Vu de Norge aux Jeux #9 : une équipe en forme olympique

Olympique

JEUX OLYMPIQUES – Nouveau : durant la quinzaine olympique de Pyeongchang, Nordic Magazine vous propose un rendez-vous quotidien, Vu de Norge spécial JO. Ou quand les Jeux sont vus et décryptés par les médias norvégiens.

 

  • Retour sur… les Jeux de Pita Taufatofua

Il a fait le buzz lors des Jeux de Rio en défilant le torse nu et huilé en tant que porte drapeau des Tonga. Pita Taufatofua a réitéré lors de la cérémonie d’ouverture de Pyeongchang où il concourt en ski de fond sur le 15km qui a eu lieu hier. 114e sur 116 participants, il n’a pas brillé par ses performances mais le Tonguien est tout de même ravi : il a réalisé son rêve de participer aux Jeux olympiques d’été et d’hiver. « C’est vrai que ça a été dur pour moi, raconte-t-il au journal Dagbladet. Mais de toutes façons, dès que la course fait plus de 2,5km, c’est dur. Ca m’a paru long mais je me suis accroché. »

Event Feature: Bhutan walks in –  Manzoni/NordicFocus.

Il faut dire que pour Taufatofua, les JO ne sont pas que le moment de réaliser des exploits sportifs mais surtout de partager des valeurs olympiques, d’unité, de paix et de pur plaisir sportif au-delà de la compétition. « J’aimerais montrer aux enfants des Tonga ce que sont les Jeux d’hiver, leur ouvrir des portes », confie-t-il.

Le Tonguien a aussi révélé qu’il ne participerait pas au 50km. En riant, il dit : « c’est déjà long quand je suis en voiture, alors sur des skis… Très franchement 10 ou 15 kilomètres, c’est le maximum que je puisse faire, je crois. »

Pyeongchang 2018, ski de fond, Jeux olympiques, Vu de Norge

Mais le rêve olympique du néo-fondeur ne s’arrête pas là. « J’aimerais participer aux JO 2020 à Tokyo dans une troisième discipline, affirme-t-il. Sûrement un sport aquatique, ce serait pratique, je pourrais m’entraîner chez moi. »

Il conclut en comparant les Jeux d’été et d’hiver : « il y a plus d’athlètes en été, plus de compétitions mais en hiver, c’est plus intense, je trouve. Avant la compétition, tout le monde se croise en adversaire et après la compétition, tout le monde est ami, c’est génial. »

 


  •  La Norvège reprend des couleurs

Aucune des grandes favorites norvégiennes n’a été particulièrement brillante depuis le début de la compétition olympique. Heidi Weng a même été sortie du relais au profit de Ragnhild Haga qui a remporté le 10km. Avec deux de leurs athlètes en or, la Suède était favorite. Pourtant, Stina Nilsson n’aura pas pu lutter face à Marit Bjørgen qui offre sur le dernier kilomètre l’or à la Norvège. Même les experts de la NRK n’en revenaient pas : « j’étais sûr que Nilsson allait l’emporter », avoue Fredrik Aukland, appuyé dans son propos par son collègue Jann Post. « Même moi, je n’étais pas très optimiste, Stina était tellement rapide et paraissait plus en forme que Marit, confie Roar Hjelmeset, entraîneur de l’équipe nationale norvégienne. Mais nous sommes tellement heureux. »

Ski de fond, Ski nordique, JO, Pyeongchang 2018, sport, ski, Jo 2018, Hiver, Jeux olympiques, Jo d’hiver, Montagne, Nordic mag, une,

Ingvild Flugstad Oestberg (NOR), Astrid Uhrenholdt Jacobsen (NOR), Ragnhild Haga (NOR), Marit Bjoergen (NOR) Modica/NordicFocus.

Ski de fond, Ski nordique, JO, Pyeongchang 2018, sport, ski, Jo 2018, Hiver, Jeux olympiques, Jo d’hiver, Montagne, Nordic mag, une,

Ingvild Flugstad Oestberg (NOR), Astrid Uhrenholdt Jacobsen (NOR), Ragnhild Haga (NOR), Marit Bjoergen (NOR) –  Modica/NordicFocus.

