Dopage : ce que l’IBU a décidé après le rapport McLaren II

BIATHLON – La fédération internationale de biathlon a donné suite aux révélations du rapport McLaren II. Deux athlètes russes font l’objet de procédures disciplinaires. 

 

 

La semaine dernière, l’IBU, fédération internationale de biathlon, annonçait avoir reçu une liste de 31 sportifs russes soupçonnés de dopage suite aux révélations du rapport réalisé par Richard McLaren. Ce juriste canadien a enquêté sur le vaste programme de dopage instauré en Russie en vue des Jeux olympiques de Londres 2012 et Sochi 2014. Pour rappel, ce rapport sulfureux concerne près de 1000 sportifs russes…

A réception de ce fichier brûlant, l’IBU a établi un groupe d’experts chargé de prononcer des mesures disciplinaires adaptées à l’encontre des brebis gâleuses du biathlon russe. Les principaux dirigeants de l’IBU, accompagnés desdits experts, se sont réunis cet après-midi à Munich.

 

Deux procédures disciplinaires ordonnées

Dans l’ensemble, l’IBU a reçu des résumés analytiques sur 31 athlètes, l’un d’entre eux ne faisant référence qu’à l’échelle nationale, et un autre a déjà été suspendu par le RBU pour le même échantillon rapporté par McLaren.

Après une évaluation approfondie des données disponibles à ce jour, le Conseil exécutif a décidé:

  1. L’ouverture de deux procédures disciplinaires par le CIO contre deux athlètes;
  1. L’imposition de suspensions provisoires à deux athlètes, à la suite de l’ouverture de la procédure disciplinaire du CIO;
  1. L’ouverture des enquêtes officielles de l’IBU contre la RBU et de 29 athlètes inscrits dans le rapport McLaren 2 pour les cas non liés aux Jeux Olympiques d’hiver de Sochi 2014 (y compris les deux athlètes nommés ci-dessus);
  1. Des suspensions provisoires des athlètes nommés par le Rapport McLaren 2 en dehors des Jeux olympiques d’hiver Sochi 2014 n’ont pas été imposées à ce stade.

 

Le Conseil exécutif en charge du groupe de travail souhaite plus de temps pour étudier les cas. La décision de déposer ou non une accusation auprès de l’ADHP sera faite en coopération avec des juristes et l’AMA qui ont proposer leur aide à l’IBU.

Craignant sans doute les nombreux boycotts annoncés, la fédération russe a remis à l’IBU l’organisation des championnats du monde Juniors et Jeunes 2017 initialement attribués à Ostrov ainsi que de l’étape de la coupe du monde à Tyumen.

Autrement dit, ces décisions sont plutôt politiques que dirigées à l’encontre des athlètes soupçonnés de tricherie. Ces annonces vont d’ailleurs dans le sens de la puissante fédération allemande de biathlon qui demande à voir davantage de preuves concernant le rapport McLaren. Les Allemands souhaitent eux aussi prendre le temps de jauger avant de punir.

 

L’IBU prend la situation actuelle très au sérieux

Le président de l’IBU Anders Besseberg a déclaré après la réunion:

« C’est une première étape importante de l’Union russe de biathlon pour montrer à l’IBU et au monde du sport que la situation actuelle est prise très au sérieux. Cela permettra à la famille internationale du biathlon de se concentrer sur le biathlon pendant ces événements.

Les conclusions du rapport McLaren dénoncent de graves problèmes dans le sport russe et son système de contrôle antidopage. L’IBU prend toutes les informations disponibles très au sérieux ; il nous appartient maintenant de connaître en détail l’ampleur du problème du biathlon russe.

 

Les soupçons ne suffisent pas à mettre en œuvre les sanctions.

 

L’IBU a toujours démontré une tolérance zéro envers le dopage à tous les niveaux en prolongeant l’interdiction de deux ans sur un ancien responsable de l’IBU, Gottlieb Taschler, à toutes les compétitions IBU jusqu’au 12 juin 2018. La lutte contre le dopage n’est pas facile. Il est important pour assurer l’avenir de notre sport et maintenir la confiance de nos équipes, athlètes, fédérations membres, partenaires et fans.

Tous les athlètes méritent d’éviter d’avoir une ombre sur leur performance et qu’ils peuvent rivaliser sans aucun doute et peuvent se concentrer complètement sur leurs activités sportives.

Néanmoins, les soupçons ne suffisent pas à mettre en œuvre les sanctions et nous continuerons à suivre une voie professionnelle, considérant toutes les opinions, mais n’agissant pas que sur des soupçons. La rectitude des règles doit fonctionner dans les deux sens – pour les coupables et pour les non – coupables. »

 

Les Russes minimisent

Côté russe, les autorités minimisaient, ce matin encore, les allégations et accusations du rapport McLaren, tout en arrondissant diplomatiquement les angles. « Le président Poutine a souligné la nécessité de coopérer pleinement avec les organisations internationales afin de clarifier la situation et élaborer un nouveau système de prévention contre le recours au dopage », a ainsi indiqué Dmitri Peskov, porte-parole du Kremlin, à la presse. Le représentant du gouvernement s’est également défaussé en jugeant que l’usage de produits dopants est un phénomène mondial et pas seulement russe.

Télécharger (PDF, 457KB)

 

Photo d’illustration –

Lire aussi :

Martin Fourcade hausse le ton

Les Tchèques boycotteront la coupe du monde russe


Retrouvez cet article et bien d’autres sur l’application de Nordic Magazine.
Pour plus d’informations, cliquez sur la bannière ci-dessous :

Ski nordique, ski de fond, biathlon, combiné nordique, saut à ski, hiver, coupe du monde, Martin Fourcade


 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.