Chroniques de La Maille #29 : La grève hivernale

UBRIQUES – Chaque jeudi, le skieur de fond Clément Mailler pose les skis pour sortir sa plume aiguisée.

RUBRIQUES – Chaque jeudi, le skieur Clément Mailler pose les skis pour sortir sa plume aiguisée.

 

La grève hivernale

Vous savez de quoi je parle, car vous l’avez subi au moins une fois, si ce n’est pas cette semaine. Au moment de faire la coupure de fin de saison et de partir en voyage prendre ma trêve hivernale, j’ai été pris dans la grève infernale.
C’est plein d’en-train que j’arrive à-gare à la station, quand je m’aperçois que les quais sont vides. Aucun képi rouge à l’horizon, si ce n’est un homme en costume visiblement pas très gay que la manif soit pour tous.
Cet homme qui a loupé le dernier train qui est passé à toute vitesse sans crier gare, commence à railler contre les cheminots. Mais gare à leurs réactions quand on leur reproche leur train de vie.

Je n’ai pas pris le bon train

Dans le même cas que lui, nous n’Avions pas le choix mais l’Avions en même temps, est le seul choix qu’il reste, sans mettre la faute aux français.
Me voilà donc parti vers Charles de Gaule qui est le seul qui porte des avions en marche.
Une fois ça va, mais deux c’est trop. Déjà ce dimanche, j’étais en plein dedans, c’était la grève des étoiles sur 42 kilomètres. À peine arrivé à la station des Saisies, je me suis embarqué sur une voie qui n’avançait rien. D’entrée, je n’ai pas pris le bon train, et personne ne m’a accroché sur son porte bagage. J’ai dû suivre seul, et par dépit, le convoi qui chemine-haut, très haut même.

Encore une idée que j’ai prise sans pré-avis

Malgré ma bonne volonté et mes soixante-huit tares, je me suis vite retrouvé à la rue pour réformer ma retraite sportive. Encore une idée que j’ai prise sans pré-avis.
À défaut de bien rouler, cette course, même si ce n’était pas au rendez-vous du lundi, a été survolée par le gars du vert-corps qui n’est pourtant pas extraterrestre.
Me voilà finalement dans un avion qui décolle pour la Scandinavie, à essayer de récupérer le temps perdu en classe économie d’énergie.
Plus que quelques heures avant la destination finale dans le grand nord, je n’ai plus qu’à patienter avec mon Sudoku, le Nord en face !

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.