Restez en contact avec Nordic

Qu'est-ce que Nordic peut faire pour vous ?

Edgar Geny, biathlon, Obertilliach
Edgar Geny (FRA) - Reichert/IBU

Biathlon

Edgar Geny : « Je me suis épaté »

Ce samedi, le Montblanais Edgar Geny, 17 ans, est devenu vice-champion du monde de l’individuel jeunes à Obertilliach (Autriche). Pour Nordic Magazine, le biathlète de Sallanches, heureux et épaté par sa performance, se confie longuement.

D’emblée, et malgré la distance, on sent qu’Edgar Geny, 17 ans, est sur son petit nuage. Il faut dire que le Sallanchard vient de remporter la médaille d’argent mondiale sur l’individuel jeunes d’Obertilliach (Autriche). Seulement battu par le Russe Denis Irodov, il explique à Nordic Magazine que « c’est réellement dingue. Je n’y pensais pas du tout, j’abordais ça la boule au ventre. Je ne voulais qu’une chose, c’était partir, j’avais le stress qui montait. » Un stress visiblement bénéfique pour le Montblanais. Entretien.

  • Pendant votre course, vous rendiez-vous compte que vous étiez en train de réaliser quelque chose de grand ?

Les premiers tours, je me sentais pas mal bien et, comme je fais le 5/5, les coachs me disent que je commence la course extra. J’entendais le speaker crier Edgar Geny à chaque fois que je sortais du pas de tir ! J’avais les infos en ski mais je ne me rendais pas tant compte que ça… Tant que je ne suis pas arrivé, tout est un petit peu flou… J’en reviens pas !

  • Vous ne réalisez donc pas ce que vous avez réussi samedi à Obertilliach (Autriche) ?

Je me dis que ce sont quand même des championnats du monde, qu’on est plus de cent au départ et que je suis deuxième ! Je réalise, mais c’est quand même assez dur. Ce sera plus clair dans une semaine quand tout sera fini.

Edgar Geny, biathlon, Obertilliach
Edgar Geny (FRA), Denis Irodov (RUS), Leon Kienesberger (AUT) – Reichert/IBU
  • Le podium a dû vous aider à prendre conscience de votre performance…

[Il nous coupe] Le podium pareil, j’avais la boule au ventre ! Je n’ai pas un super anglais donc j’avais beaucoup d’appréhension. C’était la première fois que j’étais à côté d’adversaires d’autres nations. Le public manquait un peu, mais ça m’a franchement aidé : le bouquet, les photos et la médaille ! La médaille, elle, est juste extra.

« Je ne me dis pas que cette dernière balle me coûte l’or »Edgar Geny, vice-champion du monde de l’individuel jeunes

  • Vous avez disputé votre première course internationale à dix-sept ans, sur des Mondiaux, et vous êtes médaillé d’argent : c’est quand même incroyable…

Je ne l’avais pas du tout imaginé. Au début de saison, je n’arrivais pas du tout à me mettre dedans. Je ne me sentais pas super bien sur les skis. Lors des sélections, je fais 37e au sprint, puis 21e de la poursuite le premier week-end et premier des deux courses chez les U19 le week-end suivant à Prémanon. Je ne m’y attendais pas du tout. Surenchérir avec cette deuxième place… En début de saison, c’était inimaginable. On m’aurait dit ça, j’aurais dit que ce n’était pas possible. Je ne m’y retrouvais pas. Finalement, je me suis épaté.

  • À ce point-là ?

Une médaille aux championnats du monde alors que je suis un 2003 pour ma première à l’international. Réellement, je ne sais pas quoi dire de plus [il souffle]… C’est dingue !

  • Quand vous arrivez sur le pas de tir pour le dernier debout, vous jouez le titre : dans quel état d’esprit étiez-vous ?

Quand j’arrive, je savais que j’étais dans le top 5, mais je ne connaissais pas du tout les écarts. Les coachs ne nous les donnent pas avant le dernier tour pour ne pas nous stresser. Je me disais que je jouais un truc. Je loupe la première et je me dis que je n’ai pas le droit de foirer mon dernier tir alors que j’arrive à 14/15. Je me reprends sur les trois autres balles et je balance trop vite la dernière. C’est celle-là qui me coûte l’or mais c’est la course. Je ne me suis pas dit que c’est ça qui m’a coûté le titre, j’attendais juste la réaction du speaker…

« En entendant le speaker crier très fort mon nom, je me suis dit que je faisais quelque chose de bien »Edgar Geny, vice-champion du monde de l’individuel jeunes

  • Et alors ?

