Coronavirus : Mars, le mois où le nordique est entré en crise

biathlon, coronavirus, public, ski nordique, Johannes Thingnes Boe, covid-19
Rollerski, trail, ski de fond, Ski nordique, Ski-roues

SKI NORDIQUELe coronavirus met à ce jour la moitié de la planète en confinement. Une mesure drastique, exceptionnelle et unique en son genre. Comme tous les sports, le nordique en a (beaucoup) souffert. Retour sur un mois de mars critique sur bien des points, mais toujours avec une once d’espoir bien nécessaire.

 

Chapitre 1 : le temps des annulations

L’histoire n’a toujours pas de fin. Il faut dire que c’est assez effrayant. Le monde est à l’arrêt depuis bientôt un mois. Le sport aussi. Et les nordiques ne fait pas exception. Des fins de saisons anticipées, des épreuves supprimées, des tribunes vides… Comme si le manque de neige tout au long de l’hiver n’avait pas suffi.

L’épidémie du virus Covid-19 a vite pris le pas sur les compétitions. Début mars, les premières mesures tombent : le public est interdit d’assister aux épreuves. En première ligne, l’étape de coupe du monde avec le public le plus nombreux (30 000 spectateurs en tribune) : Nove Mesto. Les gradins tchèques, vides, donnent un ton fade à un spectacle pourtant toujours aussi haletant sur la piste.

BIATHLON - Dans le silence de mort du stade de Nove Mesto à huis clos, Anaïs Bescond a décroché une superbe 2e place sur le sprint, derrière l’Allemande Denise Herrmann et devant la locale de l’étape Marketa Davidova qui n’aura finalement pas été fêtée par son public.

Justine Braisaz s’élance devant une tribune tristement vide à Nove Mesto

 

Martin Fourcade, biathlon, coronavirus, covid-19, ski nordique, nordique, Nordic Mag

MartinFourcade tirait devant… personne (aussi) à Kontiolahti

 

Le 9 mars, les championnats de France sont annulés. Le lendemain, les annulations et les nouvelles s’enchaînent. Alors que les Norvégiens annoncent la fin de leur saison pour limiter les risques de contamination, la Birkebeiner est elle aussi supprimée. Elle sera très vite suivie par sa sœur Reistadlopet.

Mondiaux masters, mondiaux handisport, finale de coupe des Alpes… C’est l’hécatombe pour le nordique. Reste alors à savoir si la coupe du monde de biathlon à Oslo sera maintenue. Sans surprise, la réponse est négative. Le stade qui doit accueillir alors les dernières courses de Martin Fourcade n’est plus au programme.

À Holmenkollen où la fête bat habituellement son plein avec l’enchaînement du 50 km ski de fond, du combiné nordique, des Raw Air en saut à ski et du biathlon, la fête n’a pas de mise en bord de piste. Seuls staffs, athlètes et personnels de la FIS sont autorisés. On peut certes voir quelques courageux braver l’interdit dans la forêt.

Biathlon, saut à ski, ski de fond, combiné nordique, ski nordique

Jarl Magnus Riiber (NOR) s’est élancé sur le tremplin d’Holmenkollen (Holmenkollbakken) devant… personne.

 

La coupe du monde de saut à ski est sabordée. La coupe du monde de ski de fond suivra de près cette décision uniforme de la FIS pour toutes les compétitions qu’elle contrôle (alpin y compris). Puis le circuit Visma Ski Classics va suivre ce mouvement général du 12 mars 2020, jour noir pour le nordique mondial.

En clair, la saison se termine brutalement pour tous les échelons du nordique mondial, régional, local. Des courses populaires aux circuits internationaux en passant par les championnats nationaux, la coupure est brutale, involontaire, mais nécessaire pour protéger la santé de tous.

 

Chapitre 2 : le temps du doute

S’installe alors, dans l’univers nordique, une période de trouble. Du côté des instances, on sent venir la crise. Et notamment du côté des fédérations. Nombre d’entre elles se retrouvent en difficulté ce jour à cause du coronavirus et de la baisse logique des revenus. Parmi les principaux affectés, c’est encore une fois la Norvège qui fait les frais de l’épidémie.

Financée par des entreprises, et donc par un secteur privé qui subit les conséquences du confinement (inter)national, la fédération norvégienne se voit obligée de licencier.