Pourtant, le relais était loin d’être bien lancé. Sur le deuxième relais, Astrid Jacobsen perdait même 30 secondes sur la tête, incapable de tenir la cadence de Kalla en classique. « Oui, c’est dur de voir Astrid ne pas recoller et perdre du temps, dit Hjelmeset. C’est difficile aussi pour celles qui ont été évincées. Mais ce n’est pas comme si elle prenait une pause café, elle a tout donné et au final, ça ne nous a pas trop pénalisés. » « C’était un jour très difficile pour moi, cruel, révèle Jacobsen au micro de TV2. J’ai donné tout ce que j’avais et je dois vraiment remercier toute l’équipe de leur travail excellent après mon relais. »

Jeux olympiques, Pyeongchang 2018, ski de fond, relais, Norvège

Derrière, Haga a fait le travail, lançant Marit Bjørgen avec seulement trois secondes de retard, suffisant pour rêver de l’or et l’obtenir. « C’était spectaculaire ! affirme Haga. Très franchement, quand j’ai lancé Marit, j’étais bien contente de ne pas avoir la pression d’être dernière relayeuse. » « J’étais très nerveuse, confirme Bjørgen. D’habitude, quand j’ai le dernier relais, je suis toute seule alors j’ai essayé de la décrocher et heureusement, j’ai réussi dans le dernier virage mais j’étais surprise de moi-même. »

Ski de fond, Ski nordique, JO, Pyeongchang 2018, sport, ski, Jo 2018, Hiver, Jeux olympiques, Jo d’hiver, Montagne, Nordic mag, une,

Marit Bjoergen (NOR) – Modica/NordicFocus.

 


  • Le relais masculin annoncé

Demain se tiendra le relais olympique masculin en fond. La Norvège, avec un triplé sur le skiathlon, l’or sur le sprint et l’argent sur le 15km compte bien y briller. Pour ce faire, Tor Arne Hetland a choisi d’aligner en classique Didrik Tønseth qui fera sa première apparition sur les pistes de Pyeongchang et Martin Johnsrud Sundby. Simen Hegstad Krüger partira ensuite en skate avant de passer le dernier relais à Johannes Høsflot Klæbo, pressenti comme le finisseur depuis plusieurs mois et les différents épisodes de maladie de Finn Hågen Krogh.

Si ce dernier se doutait qu’il serait écarté du relais après une 18e place, Hans Christer Holund qui a fait de bons Jeux jusqu’ici, est beaucoup plus déçu. « Je le comprends, avoue Hetland. Il méritait sa place mais nous avons choisi quelqu’un d’autre ce qui est dur pour lui. Il faut prendre en compte que Tønseth est souvent meilleur que lui sur les 10km classique. » L’entraîneur rappelle aussi que les athlètes norvégiens savent bien qu’à chaque relais, chaque compétition, la concurrence entre eux est dure pour être sélectionnés.

Hans Christer Holund (NOR) – Modica/NordicFocus.

 


  •  Renaissance

Elle était plus attendue sur le sprint mais trop d’erreurs au tir l’ont gardée loin du podium. Tiril Eckhoff retrouve son niveau et prend la médaille de bronze sur la mass-start olympique. « Les dieux étaient avec moi cette fois, je crois », dit-elle, soulagée, au micro de la NRK. Avec deux fautes au tir en se présentant au dernier couché, la Norvégienne savait qu’elle devait faire le plein sur le dernier tir pour rêver d’une nouvelle médaille olympique. « C’était génial, j’ai passé une semaine difficile et j’ai fait de vrais sacrifices cette saison, j’ai beaucoup travaillé alors avoir la médaille, c’est fabuleux », affirme la biathlète.

