Chronique de la Maille #26 : Bombes anatomiques

UBRIQUES – Chaque jeudi, le skieur de fond Clément Mailler pose les skis pour sortir sa plume aiguisée.

RUBRIQUES – Chaque jeudi, Clément Mailler pose les skis pour sortir sa plume aiguisée et avisée…

Vous n’avez sûrement pas vu passer l’info, à moins de lire la presse américaine, si vous avez de la famille outre-Atlantique ou si vous avez encore une ex-pas-triée sur place. Mais ce même journaliste du New York Times qui a fustigé le ski de fond comme étant le sport le plus ennuyeux des jeux olympiques d’hiver, se rattrape en annonçant que ce sport regorge des plus belles athlètes, les qualifiant de « bombes ».

Ils ont beau avoir clôturé avec la Corée, les américains parlent encore de bombes atomiques dans les journaux. Enfin plutôt des bombes anatomiques pour le coup.

Leur président a certes toujours sa bombe à portée de main, un journaliste doit faire preuve d’un peu plus de doigté pour manier avec précision et délicatesse des dames à caractère explosif.

A T O M I Q

Les bombes atomiques du circuit sont des filles rayonnantes, et qui s’appellent avec un A de Astrid, un T de Thérèse, un O de Oestberg, un M de Marit, un I de Ishida, et un Q de Clara Morgane.

Le superlatif est donc très maladroit s’il cherche à avoir un atome crochu, ou plus fort un atome de Savoie. Le nucléaire permet de se chauffer, mais il ne faut pas se faire de films, même pour les plus cinétiques, ça relève de la Science Fission.

Sans en faire une affaire Centrale, ce journaliste risque de se faire renvoyer, ou terminer comme simple consultant de radio-activité. Même si je ne vous parle pas d’NRJ. Les médias sont des zones de radiations plus fortes qu’à Fessenheim, voire même qu’à Pôle Emploi.

Refroidissement

Si ce journaliste ne veut pas s’enterrer et passer pour un déchet ou voir ses espoirs partir en fumée, il va falloir envoyer un peu plus de Watts qu’au bord de la cheminée ou dans la piscine de refroidissement.

Parce que sur le sujet, des histoires de piscine il y en a eu, et pas que pour le refroidissement des bombes… Le premier essai Loana avait déjà une forte teneur explosive, qui n’est pas passé par e=mc2 mais e=m6, ce qui manque d’ailleurs de relativité.

Un conseil à l’avenir, si vous ne comprenez rien au NYT, lisez les chroniques journalistiques dans la presse française; enfin me suis-je bien fait comprendre ?!

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.