Clément Parisse… dans La Maille du filet

CHRONIQUE – Tous les athlètes redoutent de tomber dans La Maille de son filet. Chaque jeudi, Clément Mailler ne les épargne pas quand il s’agit de leur poser les bonnes questions. Point d’échappatoire pour eux : ils doivent répondre. Victime du jour : Clément Parisse.
Ski nordique, ski de fond, saut à ski, combiné nordique, biathlon, coupe du monde, FIS, Ski, hiver, Nordic Magazine, vainqueur, ski, saut à ski,

CHRONIQUE – Tous les athlètes redoutent de tomber dans La Maille de son filet. Chaque jeudi, Clément Mailler ne les épargne pas quand il s’agit de leur poser les bonnes questions. Point d’échappatoire pour eux : ils doivent répondre. Victime du jour : Clément Parisse.

 

Cette interview est sans doute l’occasion de partager quelque chose sur les réseaux sociaux, ou juste un petit moment de répit avant une dure séance d’entrainement.  Dans La Maille du filet un athlète qui est, selon les rumeurs, trop gentil pour se faire prendre. Clément Parisse a quand même des choses à nous avouer sur ses points communs avec Jean-Marc mais aussi…  qu’est-ce qu’on peut bien offrir aux plus vieux comme Maurice et Jean-Jean ?

 

  • Clément Parisse, pour préparer ton interview j’ai demandé à plusieurs de tes collègues de me balancer un truc sur toi. Ils m’ont tous répondus « non, Clem il est trop gentil, on ne peut rien dire ». Tu confirmes ?

(rires) Non peut-être qu’ils me connaissent mal du coup ! Non je ne sais pas… vraiment personne ? Tu n’as pas interrogé les bonnes personnes (rires) ! Mais j’ai un caractère assez réservé je pense, donc ça passe aussi pour gentil.

 

  • C’est vrai qu’on te connaît comme étant quelqu’un de réservé. Mais est-ce que ce n’est pas un désavantage pour la compétition ?

Oh je ne sais pas… une fois sur les skis ça change un petit peu ! Après ça peut être un désavantage si tu te laisses marcher dessus, mais je ne suis pas sûr que ça soit mon cas. Dans certaines circonstances ça peut être à mon désavantage mais en même temps dans le peloton je ne suis pas si gentil que ça.

 

  • Tu ne t’es jamais embrouillé ou chauffé avec quelqu’un en course ou après ?

Ah non ça m’arrive de gueuler sur les mecs quand on te marche dessus ou en mass-start. Ça arrive (rires) ! Faire comprendre qu’il faut se calmer un peu, comme d’autres me le font comprendre aussi !

 

  • Il y a pas mal de coups de gueule en général ou c’est plutôt respectueux ? 

Non c’est quand même respectueux. Il y a toujours les jeunes qui arrivent qui sont tout feu tout flamme.

 

  • Dans la nouvelle génération et dans ta génération aussi, tous sont très friands des réseaux sociaux. Pourquoi pas toi ?

Ouais… très bonne question ! (rires) C’est pas quelque chose qui m’intéresse plus que ça. Je trouve que de tout le temps devoir penser à s’arrêter, prendre une photo ou faire un truc… je préfère vraiment faire mon truc, profiter du moment présent. Je vois ça plus comme une contrainte alors que pour certains c’est plus naturel.

Je suis très conscient qu’il faudrait que je le fasse plus, mais c’est vraiment une contrainte pour moi. Des fois je m’y mets un peu et après pendant une longue période je laisse filer. C’est dans mon caractère aussi d’être plus réservé et de ne pas trop aimer montrer tout ce que je fais ou me mettre en avant. Ça vraiment ça peut m’être préjudiciable.

 

  • Ah oui on t’a déjà mis la pression ?

Non pas vraiment la pression mais des petites réflexions là dessus.

 

  • Est-ce que ce n’est pas pour prendre exemple sur Jean-Marc Gaillard ?

Ah non c’est vrai que je n’y ai pas pensé (rires) ! Il faut prendre un peu exemple sur lui mais pas trop quand même !

 

  • Jean-Marc, comme d’autres d’ailleurs, dit que tu es le plus affûté. Est-ce que c’est difficile de tenir sa ligne quand on est de Haute-Savoie ?

Je pense surtout que j’ai la chance d’avoir un bon métabolisme parce que je ne me restreins pas forcément plus que ça. Jean-Marc s’en sort pas mal non plus ! Parce-que je pense que d’autres à son âge en mangeant comme lui… (rires) ! Je ne suis pas non plus hyper friand de sucre.

 

  • Donc une prime de victoire comme ton poids en chocolat ou en bonbons, ça ne te fait pas prendre un ou deux kilos en contrepartie ?

Si ben… j’aime quand même bien le chocolat (rires) mais un peu fort en cacao. Un bon chocolat quoi, élevé en pourcentage. Après bonbons… je les prendrais pour donner à Maurice et Jean-Marc (rires) !

 

  • J’ai vu un reportage sur un de tes voyages, c’est quelque chose que tu aimes beaucoup. Est-ce que ça te plairait de faire l’émission « voyages en terre inconnue » ?

Je ne regarde pas trop la télé, et je ne vois pas plus que ça ce que c’est vraiment. Après j’aime bien partir tout seul dans les bois ou avec des copains pour faire de l’escalade ou de la montagne. J’aime bien qu’il y ait un côté sportif et aventure dans les voyages. Faire une rupture avec le confort qu’on a en stages et en compétitions.

 

  • Et enfin, tu penses à quoi là tout de suite ?

Là tout de suite je suis dans la salle de musculation et il va falloir que je m’y mette (rires) ! Il faut le faire… il fait grand beau dehors mais bon, tu vois mon état d’esprit du moment.

 

Photo : Nordic Magazine archives

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.