Dopage : le rapport qui accable les Russes

DOPAGE – Vendredi, le juriste canadien Richard McLaren a remis le rapport final qui met en cause plus de 1000 sportifs russes et plus de 30 sports, dont les disciplines des sports d’hiver.

 

Richard McLaren a dirigé une enquête indépendante commandée par l’Agence mondiale antidopage (AMA). Vendredi, il a remis son rapport final sur les pratiques dopantes des athlètes russes sur la période de 2011 à 2015. Au cours d’une conférence de presse, il a notamment évoqué une « manipulation systématique d’échantillons et d’ADN » aux JO 2012 et 2014. Plus de 1 000 athlètes russes participant à des disciplines d’été, d’hiver ou paralympiques ont été impliqués ou ont bénéficié de ce système « pour contourner les contrôles positifs », a-t-il indiqué. Les identités n’ont pas été dévoilées. Richard McLaren a précisé que 695 sportifs, dont 19 non-Russes, ont été signalés aux fédérations internationales concernées. 

Le premier volet du rapport, divulgué en juillet, avait mis au jour une tricherie spécifique pour les JO 2014 d’hiver, organisés à Sochi en Russie.

Le Comité international olympique (CIO) a immédiatement annoncé la réanalyse des 254 échantillons urinaires collectés auprès des sportifs russes lors des JO d’hiver de Sochi.  La Russie a quant à elle rapidement démenti l’existence de « tout programme de soutien du gouvernement pour le dopage », selon un communiqué du ministère des Sports. 

 

 

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.