Combiné : les chances de Lamy Chappuis aux Mondiaux de Val di Fiemme

A deux jours du coup d’envoi des Mondiaux de combiné nordique dans le Val di Fiemme, analysons les chances tricolores.

 downloader-6.php.jpeg

Depuis lundi, l’équipe de France de combiné nordique est en Italie, où vont se tenir, à partir de demain, les championnats du monde. Auparavant, elle s’est retrouvée à Courchevel, pour une dernière période d’entraînement. « Les tremplins étaient très bien préparés et on a pu bien travailler au niveau du saut, raconte Jason Lamy Chappuis. Nos cuisses se souviennent aussi d’une séance d’intervalles en ski de fond où l’on devait monter le long du tremplin à bloc… J’ai terminé cette préparation avec un 15 km skate aux Praz-de-Lys ce dimanche avec François [Braud] pour garder le rythme des compétitions. » C’était la 30e édition et le Jurassien est monté sur le podium.

Les Allemands imbattables ?”

downloader-5.php.jpeg

 

 

 

François Braud et Jason Lamy Chappuis
Photo : Alain Grosclaude/Agence Zoom

 

 

Dans le Val di Fiemme, Jason Lamy Chappuis, champion olympique 2010 et vainqueur des trois dernières éditions de la coupe du monde de combiné nordique, sera le chef de file de la délégation française.

Actuellement 2e au classement mondial, il aura quatre occasions de décrocher une médaille avec deux épreuves individuelles (22 et 28 février), deux par équipes (24 février et 2 mars).

Le Bois d’Amonier et ses coéquipiers auront maille à partir avec des adversaires qu’ils connaissent par cœur. Pour le relais 4 x 5 km, l’Allemagne, l’Autriche et la Norvège viendront freiner les ardeurs des tricolores.

Pour sûr, à en juger les derniers week-ends en coupe du monde, Frenzel, Edelmann, Rydzek and Co semblent imbattables. Heureusement, l’équipe française peut espérer décrocher une médaille, elle qui semble abonné aux quatrièmes places. Les chances pour que cela se produise sont importantes. L’envie aussi. Lamy Chappuis, Braud, Laheurte et Lacroix ont prouvé cette saison qu’ils évoluent collectivement au même niveau que les grandes nations.

Après leur troisième rang dans l’épreuve par équipes à Schonach, les Américains ne sont pas à négliger. Dans un bon jour, une médaille est certainement à portée de main pour Demong, Spillane, Lodwick et les frères Fletcher. Les Japonais eux aussi rêvent d’une médaille. « Qu’importe la couleur », sourit Akito Watabe, régulièrement dans le top 5. Il est monté sur le podium à Chaux-Neuve.

 

Lamy Chappuis–Lacroix, favori du team sprint”

downloader-2.php.jpeg

 

 

 

Sébastien Lacroix et Jason Lamy Chappuis
sur le podium à Chaux-Neuve
Photo : Alain Grosclaude/Agence Zoom 

 

 

 

Pour le team sprint de samedi, oser un pronostic serait courageux. Déjà parce que nous ignorons l’identité des binômes. Leur composition dépendra des performances des athlètes dans les précédentes épreuves.

Si l’on se réfère aux statistiques, le duo Jason Lamy Chappuis et Sébastien Lacroix part néanmoins grand favori : en quatre courses, il l’a remporté une fois et a occupé deux troisièmes places. Dans la quatrième course, Jason Lamy Chappuis associé à Maxime Laheurte avait fini au deuxième rang.

Il leur faudra se méfier du Norvégien Mikko Kokslien qui – avec des partenaires différents – a aussi collectionné une première place, une deuxième et une troisième en quatre courses. Bien sûr, avec leur forme du moment, l’équipe de l’Allemagne constituera un autre sérieux challenger.

Il y a enfin les outsiders : l’Italien Pittin qui évolue chez lui et qui voudra sauver sa saison perturbée par une blessure, associé à Runggaldier, ou encore les Slovènes Jelenko/Oranic.

 

Le face à face attendu”

downloader-3.php.jpeg

 

 

 

 

Eric Frenzel (à gauche) semble intouchable
Photo : Alain Grosclaude/Agence Zoom 

 

 

 

Individuellement, les spécialistes pronostiquent un duel Frenzel/ Lamy Chappuis, à la manière du face à face entre les biathlètes Emil Hegle Svendsen et Martin Fourcade.

A Oslo, l’Allemand avait remporté en 2011, sur le petit tremplin, l’épreuve individuelle Gundersen devant son coéquipier Tino Edelmann et Felix Gottwald qui a pris sa retraite sportive depuis. Sur le grand tremplin, l’or était revenu au Français, devant Johannes Rydzek et… Eric Frenzel.

