Deux fois champions du monde : les premières réactions d’Aristide Bègue

Aujourd’hui, la France a remporté le relais messieurs 3 x 7,5 km aux championnats du monde jeunes et juniors. L’équipe tricolore était composée de Clément Dumont, Florian Rivot et Aristide Bègue. Ce dernier a déjà décroché le titre en individuel. Il a aussi décroché des médailles aux Jeux olympiques de la jeunesse d’Innsbrück. En direct de Finlande, entretien-vérité et exlusif avec le Catalan.

 

AristideBegue_2.jpgUne première réaction. Deux courses, deux titres. C’est extraordinaire. Comment le vivez-vous ?
Je profite de chaque instant ! Surtout après le relais, on profite tous ensemble devant un bon film car il faut se reposer aussi car il reste d’autres courses.

 

Ce matin, déjà auréolé d’un titre, pensiez-vous possible ce nouvel exploit ?

Il était clair ( déjà hier soir en réunion de course) que nous étions capables d’aller chercher la médaille d’or mais pour cela il fallait faire les choses bien. Chose dite, chose (à moitié) faite ! 

 

Qui était vos plus sérieux adversaires sur le papier ? Puis sur le terrain ?
Sur le papier … les Russes ! Sur le terrain, les Kasacs, avec de très bons skieurs !

 

430047_10150615741506597_540226596_9007318_1367480433_n.jpgAujourd’hui, qu’est-ce qui a le plus joué en votre faveur : le sans-faute de Clément Dumont, l’expérience de Florian Rivot qui a connu les Mondiaux de Nove Mesto ou votre confiance après un premier titre ?

Les trois ! C’était une course d’équipe, on gagne ensemble, on perd ensemble. Alors les trois ont joué : le très bon tir de Clément et son excellent ski ; le superbe ski de Flo’, et notre expérience tactique du relais  Nous passons tous les 3 le relais en tête)… Sans oublier les encouragements des nombreux Français aux bords des pistes et les excellents skis qui nous avaient été préparés par les techniciens de l’équipe de France présents sur ces championnats !

 

Aristide, avec votre dossard 7.3, quand vous montez sur le podium, levez les bras en tenant vos skis Fischer bien haut, vous êtes souriant. A quoi et à qui pensez-vous ?

Je pensais à tous les moments passés à l’entraînement qui portent leurs fruits et à toutes les personnes nous ayant permis de remporter ce relais (familles, amis, entraîneurs et techniciens). 

 

On vous compare à Simon Fourcade, détenteur de trois titres mondiaux dans les catégories jeunes. Il vous en manque un. Lequel vous semble le plus abordable ? 
Tout d’abord, cela me flatte que l’on me compare à Simon mais je n’y pense pas. Aprés mes médailles au JOJ (Jeux olympiques de la jeunesse) il y a un mois, Simon m’a appelé pour me féliciter et ce qu’il voulait me dire et ce qu’il voulait que je retienne, c’est qu’être médaillé en Jeunes, c’est très bien mais ce n’est qu’un début. Le véritable objectif auquel je pense avant chaque course, c’est progresser de jour en jour pour parvenir au plus haut niveau mondial. Néanmoins, le sprint me réussit assez bien d’habitude mais pour cela, il faudra skier vite et tirer juste.