Biathlon, saut à ski, ski de fond, combiné nordique, ski nordique

Le drapeau Norvégien flotte au sommet de la colline d’Holmenkollen

 

La galère est la même du côté de la Finlande. 450 000 euros : c’est ce que la fédération nationale de ski nordique doit parvenir à économiser pour subsister à la suite de l’épidémie, et surtout conserver les emplois de tout un chacun.

En France, ce sont les stations qui sont obligées de fermer leurs accès. Impossible alors pour les Français, et même les athlètes, d’aller skier.

 

Chapitre 3 : le temps du confinement

Le mardi 17 mars dernier, et comme annoncé la veille au soir par le président de la République Emmanuel Macron, la France entre en confinement à partir de midi. Toute sortie non nécessaire est donc passible d’une amende. C’est une nouvelle qui ne réjouit guère les athlètes nordiques, fans de nature, adeptes à évoluer au grand air et maintenant contraints de rester chez eux.

Certains athlètes seront même en première ligne de ces mesures drastiques. Petter Northug, idole et légende norvégienne du ski de fond, est bloqué en Russie. C’est un deuxième coup dur pour lui après l’annulation de sa course : la Janteloppet. Krista Parmakoski, leader invétérée du ski de fond féminin finlandais, est invitée à s’isoler quelques jours à son retour du Canada.

Ski nordique, ski de fond, saut à ski, combiné nordique, biathlon, coupe du monde, FIS, Ski, hiver, Nordic Magazine, vainqueur, ski

Petter Northug au départ de la Janteloppet en 2018.

 

Les athlètes nordiques Français sont évidemment pris dans la spirale du confinement national. Mais une chose est sûre, les fondeurs, combinés, sauteurs ou encore biathlètes ne manquent pas d’imagination pour mettre à profit leur énergie. Avec Nordic Story, ils vous expliquent leur quotidien de confinés. De quoi faire passer leur temps… et aussi le vôtre temps.

Biathlon, ski de fond, Combiné nordique, Saut à ski, Restez chez vous, confinement, Covid-19, Coronavirus, Nordic Story

 

Chapitre 4 : le temps des initiatives

Cette période de confinement n’est pas de tout repos pour tout le monde. Les personnels soignants qui font un travail remarquable, mais aussi des personnages du monde nordique qui mettent à profit leurs connaissances pour endiguer le mieux possible et contribuer à l’éradication du virus.

Clément Jacquelin en est un des fers de lance. Avec son entreprise Athletics 3D – qui fabrique les carabines de nombreux biathlètes notamment – le frère du champion du monde de la poursuite Emilien Jacquelin (lire son entretien ici) a mis a disposition son savoir et ses imprimantes pour fabriquer des masques en 3D aux hôpitaux isérois, et notamment celui de Grenoble. Le tout grâce à une cagnotte de crowd-funding et ses plus de 15 000 € récoltés.

Clément Jacquelin et ses masques 3D à destination des personnels qui continuent de travailler

Clément Jacquelin a livré les personnels qui continuent de travailler pendant le confinement (Instagram @clement.jacquelin)

 

Les biathlètes autrichiens aussi sont sur le front. Non pas avec leur carabine. Les coéquipiers de Simon Eder soutenus par un contrat avec l’armée viennent en aide à leur pays “en guerre contre le coronavirus” lui aussi. Ils participent notamment aux approvisionnements des commerces du Tyrol et de Salzbourg.

Johannes Hoesflot Klaebo, double vainqueur de la coupe du monde de ski de fond, contribue à sa manière. Régulièrement, le prodige norvégien invaincu sur les sprints cette saison réalise des vidéos en direct (live) sur son Instagram pour partager avec ses “followers” ses séances de sport domestiques pour rester en forme.

Les dernières initiatives qui peuvent être citées – parmi les milliers existantes – relèvent cette fois-ci plus du sportif. Ainsi peut-on évoquer le nouveau record d’Antoine Auger sur skierg ou les (presque) 19 heures consécutives de ski de fond pour 376 km d’Eirik Asdoel.

 

>> Pour lire tous nos articles en rapport avec le coronavirus : voici notre dossier. <<

 

Et surtout n’oubliez pas, #RestezChezVous !

 

Photos : Nordic Focus

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.