Dario Cologna : « mon plan de bataille pour l’hiver »

A moins de 100 jours de l’ouverture du 7e Tour de ski à Oberhof, entretien avec son triple vainqueur, le Suisse Dario Cologna qui sera au départ du prologue le 29 décembre. L’occasion pour le fondeur suisse de révéler son programme hivernal.

 

Capture-d-ecran-2012-09-25-a-14.12.25.png

 

Dario Cologna, comment s’est déroulé votre été ? Êtes-vous satisfait de votre préparation ?

L’été a été bon. Après la saison, j’ai passé deux semaines au bord de la mer. J’ai apprécié la chaleur, le soleil et j’ai voyagé un peu. Pendant l’été, j’ai pu réaliser en intégralité l’entraînement que j’avais programmé ; je n’ai pas eu de problèmes de santé. Il est difficile de dire où en est ma forme, mais je pense que tout va dans le bon sens.

Avez-vous travaillé des aspects particuliers ?

Non. Chaque saison, je veux être meilleur et j’ai travaillé plusieurs aspects.

L’hiver prochain, le Tour de ski vient en Suisse pour la première fois et il fait même escale dans votre vallée. Heureux ?

Je suis vraiment impatient de vivre cela. Il sera certainement très spécial de concourir juste en face de la maison où habitent mes parents. Disputer une épreuve dans son pays d’origine, c’est toujours excitant ; à la maison, ce sera encore plus fort. Mais je ne ressens pas davantage de pression juste parce que la course se déroule dans le Val Müstair. C’est un sentiment agréable de vivre cela avec tous vos amis et les fans le long du parcours.

Quelle étape du Tour de ski suscite en vous de l’impatience ?

Bien sûr, je suis impatient de courir à domicile dans le Val Müstair. Ensuite, les étapes en Italie ont toujours été très agréables pour moi. Chaque année, elle sont très importantes pour le classement général. Il sera crucial de bien performer là-bas.

L’hiver prochain, il y a deux temps forts : le Tour de Ski bien sûr et les championnats du monde de ski. Quelles seront selon vous les clés pour obtenir un succès dans les deux épreuves ?

Je vais concourir à la fois dans le Tour et les championnats du monde. Je suis convaincu qu’il est possible d’être en grande forme dans les deux épreuves. Pour cela, je ne vais pas faire toutes les compétitions de la coupe du monde, car il est important d’avoir des périodes de préparation avant les grands événements pour travailler sa forme.

Vous avez gagné le Tour à trois reprises. Avec le recul, où la victoire a-t-elle été le plus difficile ?

C’est très difficile à dire. Chaque victoire a sa propre histoire et ses propres défis.

Comment allez-vous vous mettre en condition cet automne ?

Nous irons à Prad fin septembre. En octobre, il est prévu d’aller à Val Senales, avant de nous rendre dans le Nord pour la phase finale avant le début de la coupe du monde.

Il y a beaucoup d’étapes de coupe du monde l’hiver prochain. Les fondeurs vont visiter le Canada à nouveau puis se rendre en Russie pour les épreuves tests olympiques. Avez-vous déjà arrêté votre planning ?

Je vais commencer ma saison à Gällivare puis aller à Kuusamo. Je vais faire l’impasse sur les compétitions de coupe du monde au Canada pour préparer le Tour. Après le Tour, je verrai.


Source : FIS ; photo : Christian Stahl (Swiss-ski)