Clément Parisse : « Des mondiaux magiques »

Sélectionné de dernière minute pour les championnats du monde de Falun, le fondeur Clément Parisse s’est régalé sur les deux courses disputées. Mais le Mégevand retient surtout l’ambiance et la ferveur populaire de ce rendez-vous en Scandinavie.

 

Clément Parisse, avec deux 24e places sur le skiathlon puis sur le 15 km libre, quel bilan sportif dressez-vous de vos mondiaux à Falun ?

Avec ces deux 24e places, le bilan est positif, c’est sûr ! Invité de dernière minute sur ces mondiaux grâce à la place sur le 15 skate d’Ostersund, le bilan ne peut être que positif. Déjà ma participation aux mondiaux était la cerise sur le gâteau, rien à redire ! C’est magique de participer à des mondiaux de ski nordique en Scandinavie, l’ambiance est incroyable et les résultats de l’équipe sont là.

 

Humainement, vous avez en effet vécu vos courses dans une ambiance incroyable. Que vous apporte l’énergie du public massé le long de la piste et dans le stade ?

L’énergie dégagée par le public tout le long de la piste est juste incroyable ! Cette énergie aide à se dépasser, à aller chercher plus loin dans l’effort ! Il faut s’aider de cette énergie et la prendre pour soi pour mieux sortir les bosses. Des courses avec une telle ambiance et énergie dégagées par le public, on en voudrait tous les jours, c’est magique.

 

Aux avant-postes sur le skiathlon des mondiaux.

Aux avant-postes sur le skiathlon des mondiaux.

 

On a le sentiment que vous, comme Adrien Backscheider d’ailleurs, avez joué ces championnats du monde sans pression, sans complexe et avec beaucoup de plaisir…

Oui comme je l’ai dit avec Adri nous sommes invités de dernière minute, il y avait des places à prendre sur Ostersund et la “chance” nous a sourit. Nous n’avions rien à perdre sur ces mondiaux, et les avons pris comme du bonus et de superbes moments à vivre. Alors pourquoi se mettre la pression ? Nous avons profité à fond sans se mettre plus la pression que nécessaire…

 

La saison touche bientôt à sa fin et avec votre titre de vice-champion du monde chez les moins de 23 ans, comment qualifiez-vous votre hiver ?

Les U23 étaient l’objectif de la saison, en revenir avec une médaille valide donc ce rendez-vous, et l’hiver est réussi ! Mais il y a encore de belles choses à faire…

 

Fin mars, vous défendrez votre titre national du sprint (voir la vidéo) à La Féclaz. Ambitieux pour ce rendez-vous ?

Tout athlète est ambitieux au départ d’une compétition je pense, surtout lorsqu’il s’agit de défendre un titre… Mais il ne faut pas se cacher que ma victoire de l’an dernier était une surprise et cette année je serais un peu plus attendu… J’ai à cœur de jouer devant sur les France où il y a toujours de belles choses à faire, et cela permet de bien clôturer la saison ! Il n’y a pas que le sprint…

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.