Combiné : qui sont les adversaires de Jason Lamy Chappuis ?

Capture-d-ecran-2012-11-22-a-17.58.46-copie-1.png

Tous les ans, un nouveau rival ambitionne de faire chuter le Jurassien Jason Lamy Chappuis. En 2010, c’était l’Autrichien Felix Gottwald qui se voyait sur le trône ; en 2011 le Norvégien Kosklien ; l’hiver passé le Japonais Watabe… Sans oublier l’Italien Pittin ou l’Allemand Rydzek. Qui sera l’adversaire du Bois d’Amonier dans la nouvelle partie qui débute samedi et dimanche ?

L’Autrichien Bernhard “Berni” Gruber a dominé les Grands Prix cet été ; il est monté à six reprises sur le podium, dont deux fois sur la plus haute marche. On n’oublie pas non plus que l’hiver dernier, en coupe du monde, il a brillé dans le ciel de Liberec.

« Watabe le Japonais sera encore là je pense, Mikko Kokslien le Norvégien devrait revenir à son meilleur niveau », ajoute Jason Lamy Chappuis, dans un entretien au quotidien Le Pays. 

 

Les Allemands en piste”


Magnus Moan est également en forme ; il remporté un concours estival à Val di Fiemme. D’autres combinés norvégiens peuvent pointer le bout de leur nez, à l’exemple de Magnus Krog.

L’Allemand Christoph Bieler était encore récemment au repos pour être de nouveau en forme pour l’ouverture de la saison. « Toute l’équipe a fait un excellent travail, ce qui est très important en vue des championnats du monde de ski nordique de 2013 à Val di Fiemme », commente-t-il.

L’Autrichien Mario Stecher est sur les starting-blocks : « Personnellement, je suis sûr que je serai au meilleur de ma forme lors de l’ouverture de la coupe du monde. » A 36 ans, Mario Stecher ou encore Christoph Bieler et Willi Denifl méritent qu’on leur prête attention.

 

La confiance règne dans le camp américain”


Dans le camp américain, Tod Lodwick, 35 ans, n’a pas dit son dernier mot. Au Grand Prix d’été à Sotchi, il a remporté l’un des concours et a occupé la deuxième place dans l’autre.

Dimanche dernier, Bryan Fletcher ne s’est pas envolé de Salt Lake à destination de la Norvège pour jouer les touristes. « Je suis excité à l’idée de débuter la saison. Honnêtement je suis prêt mentalement depuis octobre », assure-t-il. C’est un combattant. Peu de gens le savent, mais à l’âge de trois il a été atteint d’un cancer contre lequel il a lutté. Les médecins avaient dit : pas de ski ! Mais sa maman a vu que son fils étaient heureux les pieds sur ses lattes. Alors, elle l’a encouragé. L’an dernier, il est entré dans le top 10 dans la seconde moitié de la saison et a vécu une victoire historique à Holmenkollen.

Bill Demong, papa d’un petit Liam qui a enfin retrouvé la santé, a, lui, envie d’écrire la suite de sa belle histoire, dont les plus belles pages se déroulent jusqu’ici aux JO de  Vancouver avec un titre olympique. « Je continue à monter en puissance mentalement et physiquement », indique-t-il. Avant d’ajouter, comme s’il s’agissait d’un avertissement : « Je pense que l’équipe US est beaucoup plus concurrentielle que par le passé. »

 

Tino Edelmann, un absent de poids”


Triplé médaillé d’argent des Mondiaux 2011, Tino Edelmann ne prendra pas part à l’ouverture de la saison. Il souffre des ligaments de la cheville droite. Or, l’an dernier, l’Allemand avait été le premier compétiteur à porter le dossard jaune après Kuusamo et Lillehammer. Le jeune homme originaire d’Oberhof avait finalement terminé l’hiver avec ​​une huitième place au classement coupe du monde.

Pour Alessandro Pittin, c’est également le point d’interrogation. La saison dernière, l’Italien il a connu une saison avec des hauts et des bas. Sur le massif du Jura, personne ne l’a oublié ! Pensez : il avait enregistré trois victoires successives à Chaux-Neuve à la barbe et au nez de Jason Lamy Chappuis et Sébastien Lacroix, avant de subir une blessure à l’épaule lors d’une chute pendant un entraînement de saut à ski à Klingenthal. « Je suis sûr que je peux faire quelque chose de bien cette saison. Peut-être pas au début, mais je mise beaucoup sur les championnats du monde de Val di Fiemme », se rassurait-il récemment dans un entretien repris par Nordic Magazine.

Sébastien Lacroix justement est très attendu. Il est à rien d’entrer dans la cour des grands.  « Les conditions ici sont délicates, car nous avons eu pas mal de pluie. Nous avons quand même pu sauter 4 fois et skier pas mal. Il m’a fallu quelques temps pour retrouver mes sauts, mais cette fois ça va », prévient-il sur son site Internet. On espère aussi que les autres tricolores – François Braud, Maxime Laheurte et Geoffrey Lafarge – sauront sortir du lot.

« La chance que j’ai eue entre guillemets ces dernières saisons, c’est effectivement  de ne pas avoir eu de rival constant durant toute la saison. Ils ont eu des pics de forme mais j’ai été plus régulier en étant sur le podium toute la saison », conclut le triple vainqueur de la coupe du monde, champion olympique et champion du monde en titre, interviewé par Guillaume Bardou pour le site Sports.fr et Orange Sports.

 

Le programme

Vendredi 23 novembre

19:00 : Entrainement officiel suivi du saut provisoire

Samedi 24 novembre

8:30 : Saut d’essai hs 100

9:30 : Saut de concours hs 100 (Live sur Eurosport

12:00 : Course de fond 10 km gundersen (Live sur Eurosport)

Dimanche 25 novembre

7:45 : Saut d’essai hs 138

8:45 : Saut de qualification hs 138
09:30 Saut de concours hs 138

11:45 : Course de fond 10 km gundersen (Live sur Eurosport