Coronavirus | Ski de fond : la thèse de la soirée zéro de Vuokatti

Leena Nurmi, ski de fond, Lahti
Rollerski, trail, ski de fond, Ski nordique, Ski-roues

CORONAVIRUS | SKI DE FOND – Le 14 mars dernier, la Ski Vuokatti, une course de ski de fond longue distance, devait se dérouler en Finlande. Annulée deux jours plus tôt, elle provoquait indirectement une immense soirée lors de laquelle le virus se propageait parmi les fondeurs…

 

La fondeuse Leena Nurmi lance l’alerte. Infectée par le coronavirus lors d’une soirée organisée dans le restaurant Laavu Bari le samedi 14 mars, la Finlandaise explique dans les colonnes d’Ilta-Sanomat que la peur du Covid-19 n’existait pas encore à cette époque-là. « Je pensais que les chances d’être infectée étaient faibles tant que je respectais les mesures d’hygiène de base. Je n’ai pas remarqué que les gens avaient peur ou quoi que ce soit, ils étaient tous normaux. »

Mais le virus était bien présent sur place. La course ayant été annulée le 12 mars, soit deux jours avant sa date, de nombreux sportifs étaient déjà sur place pour disputer cette course du circuit Euroloppet. Des Italiens, des Français, des Russes ou des Allemands étaient arrivés. Le virus se serait transmis de manière asymptomatique entre les différentes personnes présentes à Vuokatti : « Notre restaurant a reçu beaucoup de personnes tout au long du week-end », appuie, toujours au quotidien finlandais, Pasi Määttä, patron du Laavu Bari soupçonné par les autorités locales d’être un des principaux foyers de développement du virus dans la région de la Kainuu.

 

Au moins 30 cas…

Leena Nurmi, 26 ans, n’a pas eu beaucoup de chemin pour rentrer chez elle (elle habite Vuokatti) après cette soirée. Mais, très vite, elle développe les premiers symptômes du Covid-19 : « Je pensais avoir la grippe parce que le coronavirus me paraissait tellement lointain… », se remémore la championne de Finlande du sprint 2018. Mais une dizaine de jours après les premiers symptômes, elle se rend compte que d’autres personnes présentes à la soirée du Laavu Bari sont aussi malades. Elle se fait dépister dès le lendemain et apprend qu’elle est positive. Selon elle, au moins cinq autres fondeurs ont reçu la même réponse au test.

« Le virus s’est répandu ici à cause de ce week-end, c’est sûr. Je pense que le nombre d’infections est en réalité supérieur à trente [le nombre de cas positifs recensés dans la région de la Kainuu où se trouve Vuokatti, ndlr.] car il n’est pas facile de se faire tester pour des jeunes normalement en bonne santé comme ceux qui étaient présents. »

 

À lire aussi

 

Photo : Nordic Focus

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.