Confidences d’Anaïs Bescond et Anouk Faivre-Picon

Le manque de neige est décidément la préoccupation première en ce début décembre. Lundi, les organisateurs de la coupe du monde de biathlon au Grand Bornand ont jeté l’éponge. A Östersund, comme l’indique la Jurassienne Anaïs Bescond, « elle n’est tombée que pendant nos courses (à nous, les filles, parce que les mecs, eux, n’ont eu que des bonnes conditions), juste histoire de faire râler les techniciens au fartage, et nous, de nous plaindre de la lenteur de la piste. » Des compétitions perturbées donc, mais aussi des calendriers très chamboulés : « Départ prévu pour la Suisse : mardi ou jeudi…. suivant la neige ! », note ainsi la Pontissalienne Anouk Faivre-Picon qui rejoindra ensuite Davos après la Nordic Cup du week-end dernier. Et de revenir, sur son blog, sur sa victoire de dimanche : «  j’avais vraiment envie de gagner, de continuer sur ma lancée de mes courses de ce début de saison, bref d’avoir de bonnes sensations. C’est toujours plus facile sur un Nordic Challenge que sur une Coupe du Monde, mais que c’est bon pour le moral de gagner. Je suis partie peut être un peu doucement, mais j’ai réussi à élever le rythme au fil des tours pour finir fort. » Samedi, la jeune femme était encore fatiguée de son séjour à Kuusamo. « J’ai mis un tour à me mettre dans le rythme. Mais je suis satisfaite ma quatrième place. Terminer à 9 secondes d’une spécialiste du classique comme Elodie Bourgeois-Pin, je me dis que ce n’est déjà pas si mal ! », estime Anouk Faivre-Picon.


Des progrès à faire en tir”

Anais eteAnaïs Bescond, elle, a eu maille à partir avec l’élite mondiale : « Le dossard 14 m’aura porté chance pour le sprint, où cette fois-ci avec 8 balles dans la cible, je me place 24e, à la bagarre pour la poursuite. Poursuite qui s’est passée, ni bonne ni mauvaise. 16/20 au tir, ce n’est pas sensationnel, mais tellement mieux que 12/20 ! Par contre, je perds 5 places, cela ne me satisfait pas. Si je souhaite accrocher le top 25 avant les coupes du monde d’Oberhof, il va falloir que je m’y emploie ! », écrit-il sur son site. Elle a pleine conscience qu’elle doit améliorer son tir.


Retrouvez cet article et bien d’autres sur l’application de Nordic Magazine.
Pour plus d’informations, cliquez sur la bannière ci-dessous :

Ski nordique, ski de fond, biathlon, combiné nordique, saut à ski, hiver, coupe du monde, Martin Fourcade