Pyeongchang 2018, biathlon, jeux olympiques, Tiril Eckhoff,

« Elle savait qu’elle se battait pour la médaille alors faire le plein, pour elle, c’est fantastique, explique Ola Lunde, expert NRK. Elle a une forme formidable en ski et son tir a enfin rejoint son ski. » « Tiril a ce petit truc en plus, elle sait être présente sur les grandes échéances, c’est une grande qualité », déclare quant à lui son frère et entraîneur Stian Eckhoff. « Elle le mérite vraiment, dit Fanny Horn Birkeland à TV2. Elle travaille plus dur que tout le monde. »

biathlon, ski de fond, Ski nordique, JO, Pyeongchang 2018, sport, ski, Jo 2018, Hiver, Jeux olympiques, Jo d’hiver, Montagne, Nordic mag, une,

Tiril Eckhoff (NOR) – Manzoni/NordicFocus.

biathlon, ski de fond, Ski nordique, JO, Pyeongchang 2018, sport, ski, Jo 2018, Hiver, Jeux olympiques, Jo d’hiver, Montagne, Nordic mag, une

Tiril Eckhoff (NOR) – Manzoni/NordicFocus.

Derrière, Marte Olsbu, en argent sur le sprint, termine 8e à 19/20. « J’ai pris beaucoup de plaisir, aujourd’hui, commente-t-elle. Ca a été plus dur sur la piste et j’ai perdu du temps, c’est pour ça que je n’ai pas pu mieux faire. »

Désormais, les Norvégiennes peuvent rêver d’une autre médaille sur le relais mixte mardi.

 


  •  Le moustachu bronzé

3e, 4e, 5e et 8e. Une série impressionnante, une densité fantastique. Les sauteurs norvégiens, tant attendus sur le grand tremplin, n’auront presque pas déçus. Presque car ils sont tout de même devancés par Stoch et Wellinger et manquent l’or en individuel. « C’est un peu décevant, commente Johan Remen Evensen, expert NRK. Ils étaient tellement favoris que les voir à ces places-là ne nous paraît pas normal mais c’est très prometteur pour le concours par équipe. »

« C’est fantastique d’obtenir deux médailles en deux compétitions olympique, confie Johansson. J’avais beaucoup de pression mais en même temps, c’est bon signe. » Le bronzé du jour semble heureux de réitérer sa performance du début de semaine. Son coach, Alexander Stöckl, confirme que pour quelqu’un qui subissait un stress assez lourd, le sauteur de 27 ans a très bien réagi et, malgré des sauts imparfaits, fait une très bonne compétition.

Olympique, Pyeongchang, Robert Johansson

Robert Johansson (NOR) –  Thibaut/NordicFocus.

« Je suis un peu ennuyé, avoue quant à lui Daniel Andre Tande. Mon premier saut n’était pas bon alors que le deuxième, au contraire, était très bien. » En effet, 15e de la première manche et 4e à l’arrivée, le Norvégien aurait pu espérer mieux si son premier saut avait été meilleur. Johann Andre Forfang, juste derrière lui à l’arrivée, n’est pas plus ravi de sa performance : « ça n’a pas été une excellente journée, je ne sais même pas trop pourquoi je n’ai pas fait aussi bien qu’en qualifications ou en entraînement », explique-t-il.

Johann Andre Forfang (NOR) – Thibaut/NordicFocus.

Andreas Stjernen est le dernier norvégien du jour mais tout de même dans le top 10.

« Je crois qu’ils étaient un peu nerveux sur leur premier saut, conclut Stöckl. Mais ils ont su se reprendre et c’est de très bon augure. Nous devrons faire attention qu’ils soient calmes et prêts mentalement pour la compétition par équipe lundi. »

 


  •  Et ailleurs ?

En ski slopestyle, la Norvégienne Johanne Killi termine 5e alors que sa compatriote Tiril Sjaastad Christiansen, elle aussi en finale, finit 9e.

En curling, la Norvège s’incline de nouveau face à la Suisse 7 à 5.

 


  •  Hors piste

Vous connaissez ces émissions TV coréennes où les concurrents participent à des épreuves plus loufoques les unes que les autres ? Astrid Jacobsen et Ingvild Flugstad Østberg se sont prêtées au jeu. Qui l’emportera ?

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.