Champion du monde et quatre fois vainqueur en coupe du monde cet hiver, l’Allemand Eric Frenzel est certainement l’athlète qui sera le plus observé dans le Val di Fiemme. Bien qu’il ait commencé la saison avec quelques difficultés, sa forme n’a cessé de progresser au fil des semaines. L’athlète d’Oberwiesenthal semble aujourd’hui intouchable. Il réalise des sauts bien équilibrés et ses compétences sur les skis font du jeune homme un combiné très régulier dans ses démonstrations. Son pire ennemi pourrait être… Eric Frenzel lui-même, s’il ne parvient pas à résister à la forte pression qui pèse sur ses épaules.

downloader-4.php.jpeg

 

 

 

Magnus Moan
Photo : Alain Grosclaude/Agence Zoom 

 

 

 

Si quelqu’un sait gérer ce genre d’ambiance, c’est bien Jason Lamy Chappuis. Après avoir remporté le Gros globe de cristal à trois reprises,  son désir est maintenant de défendre sa médaille d’or à Oslo. C’est « l’objectif de la saison », assure-t-il mercredi matin. Il reconnaît que « janvier a été un mois un peu difficile », qui lui a fait perdre son dossard jaune de leader de la coupe du monde : « du fait d’enchaîner cinq week-ends, je me sentais un peu fatigué et ça m’a fait du bien de couper quelques jours et de récupérer. »

Si l’on s’appuie maintenant sur les résultats en coupe du monde, il faudra également suivre Magnus Moan, redoutable dans les courses de ski de fond ou encore l’Autrichien Bernhard Gruber qui vient de (se) prouver à Sochi qu’il n’avait pas perdu, à 30 ans, de sa fraîcheur.

Dans l’équipe de
France, on compte aussi beaucoup sur Sébastien Lacroix, très bien placé dans le classement provisoire de la coupe du monde et qui a goûté les joies du podium à Kuusamo.

Tino Edelmann et Mikko Kokslien ont, eux, connu quelques problèmes de santé. Auront-ils retrouvé la forme ?

« Le fait de regarder les belles performances des Français aux Mondiaux d’Alpin et de Biathlon donne envie de courir et de se donner à fond ! », assure Jason Lamy Chappuis.


 

Le programme complet”

> Vendredi 22 février
– 09h00 : Saut d’essai HS 106
– 10h00 : Saut de concours HS 106
– 15h00 : Gundersen 10 km

> Samedi 23 février
– 09h00 : Entraînement officiel saut HS 106 (TEAM)
– 16h15 / 17h30 : Entraînement officiel fond

> Dimanche 24 février
– 09h00 : Saut d’essai HS 106 TEAM
– 10h00 : Saut de concours HS 106 TEAM
– 15h00 : TEAM 4×5 km

> Lundi 25 février
– 09h00 : Entraînement officiel saut HS 134 (2 sauts)
– 14h30 / 16h30 : Entraînement officiel fond

> Mardi 26 février
– 09h00 : Entraînement officiel saut HS 134 (2 sauts)
– 14h30 / 16h30 : Entraînement officiel fond

> Mercredi 27 février
– 09h00 : Entraînement officiel saut HS 134 (2 sauts)
– 15h00 / 16h30 : Entraînement officiel fond

> Jeudi 28 février
– 09h00 : Saut d’essai HS 134
– 10h00 : Saut de concours HS 134
– 15h30 : Gundersen 10 km

> Vendredi 1er mars
– 09h00 : Entraînement officiel saut HS 134 (TEAM)
– 15h30 / 16h30 : Entraînement officiel fond

> Samedi 2 mars
– 09h00 : Saut d’essai HS 134 TEAM SPRINT
– 10h00 : Saut de concours HS 134 TEAM SPRINT
– 15h00 : TEAM SPRINT 2×7,5 km

 

Val di Fiemme sur Eurosport, partenaire de Nordic Magazine”

> Vendredi 22 février

09h45 : Saut de concours HS 106 LIVE!
14h45 : Gundersen 10 km LIVE!

> Dimanche 24 février

10h00 : Saut de concours HS 106 TEAM LIVE! sur Eurosport2

15h00 : TEAM 4×5 km LIVE!

> Jeudi 28 février

09h45 : Saut de concours HS 134 LIVE!

15h15 : Gundersen 10 km LIVE!

> Samedi 2 mars
10h00 : Saut de concours HS 134 TEAM SPRINT LIVE!
15h00 : TEAM SPRINT 2×7,5 km LIVE!

Ou en LIVE ! sur Internet


Retrouvez cet article et bien d’autres sur l’application de Nordic Magazine.
Pour plus d’informations, cliquez sur la bannière ci-dessous :

Ski nordique, ski de fond, biathlon, combiné nordique, saut à ski, hiver, coupe du monde, Martin Fourcade