Cyril Gaillard : « Depuis ma sélection pour Sochi, mon portable a du mal à suivre »

Le fondeur de Méaudre, petit village du Vercors, et du team Grenoble Isère nordique participera à ses premiers Jeux olympiques. Cyril Gaillard est heureux et ne réalise pas encore totalement la portée de cette sélection.

 

Cyril Gaillard, vous venez de vivre une folle semaine entre votre 4e place sur le sprint libre en Pologne, votre anniversaire… et votre qualification pour les Jeux olympiques rendue officielle ce mercredi. Alors, heureux ?

C’est sûr c’était une folle semaine, je ne sais pas combien de sms, de messages Facebook, de tweets j’ai reçu pendant ces 3 jours mais mon portable avait du mal à suivre. Bien sûr je suis heureux de cette qualification, je m’entraine dur depuis le 1er Mai pour cet objectif.

 

Depuis cet été (et même avant), vous aviez les JO de Sochi dans un coin de votre tête. Que représente pour vous ce sésame pour Sochi et réalisez-vous que vous participerez pour la première fois à une olympiade ?

J’y pense depuis longtemps à Sochi. Cette qualification est un aboutissement de plusieurs années d’entrainement et de sacrifices. Pour l’instant je ne réalise pas trop (bien qu’avec tous les messages reçus, je commence petit à petit à réaliser).

 

Je me suis construit à Méaudre au fil des années

 

Cet été, vous avez participé à la coupe du monde de rollerski à La Bresse. Pensez-vous que ce type d’effort vous a été profitable pour progresser sur neige ?

Je ne pense pas que techniquement cela aide pour le ski sur neige. Mais ce qui est sûr c’est que l’effort et surtout celui du team sprint de la Bresse par exemple ressemble énormément aux types d’efforts que nous faisons l’hiver et surtout en sprint.

 

On sent aussi depuis cette annonce que tout Méaudre est derrière vous. C’est la première fois qu’un fondeur du coin part aux Jeux olympiques. Un soutien précieux ?

C’est certain, je suis licencié dans ce petit club du Vercors depuis toujours. Je me suis construit dans ce club au fil des années. Le village est mon partenaire bandeau depuis plusieurs années maintenant. Je suis très content et fier de pouvoir leur rendre a pareille en étant sélectionné pour ces Jeux Olympiques.

 

Comme Baptiste Gros, vous aurez clairement un statut d’outsider sur le sprint libre. Quel est désormais votre rêve olympique ?

Le rêve Olympique pour tout athlète est la médaille, après je ne me fixe pas d’objectif précis. Je vais aller là bas avec l’envie de bien faire. Je donnerai tout ce que j’ai sur la piste. Le principal sera d’avoir la sensation d’avoir tout mis et de ne rien regretter.

 


Retrouvez cet article et bien d’autres sur l’application de Nordic Magazine.
Pour plus d’informations, cliquez sur la bannière ci-dessous :

Ski nordique, ski de fond, biathlon, combiné nordique, saut à ski, hiver, coupe du monde, Martin Fourcade


 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.