Combiné nordique : Samuel Guy se confie avant Val di Fiemme

La FFS vient de publier la liste des sélectionnés pour les derniers grands rendez-vous de l’hiver.

 

Combiné Nordique Coupe du monde à Lahti et Oslo :
– BRAUD François
– LACROIX Sébastien
– LAHEURTE Maxime
– LAMY CHAPPUIS Jason
 
Combiné Nordique
COC Val di Fiemme
– MARTIN Nicolas
– CAILLEAU Wilfred
– GUY Samuel
– LAFARGE Geoffrey
 
Saut Spécial 
Coupe du monde Lahti,
– DESCOMBES SEVOIE Vincent
 
Saut Spécial 
COC Val di Fiemme
– MAYER Nicolas
– MABBOUX Alexandre
– VIRY David
– AIRIAU Gauthier

Saut Spécial  Dames
Coupe du monde Zao
– MATTEL Coline
– CLAIR Julia
 
Coupe du monde Oslo
– MATTEL Coline
– CLAIR Julia
– LEMARE Léa
C’est l’occasion de faire le point avec l’un des athlètes sélectionnés : Samuel Guy.

Breves_SamuelGuy.jpg

 

Samuel Guy, vous voilà du voyage pour Val di Fiemme.

Je suis pressé de participer à ces deux derniers week-ends de COC, j’ai à coeur de bien faire en cette fin de saison.  Après un passage difficile début février, je me suis bien reposé, j’ai profité de repos pour remettre mon état physique d’aplomb. J’ai hâte de performer. L’ambiance et le moral sont à leur comble dans l’équipe, cette atmosphère est  signe de bonnes choses pour la suite des événements.

 

Vous avez été très en forme en décembre. Comment expliquez-vous cette baisse de régime ?

Nous avons eu beaucoup de voyages éprouvant depuis le 1er décembre, beaucoup de journées à attendre pendant les longs voyages. Les compétitions se sont enchaînées vite et la moindre défaillance morale joue directement sur le physique et donc sur la performance. J’ai donc pris le temps durant cette période de 10 jours de repos d’ôter les éléments parasites de ma tête pour repartir et me concentrer sur de vrais objectifs.

 

En même temps, votre 6e place à Kranj c’est tout de même un résultat encourageant.

Oui le week-end en Slovénie a été bon, autant sur le plan individuel que par équipe.

 

Vous insistez sur l’importance du mental. Est-ce que cela est d’autant plus vrai en fin de saison ?

 

Effectivement, ça joue énormément. Il faut réussir à rebondir dans les moments difficiles. Pour cela il faut s’entourer des bonnes personnes, faire des choix et adopter une stratégie pour retrouver des sensations et reconstruire quelque chose de stable et efficace en compétition. Les saisons sont longues et éprouvantes, il est difficile de tenir une saison à un bon niveau régulier tous les week-ends.

 

 

Quand on regarde votre saison 2011-2012, elle ressemble à celle de cette année. On y observe aussi un fléchissement en début d’année, après un mois de décembre très encourageant.

Les saisons sont longues et éprouvantes, il est difficile de tenir une saison à un bon niveau régulier tous les week-ends. La saison passée, je suis tombé souvent malade. Dès le début de saison je n’étais pas à 100 % physiquement. J’étais trop fragile. Cette année j’ai fait attention de ne pas commettre une nouvelle fois cette erreur. Mais j’évolue chaque saison, j’apprends chaque année, je garde les choses bien et apprends de mes erreurs pour ne pas les reproduire.


Vous ressentez le besoin de travailler pour performer. Quand vous parlez de repos, c’est avec un programme sérieux d’entraînement.

Oui c’est un besoin mental. Si je sens que je ne me suis pas bien entraîné, que je ne me suis pas assez impliqué ou pas assez concentré, je pars déjà avec un handicap. Pendant ma période de repos, j’ai pu décompresser et laisser libre choix à mes envies au niveau de l’entraînement.

 

C’est-à-dire ?

Je sais exactement ce qu’il faut pour me ressourcer, j’étais libre de faire les entraînements que je voulais réaliser. J’ai refait de la course à pied, du télémark… des choses qu’on ne fait pas en période de compétition et qui me font du bien physiquement. J’ai surtout profité de ce petit break pour voir les gens que j’aime, avec qui je ne passe que très peu de temps en hiver.

 

Concrètement, quel est le programme des prochains jours ?
Nous partons pour Val di fiemme jeudi. Demain ski de fond 1h30 ainsi qu’une séance de musculation et de bondissement pour préparer le saut.


Retrouvez cet article et bien d’autres sur l’application de Nordic Magazine.
Pour plus d’informations, cliquez sur la bannière ci-dessous :

Ski nordique, ski de fond, biathlon, combiné nordique, saut à ski, hiver, coupe du monde, Martin Fourcade