JO | Vu de Norge #177 : le résumé hebdomadaire

Olympique

CHRONIQUE – Avec Vu de Norge et nulle part ailleurs, retrouvez toute l’actualité nordique norvégienne. Le point sur le première semaine des Jeux olympiques.

 

Vu de Norge aux Jeux : le résumé hebdomadaire

Vous étiez occupés cette semaine ? Ne vous inquiétez pas, Vu de Norge aux Jeux a regardé toutes les compétitions des Jeux olympiques pour vous et vous fait un résumé quotidien.
Pour le 4e jour des Jeux, vous avez pu assister au record de Klæbo (#5), plus jeune champion olympique en fond. Le lendemain, l’équipe norvégienne connaissait un passage à vide (#6) avant de se reprendre avec une collecte historique (#7). Les scandinaves continuent ensuite sur leur lancée avec un Krüger en forme olympique (#8). Samedi (#9) et dimanche (#10), les relais font le show et lundi, la Norvège a enfin battu son record du nombre de médailles récoltées en une olympiade. (#11)
Restez connectés, Vu de Norge aux Jeux continue sa quotidienne jusqu’à la cérémonie de clôture dimanche !

Bjørndalen aux Jeux olympiques

Non-sélectionné pour les Jeux olympiques de Pyeongchang, Ole Einar Bjørndalen a tout de même fait le voyage avec l’équipe biélorusse pour soutenir sa femme Darya Domracheva. Il était aux premières loges lorsque celle-ci a remporté la médaille d’argent sur la mass-start. « C’est incroyable de la voir réussir aujourd’hui, elle a fait une superbe course », déclare-t-il à Dagbladet. Quant à sa venue avec une équipe autre que norvégienne, le biathlète se contente d’affirmer qu’il n’est là que pour sa femme et que cela ne fait donc aucune différence.

biathlon, ski de fond, saut à ski, saut, Ski nordique, JO, Pyeongchang 2018, sport, ski, Jo 2018, Hiver, Jeux olympiques, Jo d’hiver, Montagne, Nordic mag, une,
Les médias ont aussi profité de sa présence sur le site coréen pour lui poser des questions sur Marit Bjørgen qui, si elle remporte le 30 km, deviendrait l’athlète la plus médaillée des Jeux d’hiver, les surpassant lui et Bjørn Dæhlie. « C’est une grande athlète alors je pense qu’elle va y arriver, commente la légende du biathlon. Elle est incroyable, c’est un grand modèle pour les sportifs. »

 

Les Français font parler d’eux

Les Norvégiens ont l’habitude de parler de Martin Fourcade et de le voir mener la vie dure à leurs biathlètes. En revanche, ils sont peut-être moins habitués à voir un relais français de ski de fond leur donner du vrai fil à retordre. Dimanche, aucun média norvégien n’oubliait de mentionner le formidable relais tricolore olympique qui était placé devant Didrik Tønseth et Martin Johnsrud Sundby, ni Clément Parisse qui aidait Simen Krüger à rattraper les athlètes olympiques russes, ni Adrien Backscheider qui passait un long moment en tête à tête avec Johannes Høsflot Klæbo.

ski de fond, Ski nordique, JO, Pyeongchang 2018, sport, ski, Jo 2018, Hiver, Jeux olympique, Jo d hiver, Montagne, Nordic mag

Simen Hegstad Krueger (NOR), Clement Parisse (FRA).

Mais ce qui a le plus marqué les journaux norvégiens, ce sont les larmes de Maurice Manificat après le 15km skate. Le quotidien Dagbladet n’hésite pas à le plaindre plus que ses propres athlètes : « la pire journée ne fut pas pour Sundby mais pour Manificat », commente le journal scandinave.

En interview, le représentant des Bleus explique à nouveau être immensément triste d’avoir manqué cette échéance, la « chance de sa carrière. » Ce qui interroge aussi les Norvégiens, c’est le résultat du Russe Denis Spitsov. Mérite-t-il son résultat en tant qu’athlète d’un pays où il y a eu de nombreux cas de dopage ? « Il est très fort ces derniers temps, ce n’est pas du tout étonnant qu’il soit 3e alors je ne crois pas qu’il ait quelque chose à se reprocher », répond Manificat. En conclusion, le Français le promettait : il serait de retour sur le relais. Promesse tenue, il aura même tenu tête à Sundby.