En allant vers la sortie du pas de tir, sans mentir, je l’ai entendu crier très fort mon nom puis de l’allemand que je n’ai pas compris ! Quand j’ai entendu ça, je me suis dit que je faisais quelque chose de bien. Je ressors quatrième à 20 secondes du deuxième, les coachs ne croyaient pas trop que j’allais pouvoir remonter et, finalement, je l’ai fais. Je ne sais pas si c’est moi qui étais très fort ou lui qui était sec [fatigué, ndlr.] !

  • Vous signez le sixième temps de ski et, en général, toute l’équipe de France a réalisé de gros chronos : votre forme est très bonne ou les farteurs ont trouvé le bon produit ?

Les techniciens ont fait un super boulot, les skis étaient bons, mais je pense sincèrement que, sans aucune prétention, la nation française est en bonne forme. Simon [Fourcade] nous a pas mal préparés sur ses Mondiaux. On a eu un stage de préparation à Prémanon qui nous a reposés mentalement. Il nous a fait des entraînements adaptés spécialement pour cette échéance.

  • Simon Fourcade doit être fier de vous…

On a eu une réunion hier soir, il nous a dit qu’on avait tous fait une superbe course. Quand on regarde les temps de ski, tout le monde est dans le jeu. Il est super content pour nous.

« Jeanne est extraordinaire, elle m’a cloué le bec ! »Edgar Geny, vice-champion du monde de l’individuel jeunes

  • Dans la matinée, Jeanne Richard, du comité du Mont-Blanc comme vous, avait remporté l’or : cela vous a visiblement inspiré !

Le matin, on suivait tous la course des filles sur le datacenter de l’IBU. J’avais la boule au ventre toute la course, puis je me demandais comment c’était possible que Jeanne soit championne du monde. C’est incroyable, elle sort un 18/20 quand il le faut. Elle est extraordinaire. Ce n’est pas que je croyais pas en elle mais je ne croyais pas à ce résultat. J’ai halluciné pendant tout mon repas, ça m’a cloué le bec.

Jeanne Richard, biathlon, Obertilliach
Jeanne Richard (FRA) – NordicFocus
  • Tout cela ouvre l’appétit à toute l’équipe…

C’est sûr ! De faire des médailles comme ça, ça donne envie. Les autres ne veulent que ça maintenant !

1 Commentaire(s)

1 Commentaire(s)

  1. Bonifay

    01/03/2021 à 15 h 24 min

    On adore le biathlon et regrettons qu’on ne voit pas les courses des jeunes sur aucune chaîne et on ne parle pas de leurs exploits dans les résumés sportifs !
    Le foot : on en parle……..partout et tout le temps, mais pas le biathlon chez les jeunes qui seront nos champions demain ! Vraiment dommage !
    Bravo à eux !

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ski de fond, Biathlon, Saut à ski, combiné nordique, ski nordique, rollerski, coupe du monde, Nordic Magazine

Facebook

A LIRE AUSSI

Biathlon

Le Franc-Comtois Quentin Fillon-Maillet a passé l'après-midi de samedi à Dole pour assister au Critérium Cycliste International organisé dans la sous-préfecture jurassienne et remporté...

Biathlon

La biathlète Julia Simon a remporté, ce samedi matin, la course de 14 kilomètres du Trail La Bambée des Saisies, à la maison.

Biathlon

18:17. Les invitations pour la deuxième édition du Martin Fourcade Nordic Festival 2021 s’enchaînent. Alors que les Norvégiens Tiril Eckhoff et Sturla Holm Lægreid...

Biathlon

Avec un pourcentage de réussite de 93,33% derrière la carabine l'hiver dernier, l'Autrichien Simon Eder a pris la place du Français Julien Robert comme...

Biathlon

Tout l'été, les nordiques réalisent les Selfskis© de Nordic Magazine. C'est au tour du biathlète Edgar Geny de se prêter au jeu.

Biathlon

18:34. De jour en jour, le plateau XXL de la deuxième édition du Martin Fourcade Nordic Festival, prévu le 4 septembre prochain sur les...

Biathlon

Pour la première fois de l'été, les biathlètes italiens se retrouvent tous au même endroit : c'est au col de Lavazè jusqu'au 6 août.

Ski nordique

La délégation française prendra la direction de la Norvège le 29 juillet. Au programme : un stage à Sirdal puis une participation au Blink...