Chroniques de la Maille #44 : Rugby avec beau-papa

UBRIQUES – Chaque jeudi, le skieur de fond Clément Mailler pose les skis pour sortir sa plume aiguisée.

RUBRIQUES – Chaque jeudi, le skieur de fond Clément Mailler pose les skis pour sortir sa plume aiguisée.

 

 

Confrontation directe face à futur beau-papa

Vous ne l’avez peut-être pas remarqué, à part si vous êtes passionnés, mais à peine rentré de vacances que les saisons de sports collectifs ont repris. C’est reparti pour les soirées chips-bières-foot et autres troisièmes mi-temps.
De mon côté, à une semaine de la première journée de rugby, j’ai déjà fait un match d’ouverture percutant en confrontation directe avec … mon « futur beau-père ».

Autant vous dire que la partie a été serrée. Arrivé comme un bleu, j’ai pris plus de chocs qu’en rugby. Paradoxalement, je me suis retrouvé mis à l’essai alors que c’était à moi d’aplatir, ou plutôt d’aplanir les angles. Il m’a été difficile de transformer l’essai en avantage.

 

Un duel plus tranchant qu’un Crunch

Pour ne pas me faire plaquer trop vite dans ce duel qui s’annonçait plus tranchant qu’un Crunch, je me suis mis la tête comme un ballon pour préparer le rendez-vous.
Dès le début, j’ai bien senti que j’étais mis à l’écart, à croire que j’arrivais du pays de gale. En-mêlé jusqu’au cou, j’accumule les fautes et les faux rebonds, comme cette cravate mal placée.

La fin de partie approche et je n’ai même pas réussi à franchir la ligne médiane, bien que j’avais tâté le terrain avant de venir. À ce moment là, j’étais assuré de finir le repas de famille avec la cuillère de bois, et ce qui est sûr, c’est qu’avec beau papa, je ne me suis pas fait un bon poteau.

 

ça n’a pas été une victoire facile

Déjà avec la fille, ça n’a pas été une victoire facile. Il m’a fallu m’employer pour aller chercher ne serait-ce que la place de demie-ouverture. À peine l’engagement annoncé, je n’ai pas osé faire d’en-avant, de peur de me prendre un carton d’entrée de jeu.
Il faut dire que le rideau défensif était bien en place, et ce n’est pas avec un simple jeu de maul que j’allais impressionner. Mais avec un petit tour de passes-passes, j’ai pu reprendre l’avantage. Bien sur mes appuis, et toujours droit, je ne suis pas un rude-bi.
Et voilà qui me permet de placer une chandelle en toute fin de partie, avec une technique qui ne fonctionne pas à chaque fois mais que je vous conseille… botter en touche !


Retrouvez cet article et bien d’autres sur l’application de Nordic Magazine.
Pour plus d’informations, cliquez sur la bannière ci-dessous :

Ski nordique, ski de fond, biathlon, combiné nordique, saut à ski, hiver, coupe du monde, Martin Fourcade


 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.