Combiné : à Liberec, Jason Lamy Chappuis peut remporter le globe de cristal

Chez les combinés, il souffle comme un air de fin de saison. Il ne reste que trois week-ends, avec Liberec, puis Lahti et enfin Oslo. Terminus. En tout cinq épreuves individuelles et un team-sprint à Lahti qui pourraient mener le Jurassien Jason Lamy Chappuis jusqu’à la victoire. Fort de sa 20e victoire et d’une avance de 238 points sur son challenger japonais, il se rapproche d’un troisième globe de cristal consécutif.

Jez_Watabe.jpg

« Au niveau des points pour la coupe du monde, je reprends un peu d’avance sur Watabe, mais comme je l’ai dit, encore beaucoup de choses peuvent se passer d’ici la fin de la saison : ça ne sert à rien de calculer, il faut juste rester concentré, faire des courses pleines et le résultat viendra de lui-même » : le champion reste modeste. Et prudent, aussi.

Pittin, puis Watabe”

L’hiver a commencé en pointillé. Souvenez-vous : « Lamy Chappuis déçoit », titrait Le Figaro, à l’issue du premier concours de la saison de combiné nordique à Kuusamo, lors duquel il avait terminé 16e.

Dans l’avion qui le mène ensuite à Lillehammer, Jason Lamy Chappuis est impatient.  Il veut convaincre que l’étape finlandaise n’appelle aucune panique. Certes, il y a de déception. « Mais ce n’est pas la catastrophe pour autant, il faut relativiser. Surtout par rapport aux autres coureurs qui étaient comme moi considérés comme favoris…»

En Norvège, le Bois d’Amonier se rapproche du podium. Il termine 4e de la première épreuve de Lillehammer, derrière Tino Edelman et l’Italien Alessandro Pittin. Dimanche, le Jurassien va prouver qu’il n’a rien perdu de sa superbe. Il ne décroche pas une victoire, mais retrouvera l’altitude rassurante du podium. Un 40e podium. Il y aura ensuite la parenthèse Alessandro Pittin, petit prince de Chaux-Neuve. Et, plus récemment, l’attaque d’Akito Watabe à Val di Fiemme. 

 

Week-end à Liberec”

Jason Lamy Chappuis est le patron. Le 10 km de ski de fond à Klingenthal restera longtemps dans les mémoires comme la parfaite expression que le jeune homme a du talent et de la réserve. « Je me suis fait plaisir au tremplin et en fond, j’avais de bonnes jambes et des bons skis. On a été à rien d’être deux Français sur le même podium avec la 4ème place de François dimanche… », commente-t-il.

Braud quatrième, en effet. Et Sébastien Lacroix dans une région du classement qui ne réflète en rien sa saison.
« C’est un week-end à oublier », lâche-t-il. Il préfère tourner la page.

Place donc à la belle station située à 90 minutes de Prague : « On n’est pas venu à Liberec depuis 2009, ça me rappelle des bons souvenirs avec les Championnats du Monde… et mes deux premières médailles mondiales, en bronze ! », souffle Golden Jez.

 

Au programme : samedi un penalty race et dimanche un gundersen. Le décor est planté : « Le tremplin, au pied des pistes d’alpin, est atypique, la piste d’élan est longue et très plate un peu comme Bischofshofen, en Autriche. Il faut donc être patient, mais ne pas s’endormir non plus : ici, il y a souvent des erreurs de timing au bout du tremplin… La piste de fond se situe sur un beau stade proche du centre ville. Les bosses ne sont pas les plus raides du circuit mais il y a quand même du dénivelé, ce qui convient bien aux gars puissants. » Reste l’histoire à écrire… qui mènera Jason Lamy Chappuis à la victoire (troisième globe de cristal) dès dimanche.


Retrouvez cet article et bien d’autres sur l’application de Nordic Magazine.
Pour plus d’informations, cliquez sur la bannière ci-dessous :

Ski nordique, ski de fond, biathlon, combiné nordique, saut à ski, hiver, coupe du monde, Martin Fourcade