Coralie Redelsperger : « Ce sera difficile de rivaliser avec les spécialistes sur la Forestière »

Vainqueur de la dantesque Forestière 2010, la pilote VTT Coralie Redelsperger sera une cliente à surveiller sur les 60 km de la course, support des championnats de France cette année. 

« La Forestière est un des évènements VTT phare en France : tout le monde le connaît et la course réunit souvent des grands noms du VTT français. C’est ce type d’évènement qui permet de se rapprocher du grand public. Pour ma part, si cela m’a permis d’y voir pour la première fois des grands pilotes français lorsque j’ai débuté cette discipline en 2004, cela m’a permis aussi de pouvoir constater tout le chemin parcouru lorsque je l’ai remportée en 2011 », détaille Coralie Redelsperger. 

La pilote VTT du team Vélo vert, aujourd’hui davantage tournée vers le triathlon et cross-triathlon, sera l’une des trois grandes dames de l’édition 2013 de la Forestière. L’an passé, elle partageait d’ailleurs le podium derrière Hélène Marcouyre et Fanny Bourdon (lire notre entretien) : « C’est l’édition qui nous a vu toutes les trois réunies. Nous avons toutes remporté la Forestière une fois, mais en 2012, Hélène a frappé un grand coup en l’emportant devant Fanny, qui restait potentiellement la favorite, d’après l’ensemble de ses résultats cette année là. Pour ma part, avoir gagné devant Hélène l’année précédente, c’était aussi exceptionnel…mais Fanny n’était pas là ! » 

Si on regarde les enfants, on voit que garçons et filles aiment le vélo

 

Cette fer de lance du VTT féminin n’a pas sa langue dans sa poche. Et quand on lui demande si le VTT n’est pas finalement un sport véhiculant une image masculin, la réponse est cinglante… mais drôle : « C’est sûr que s’affirmer dans un sport mécanique, où il faut des qualités de pilotage et des qualités physiques, peut amener à cette réflexion. Mais si on observe les enfants, on voit que filles ou garçons, ils aiment le vélo et se lancer des défis… Au fil du temps, les filles perdent ce côté aventurier pour devenir plus sage. Alors qu’on peut tout à fait être féminine, sur son vélo et dans la vie de tous les jours, en conservant un côté sportif. Reste que la mécanique, c’est moins notre truc. Mais c’est peut-être parce qu’on a trop joué à la poupée en étant petite !

A entrainement égal, les hommes sont plus forts physiquement que nous : ils peuvent plus encaisser les chocs, ce qui leur permet de pouvoir piloter de façon un peu plus “brute” que nous. Les filles sont plus dans un pilotage précis, propre, réfléchi. Les garçons seront toujours un peu plus têtes brûlées que nous, mais les filles seront toujours capables de s’engager dans des parties technique et engagées, et passer avec succès.» 

Notre photo : Coralie Redelsperger est membre du team Vélo vert, magazine pour lequel elle troque parfois le VTT pour la plume (photo : Philippe Parisot).