 

Anders Fannemel évincé

Détenteur du record de distance entre 2015 et 2017, Anders Fannemel est l’un des meilleurs sauteurs norvégiens. Pourtant, il n’aura pas fait d’apparition en compétition sur les tremplins olympiques de Pyeongchang. D’abord évincé sur le HS106, il n’a pas non plus eu sa chance sur le HS140 où, en tant que voleur, il aurait pu espérer prendre une médaille.

biathlon, ski de fond, saut à ski, saut, Ski nordique, JO, Pyeongchang 2018, sport, ski, Jo 2018, Hiver, Jeux olympiques, Jo d’hiver, Montagne, Nordic mag, une,

Daniel Andre Tande (NOR), Andreas Stjernen (NOR), Johann Andre Forfang (NOR), Robert Johansson (NOR) en or.

« J’ai basé mon choix sur les trois derniers entraînements, expliquait Alexander Stöckl avant la compétition sur petit tremplin. Il a toujours été clair que ça se déroulerait comme ça. Malheureusement pour lui, il a été un peu moins bon que Stjernen. » Fannemel a donc dû regarder de loin ses coéquipiers prendre l’argent et le bronze avec l’espoir d’être au rendez-vous sur le grand tremplin. Mais encore une fois, il est évincé au profit de Stjernen qui a de nouveau bien sauté en entraînement. Agacé par sa performance, Fannemel a dû se résigner et, au vu des résultats de ses coéquipiers, il a été écarté de la compétition par équipes et n’a pas porté un seul dossard officiel lors de cette olympiade.

Toujours pas de Jeux olympiques en Norvège ?

Erna Solberg, Premier ministre de la Norvège, était présente à Pyeongchang en fin de semaine dernière. Elle a bien sûr évoqué une possible candidature norvégienne à l’organisation de futurs Jeux olympiques d’hiver. Mais ce ne sera pas pour 2026 puisque le projet de Trondheim a été annulé.

« Il faut que ce soit un souhait du peuple, explique Solberg. C’est un gros investissement pour un petit pays. Il faut avoir une majorité claire en faveur de l’organisation des JO avant de lancer un projet. » Erna Solberg rappelle aussi à quel point organiser les Jeux olympiques de Lillehammer en 1994 a été un succès et une grande fierté en Norvège. Pour elle, un projet olympique dans le pays scandinave pourrait aussi voir le jour dans les prochaines années. Pour l’édition 2030 ?

 

Riiber mis en danger par la FIS ?

La FIS ne prendrait-elle pas en compte les aptitudes de Jarl Magnus Riiber en saut ? Pour son entraîneur, Ivar Stuan, cela ne fait aucun doute : « il a besoin que la FIS le protège et le prenne au sérieux, il a été plusieurs fois proche de se faire vraiment mal », affirme-t-il. Il prend l’exemple de la première compétition de combiné olympique la semaine dernière. Pour le Norvégien, il aurait fallu partir de la plateforme 18 en premier lieu pour que les coachs puissent l’abaisser à la plateforme 16 et ainsi faire gagner de précieuses secondes à Riiber qui lui auraient permis d’aller chercher la médaille. Pour l’équipe de combiné norvégienne, les organisateurs n’ont pas assez pris en compte la variable du vent et n’ont pas offert à Riiber des conditions équitables.

biathlon, ski de fond, saut à ski, saut, Ski nordique, JO, Pyeongchang 2018, sport, ski, Jo 2018, Hiver, Jeux olympiques, Jo d’hiver, Montagne, Nordic mag, une,

Jarl Magnus Riiber (NOR).

De son côté, Lasse Ottesen, directeur du combiné à la FIS, se défend de mettre en difficulté la Norvège et va même plus loin : « ils ne font pas confiance au jury et remettent perpétuellement en question nos choix, je m’attendais à plus de professionnalisme de leur part. » « Bien sûr que la sécurité des athlètes est la priorité, ajoute-t-il. Les meilleurs devraient à peu près sauter au point HS et oui, Riiber ira plus loin mais il faut faire confiance au jury et le laisser faire son travail. »


Retrouvez cet article et bien d’autres sur l’application de Nordic Magazine.
Pour plus d’informations, cliquez sur la bannière ci-dessous :

Ski nordique, ski de fond, biathlon, combiné nordique, saut à ski, hiver, coupe du monde, Martin Fourcade


 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.