint à modifier mon entrainement. C’est frustrant de ne pas avoir pu faire ce que je voulais, il me manque des petites choses pour être au top. Après, j’essaye de faire au mieux avec le physique du moment. Dans quelques jours, nous partons aux Etats Unis pour faire la Birkie (l’American Birkebeiner, le 19 février prochain), après l’Engadin (le 8 mars). Il reste donc quelques belles courses internationales, nous espèrons que cela va bien se passer pour la suite.

La vidéo de Nordic TV

Vous prenez toujours autant de plaisir sur les skis avec le Haute-Savoie nordic team ?

Nous avons une belle équipe. Dans l’équipe, je suis un peu avec les anciens et nous essayons de créer cette émulation pour emmener les jeunes au plus haut, leur montrer un peu la voie. Et ils le font très bien. Et, en faisant des courses comme aujourd’hui, même si cela ne se passe pas toujours comme nous voulons, nous essayons de nous battre jusqu’à la fin. Avec Emilien Buisson et Damien Tarantola, dont c’était la première Transju, c’est toujours sympa de finir ensemble.


Retrouvez cet article et bien d’autres sur l’application de Nordic Magazine.
Pour plus d’informations, cliquez sur la bannière ci-dessous :

Ski nordique, ski de fond, biathlon, combiné nordique, saut à ski, hiver, coupe du monde, Martin Fourcade


 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.