Douze nordiques signent une lettre ouverte à Emmanuel Macron

Ski nordique, ski de fond, biathlon, combiné nordique, saut à ski,

POLITIQUE – Ils sont (déjà) douze biathlètes, fondeurs, sauteurs et combinés à avoir signé la lettre ouverte adressée cette semaine au président de la République.

 

Près de 400 sportifs viennent d’écrire une lettre ouverte à Emmanuel Macron. Parmi eux, Martin Fourcade, Quentin Fillon-Maillet, Simon Desthieux, Justice Braisaz, Anaïs Chevalier, Maurice Manificat, Jean-Marc Gaillard, Renaud Jay, Clément Parisse, Maxime Laheurte, Lucile Morat et Léa Lemare.

 

Lettre ouverte au président Macron

A leur côté, on trouve Teddy Riner, Renaud Lavillenie, Thibaut Pinot, Nikola Karabatic ou encore Alexis Pinturault. En tout, ils sont 380.

Que disent-ils au président de la République ?
 

Monsieur le Président,
La famille du sport français est en danger !
La France accueillera les jeux olympiques de Paris 2024 avec un objectif de 80 médailles.
Tokyo, c’est demain, sans oublier les jeux de Pékin pour les sports d’hiver en 2022 !
Tous les grands rendez-vous internationaux (Championnats du monde et d’Europe), c’est maintenant au quotidien.
L’annonce de la suppression de 1600 cadres techniques d’Etat d’ici 2022 et la réduction du budget Sport pour 2019 sont contradictoires avec l’objectif des performances attendues et désastreuses pour l’héritage qu’on laissera aux nouvelles générations.
Nous, sportifs et sportives de haut niveau, nous sommes très inquiets.
Nos victoires, nos médailles ont contribué au rayonnement de la France dans le monde entier.
Elles ont servi d’exemples, suscité des vocations, un engouement pour la pratique sportive et surtout une transmission des valeurs citoyennes auprès des nouvelles générations.
Elles ne sont pas le fruit du hasard. Elles sont totalement liées à la qualité, à l’engagement et la passion des cadres techniques sportifs qui ont œuvré au quotidien pendant nos carrières
Alors, nous souhaitons toutes et tous le maintien d’un encadrement public au sein de nos disciplines sportives afin de garantir la réussite de demain lors des prochaines échéances sportives internationales et olympiques pour la France.

 

Ce courrier est rendu public (par nos confrères du Parisien) alors même que le budget du ministère des Sports est discuté à l’Assemblée nationale.
Depuis la fin de l’été, les relations entre le gouvernement et le monde sportif se crispent.

 

La grogne des sportifs

Nous évoquions récemment la demande des médaillés aux Jeux olympiques de Pyeongchang de ne pas payer d’impôts sur leurs primes versées par l’Etat, comme cela avait été le cas pour les héros des JO d’été de Rio. En début de semaine, cette  défiscalisation était enfin actée par un communiqué de presse du ministère des Sports.
En même temps, celui-ci a annoncé, à partir de Tokyo 2020, la revalorisation des primes de l’Etat qui seront versées aux athlètes médaillés de l’été comme de l’hiver, à leurs guides mais aussi à leur encadrement. « La revalorisation de ces primes bénéficiera en priorité aux athlètes dont la situation financière est la plus fragile, termine le gouvernement. Pour la première fois depuis 2008, les primes seront revues à la hausse. » Aucun chiffre n’a été donné.
Et puis il y a la pétition en ligne lancée à l’initiative du  Comité national olympique et sportif français (CNOSF) : « Nous, sportifs, dirigeants de clubs, bénévoles, passionnés, citoyens : Demandons que le sport bénéficie de moyens à hauteur de ses apports humains, économiques et sociétaux. Pour que le sport compte, je signe. »

 

La réponse de la ministre

Dès jeudi, la ministre des Sports Roxana Maracineanu a répondu :

« Chers athlètes, j’entends votre inquiétude. Je vous garantis des moyens équivalents à 2018 pour le sport et je serai à l’Assemblée lors du vote du budget afin d’obtenir des crédits supplémentaires pour un projet axé sur la haute performance et le développement des pratiques. »

A noter que les présidents de 32 fédérations de disciplines olympiques publient également une tribune ce vendredi. Incertitude sur les financements, incompréhension des choix politiques, manque de considération pour le mouvement sportif, les citoyens que nous sommes ne comprennent pas pourquoi le sport qui apporte tant est toujours la cible des coupes budgétaires et constitue la variable d’ajustement des gouvernements successifs », peut-on lire.

 

 

La lettre ouverte des athlètes

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.