Dario Cologna est le plus grand

Capture-d-ecran-2012-03-19-a-07.52.48.png

Dario Cologna a apporté la cerise sur le gâteau après son festin des derniers mois en s’adjugeant le mini-Tour final de la Coupe du monde dimanche à Falun (Su). Le Grison boucle l’hiver avec 2216 points, le meilleur total jamais atteint par un fondeur, avec près de 800 unités d’avance sur son dauphin Devon Kershaw (Can).

Les chiffres ne révèlent qu’une partie de l’incroyable domination exercée par le fondeur du Val Müstair cet hiver : en 32 courses, Cologna est monté 22 fois sur le podium. En plus, il aura démontré une aisance et un panache exceptionnels, dans un mélange de puissance et d’apparente facilité technique.

La poursuite en skating sur 15 km de dimanche en a apporté une nouvelle preuve. Parti avec 35” d’avance sur Len Valjas (Can) et 46” sur Kershaw, le Grison a géré son avantage avec intelligence, commençant fort pour se relâcher quelque peu sur la fin et savourer son triomphe, avec 23” d’avance sur Kershaw. Cologna remporte le mini-Tour final pour la deuxième fois après 2009 et empoche 41’000 francs supplémentaires, pour sa dixième victoire en carrière.

De quoi couronner une saison qui le voit s’adjuger le gros globe du général pour la troisième fois, après 2009 et 2011. Le Grison de 26 ans glisse sur les traces des légendaires Scandinaves Björn Dählie (No), six fois victorieux de la Coupe du monde, et Gunde Svan (Su), cinq fois vainqueur.

 Solide comme un roc”

« C’est un grand honneur d’être comparé à de tels noms », avait dit Cologna avant même Falun. « Mais Svan et Dählie ont skié à une autre époque. Les exigences ne sont pas les mêmes. Nous avons plus de courses aujourd’hui. » Au sujet de sa course de dimanche, il a dit que cette dernière étape était « assez dure » mais qu’il avait eu à coeur de bien finir la saison.

Pour conforter sa place dans le gotha, Cologna doit maintenant s’attacher à étoffer son palmarès encore maigre aux Mondiaux et aux JO (un titre olympique, 0 podium mondial). Il en aura l’occasion l’hiver prochain aux Championnats du monde à Val di Fiemme (It), où il devrait retrouver un Petter Northug en principe requinqué – le Norvégien, malade, n’a pas pris part à la finale de Falun – et un Kershaw en gros progrès.

Contrairement à Northug, plus explosif, Cologna est solide comme un roc et se montre régulier sur plusieurs mois. Pratiquement jamais malade, il n’a connu qu’un seul vrai couac cet hiver, en décembre à Davos, où il n’avait pas le bon fart.

Les succès de Cologna permettent à la Suisse de figurer parmi les cinq premières nations du fond. Mais la contribution des coéquipiers du Grison n’a pas été suffisante. Les Toni Livers, Remo Fischer et Curdin Perl, pas qualifiés pour Falun, n’ont pas poursuivi leur percée, et Swiss-Ski doit compter sur la relève (Jonas Baumann, Roman Furger…) pour rebâtir un relais compétitif.

Pour Cologna, la saison n’est pas tout à fait bouclée. Il doit encore disputer les Championnats du monde militaires à Pokljuka (Sln) ainsi que la deuxième partie des Championnats nationaux.

Chez les dames, la Norvégienne Marit Björgen a remporté le gros globe pour la deuxième fois, sept ans après son premier succès. Sa rivale polonaise Justyna Kowalczyk a tout tenté lors de la poursuite avant de céder sur la fin (5e). Lauréate du globe trois fois consécutivement ces dernières années, Kowalczyk doit se contenter cette fois de la place de dauphine.

Capture d’écran 2012-03-19 à 07.54.14