COP 21 : les athlètes réclament un accord contraignant

ENVIRONNEMENT. A Ruka, en Finlande, les athlètes ont montré qu’ils étaient attentifs à la tenue à Paris de la COP21. Ils disent mesurer, hiver après hiver, les conséquences du réchauffement climatique et réclament donc de vraies mesures.

 
 
Alors que s’ouvre lundi à Paris la plus grande conférence climatique jamais organisée depuis dix ans, des centaines de milliers de personnes ont manifesté dimanche dans le monde entier. A Ruka, en marge de la coupe du monde, les athlètes ne sont pas restés indifférents. Dans un geste  d’unité, des sportifs originaires d’une dizaine de pays ont tenu à montrer leur engagement à lutter contre le changement climatique. Parmi le groupe se trouvaient plusieurs médaillés aux championnats du monde et aux Jeux olympiquess.

Le président du comité exécutif Ski de fond de la FIS, Regard Ulvang, a déclaré : « Tandis que nous débutons la saison à Ruka et Lillehammer, les dirigeants du monde entier et les scientifiques se réunissent au Bourget, en France pour la COP 21. Nous pouvons simplement espérer qu’ils s’entendront sur la réduction de nos émissions de CO2, si nécessaire pour nos futurs hivers. Mais nous aussi, chacun à notre niveau, avons la responsabilité de faire tout ce que nous pouvons».

 

Mode de vie en danger

Les Scandinaves étaient bien représentés. Dans une région du monde où les sports d’hiver sont essentiels, les espoirs sont grands. « Je souhaite qu’à Paris les dirigeants du monde puissent convenir d’un plan pour un environnement durable qui permettra à nos enfants de faire du ski de fond dans les années à venir », a simplement témoigné Charlotte Kalla, double médaillée olympique. Le sprinter Eirik Brandsdal a partagé cette préoccupation. Pour lui, si des mesures ne sont pas prises, cela aura un impact négatif sur la société norvégienne.

Plusieurs compétiteurs ont estimé qu’il était de leur responsabilité de parler dans la mesure où ils sont les témoins directs des effets négatifs du réchauffement des températures.

« Il est important que nous arrêtions le changement climatique parce que chaque hiver, je vois les effets drastiques qui ont déjà  lieu sur nos sites de compétition. Manque de neige et températures de plus en plus chaudes d’année en année : quand on imagine cela à l’échelle mondiale, c’est vraiment une réalité effrayante », a alerté le combiné américain Bryan Fletcher.

L’un des organisateurs du circuit, Andy Newell, a salué la démarche : « Il est important que nous montrions au monde que nous sommes unis pour réclamer un accord contraignant à la COP21. Peu importe de quel pays nous sommes, cela nous affecte tous. Il est temps que nous mettions de côté nos différences pour protéger l’environnement. Nous attendons tous du bon sens de la part de nos dirigeants. »

« Notre destin est entre nos mains », a résumé le technicien français Jean-Pascal Laurin.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.