Connaissez-vous le team Frelons ?

SKI DE FOND – Ils sont treize copains à composer ce team Frelons qui s’est retrouvé, le temps d’un week-end, sur La Marcialonga. Récit.

 
 

Un groupe de 13 copains, dont la plupart sont originaires du massif jurassien, ont fait le déplacement en Italie à l’occasion de la Marcialonga. Pour la plupart des skieurs, c’était l’occasion de découvrir une autre Wordloppet que la Transjurassienne alors que certains n’en étaient pas à leur coup d’essai.
Nous vous proposons de revivre cette belle expérience de l’intérieur

J-2

L’équipe prend possession des hébergements. A peine arrivée l’accueil est chaleureux, mais elle se rend compte qu’il n’y a pas d’électricité au garage. Heureusement, les Italiens ont le sens du service. En 15 min, un électricien a tiré une rallonge depuis le compteur principal… « Ouf, nous sommes sauvés, nous allons pouvoir préparer nos skis ! Le problème réglé, on s’autorise une petite bière de bienvenue ! »

Qui dit veille de course, dit tests de skis et tests de fart !
9h30 : direction le stade de Val Di Fiemme. A peine arrivés, les Français se retrouvent à côté des plus grands teams de la Visma Ski Classics. Le décor est posé, mais ils ne se laissent pas impressionner et prennent place à côté d’eux ! « Après tout, nous sommes le Team Frelons ! » C’est parti pour les tests de ski et les tests de farts ! La Marcialonga étant réduite à 57 km pour cause de manque évident de neige (les photos parlent d’elles mêmes), la plupart des « frelons » font le choix de partir en poussée, quitte à s’arrêter farter au pied de l’ascension mythique finale de la Cascata.

« Le choix de matériel étant fait, nous retournons au logement pour préparer les skis pour la course, et comment dire… on n’a pas fait dans le détail ! »


Jour J

C’est le grand jour ! Direction le départ…
« Equipe professionnelle que nous sommes, nous avons, bien entendu, toutes les autorisations nécessaires afin d’accéder au plus près du départ ! Une fois arrivés, nous rejoignons nos sas de départ, nous plaçons nos skis sur la ligne et hop, une dernière photo avec le sourire (prenez toujours les photos au départ et jamais à l’arrivée ). »

 

Côté performances, on notera la très belle place d’Antonin Pellegrini, qui a eu à cœur de performer au pays de ses cousins transalpins avec une très belle 83e place en 2h21, se payant le luxe de mettre des athlètes comme Chris Andre Jespersen (6 podiums en coupe du monde), Ivan Perrillat-Boiteux (médaillé olympique) ou l’ex-biathlète Alexander Os (champion du monde à Khanty-Mansiïsk en 2011 avec le relais Norvégien) derrière lui.
Après 3 500 scénarios de Marcialonga imaginés, un stress d’avant course palpable et légendaire, Marc Regnier a lui aussi réussi à rentrer dans le top 100 (96e en 2h23).
Les autres « frelons » ne sont pas en reste comme en témoignent leurs belles places sur plus de 5 760 skieurs engagés. Mentions spéciales à Roxane Lacroix pour sa belle 21e place chez les féminines, et à son acolyte farteur Charlie Blondeau, qui au pied de la bosse finale a décidé de faire farter au klister ses skis de skate !

Les résultats de l’équipe :

  • Antonin Pellegrini : 83e 2h21
  • Marc Regnier : 96e 2h23
  • Baptiste Blondeau : 138e 2h29
  • Corentin Jacquot : 191e 2h33
  • Aloïs Vacelet : 284e 2h40
  • Théo Pellegrini : 310e 2h42
  • Roxane Lacroix : 21e femme 2h47
  • Charlie Blondeau : 432e 2h48
  • Alexis Maire : 529e 2h54
  • Igor Forestier : 1223e 3h20
  • Sylvain Clavel : 1579e 3h31
  • Valentin Gaillard : 1841e 3h39
  • Lucie Maire : 693e femme 5h46

Photo : newspower.it

« On retiendra de ce week-end une belle expérience, de bonnes rigolades, une ambiance de folie et… quelques courbatures. »
Nul doute que cette expérience sera reconduite dans les années futures, avec pourquoi pas une participation à la Birkebeinerrennet du coté de Lillehammer en Norvège dès l’année prochaine.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.