Vu de Norge aux Jeux #4 : Pyeongchang mieux que Salt Lake City ?

Olympique
JEUX OLYMPIQUES – Nouveau : durant la quinzaine olympique de Pyeongchang, Nordic Magazine vous propose un rendez-vous quotidien, Vu de Norge spécial JO. Ou quand les Jeux sont vus et décryptés par les médias norvégiens.

 

  • L’historique des Jeux

Samedi, les Jeux s’ouvraient avec déjà quatre médailles norvégiennes.

Dimanche, la délégation scandinave faisait encore mieux en signant le triplé au skiathlon. Lundi, la Norvège devait se contenter de deux médailles en chocolat.

Heureusement, Maren Lundby sauvait l’honneur en saut féminin en remportant le titre.

Continuez de suivre les Jeux norvégiens en suivant Vu de Norge aux Jeux :


  • Jacobsen évincée

Malade avant les Jeux, Astrid Jacobsen a décidé en accord avec les entraîneurs de laisser sa place sur le départ du skiathlon. Si les résultats des Norvégiennes, hormis la seconde place de Bjørgen, ne sont pas exceptionnels, il semblerait pourtant que Roar Hjelmeset ait choisi d’aligner la même équipe pour le 10 km skate. « Bjørgen, Weng, Østberg et Haga ont été en forme sur ce format toute la saison », explique le coach au micro de TV2. Astrid Jacobsen perd donc une nouvelle chance d’obtenir une médaille.

Pire, si le quatuor performe lors de la prochaine compétition jeudi, elles formeraient aussi l’équipe féminine du relais. Il ne resterait alors plus à la fondeuse que le 30 km qui clôturera les Jeux pour espérer aller chercher une breloque olympique.


  • Virus en Corée

C’est bien connu : les Norvégiens craignent plus que tout les microbes. A Pyeongchang, ils ont donc pris les devants, bâchant les moquettes, évitant un maximum les contacts avant les Jeux, mettant en quarantaine quiconque éternuerait…

Mais ça n’aura pas suffit. Le norovirus, provoquant des gastro-entérites, a frappé l’hôtel où vivent de nombreux athlètes norvégiens en Corée.

Petter Olberg, médecin de la fédération de fond, parle d’un cauchemar au micro de la NRK. « C’est un virus très contagieux et si quelqu’un d’une équipe l’attrape, on assiste ensuite à un effet domino », explique-t-il.

Martin Johnsrud Sundby (NOR) – Modica/NordicFocus.

Pour le moment, heureusement, aucun athlète n’est touché mais seulement des bénévoles de l’organisation des Jeux et un journaliste norvégien. La délégation scandinave a donc redoublé de vigilance, poussant à l’extrême les mesures possibles pour garder ses champions en forme. Les athlètes devront donc limiter tous contacts, éviter les poignées de porte, multiplier les lavages de main. « Nous sommes habitués à cette routine d’hygiène, commente Martin Johnsrud Sundby. Ça ne nous gêne donc pas. »

Les biathlètes sont un peu plus inquiets, espérant ne surtout pas attraper le virus. Marit Kjeldsberg, médecin de la fédération, invite quant à elle toutes les équipes à imiter la Norvège même si elle ne peut influer sur les choix des autres nations.

 


  • Svendsen : retour sur ses JO 1994

Emil Hegle Svendsen (NOR) – Manzoni/NordicFocus.

Emil Hegle Svendsen aurait pu ne jamais arriver aux Jeux 2018. Lors des JO de Lillehammer en 1994, il est en effet passé tout près de la catastrophe. Alors que l’édition norvégienne olympique était lancée, la famille Svendsen était partie en randonnée… Où le petit Emil s’est perdu. Avec des températures à -15°C, l’événement aurait pu être dramatique. « J’avais seulement 8 ans, raconte le biathlète. J’ai un peu perdu la tête, j’étais dans la lune. Heureusement, j’étais assez lucide pour me réfugier dans un chalet où je suis resté à manger des bonbons jusqu’à ce qu’on me retrouve. Mes parents étaient hystériques, ça faisait plusieurs heures que j’avais disparu ! »

Seize ans après sa mésaventure, le champion norvégien remportait l’or à Vancouver en individuel. Cette année, il espère aller chercher un nouveau titre après n’avoir pris aucune victoire depuis 2014 à cause de nombreuses maladies. Mais les journalistes norvégiens espèrent que son séjour en Corée se terminera aussi bien que son aventure dans la neige, il y a 24 ans.

 


Northug abandonne

Alors que les Jeux olympiques débutaient, Petter Northug Jr. a annoncé qu’il renonçait à la coupe du monde cette année. Il ne participera à aucune compétition après les Jeux. « Il a besoin de se motiver, explique Stig Rune Kveen, son entraîneur. Il veut revenir à ses débuts, retrouver le goût du ski. » Il ne sera donc ni à Drammen pour le sprint, ni à Holmenkollen pour le 50 km.

Quant à l’hiver prochain, rien n’est encore décidé. Son coach espère toujours le voir revenir au plus haut niveau mais, dans ce cas, il faudra étudier pourquoi Northug est tombé aussi souvent malade cette saison.

 


Un record à battre

D’après les experts de la NRK, la Norvège devrait prendre 52 médailles aux Jeux de Pyeongchang dont 21 en or.

Après les 26 médailles de Lillehammer 1994 et Sochi 2014, ce pronostic tiendrait du miracle, la Norvège n’étant qu’à un total de 9 dont seulement deux en or pour le moment.

Pour les experts du côté nordique, le fond devrait pourtant ramener 7 titres, le biathlon 4, le saut 3 et le combiné 2.

Pour le moment, seul un titre de fond et un en saut ont bel et bien été empochés.

Johannes Hoesflot Klaebo (NOR), Martin Johnsrud Sundby (NOR), Hans Christer Holund (NOR) – Modica/NordicFocus.

Mais même si le total prévu n’est pas atteint, le record des Jeux de Salt Lake City en 2002 de 13 médailles d’or, 5 d’argent et 7 de bronze pourrait bien être battu cette année. C’est en tous cas ce qu’espèrent tous les médias norvégiens. Réalistes, ils reconnaissent tout de même que leurs prédictions s’avèrent parfois fausses comme à Turin en 2006 ou, au lieu de 15 titres olympiques, la Norvège est repartie d’Italie avec seulement 2 médailles d’or.

Dagbladet préfère donc relativiser les chances de record, ne pariant que sur 17 breloques en or, 12 en argent et 10 en bronze. Qui aura raison ? Résultats dans deux semaines.


Retrouvez cet article et bien d’autres sur l’application de Nordic Magazine.
Pour plus d’informations, cliquez sur la bannière ci-dessous :

Ski nordique, ski de fond, biathlon, combiné nordique, saut à ski, hiver, coupe du monde, Martin Fourcade


 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.